26.9 C
Alger
dimanche, juin 23, 2024

Des milliers de manifestants dans les rues d’Alger et plusieurs villes pour le 5e vendredi successif

Le Hirak, le mouvement de contestation populaire pacifique en Algérie, a fait une nouvelle démonstration de force ce vendredi 26 mars à Alger et plusieurs autres grandes villes du pays comme Annaba, Constantine, Oran, Béjaia ou Tizi-Ouzou. Pour le 5e vendredi successif, des milliers de manifestants ont battu le pavé en en réclamant haut et fort les sempiternelles revendications de changement démocratiques. Des revendications que défend le Hirak depuis le 22 février 2019. 

C’est bel et bien le 5e vendredi successif depuis la reprise des marches populaires du Hirak le 22 février dernier. Pour la 5e semaine consécutive, la protestation populaire en Algérie reste intacte. Du moins à Alger où les marches imposantes continuent de réunir des milliers de manifestants qui sillonnent la capitale depuis la rue Didouche Mourad jusqu’à la célèbre place de la Grande-Poste. Ailleurs, dans les autres villes du pays, la mobilisation est demeurée forte à Béjaia, Tizi-Ouzou et Bouira. Le Hirak se maintient aussi à Constantine, Skikda ou Annaba. Mais force est de constater que les marches ne sont pas impressionnantes à Oran, deuxième grande ville du pays. La contestation populaire à Oran peine à égaler la vigueur des marches d’Alger ou de Béjaia.

En dépit de cette fluctuation dans la mobilisation populaire, Hirak reste présent dans les rues chaque vendredi sans oublier les « mardi » des étudiants qui demeurent une réussite à Alger. S’il recule dans certaines régions, le mouvement populaire poursuit sa progression dans d’autres. Le Hirak fait ainsi d’une importante abnégation en dépit des tentatives de division et de manipulation du régime. Ces derniers jours, de vives polémiques ont éclaté dans les rangs du Hirak à propos de l’influence supposée de l’islamisme politique sur les revendications des manifestants.

Des polémiques ont paralysé sur les réseaux sociaux la réflexion sur l’efficacité des actions du Hirak. Ce vendredi 26 mars, une image forte est venue rappeler aux Algériens la nécessité de l’unité autour d’une seule et unique cause : trois personnalités politiques ont donné l’exemple en défilant main dans la main dans les rues d’Alger. Il s’agit de Mustapha Bouchachi, éminent avocat et ancien président de la Ligue Algérienne de Défense Des Droits de l’Homme (LADDH), Mohcine Belabbas, président du mouvement d’opposition le RCD, et Karim Tabbou, ex-détenu politique et l’une des figures populaires du Hirak. Une belle image qui rassure en attendant de concrètes actions politiques pour exercer de la pression sur le pouvoir algérien qui semble immuable.

dernières nouvelles
Actualités

8 تعليقات

  1. Vendredi prochain aussi il y aura des milliers de manifestants et le vendredi d apres et tous les vendredis de l annee . Ca ne changera rien . Et toi abdou , chaque soir tu va faire ton speach sur youtube et chaque fois le sujet sera important et grave . Et Ca ne changera rien . Nous vivons dans un monde et eux vivent dans un monde different .

  2. @Kabylos
    Oui, on se comprend !
    Madania parle à beaucoup de monde.
    Ni militaire, ni théocratique, ni régionaliste, ni clanique !
    Mais Civile (Droit) et citoyenne !
    Vous êtes preneur ? Faites passer à d’autres… Plus on est de lucides, mieux le pays se portera. Tant pis pour les cachiristes aigris.

  3. Dawla madania machi 3asskaria c’est le slogan des officines marocaines à travers les traîtres qui le reprennent.
    On vient d’apprendre la présence de l’escroc des annees bouteflika le dénommé saadani au Maroc…Il s’y est réfugié et joue un rôle dans ces manifestations avec toujours les mêmes participants : sangliers et salafistes…

    Les dizaines de millions d’Algériens n’y participant pas…Rien à voir avec les marches qui ont faits tomber Bouteflika l ex mentor et protecteur de Semmar…

  4. Saïdani a été surtout porte-paroles d’AGS et du commandement militaire et durant son quart d’heure colonial, ses discours de la veille, préfiguraient ceux d’ AGS et des éditoriaux d’El Djeiche.
    Il faut arrêter de faire feu de tous bois et surtout de prendre des gens pour des veaux.

  5. Dey l’kekboun nous annonce qu’officiellement il a lâché, sur ordre de ses valeureux harkas, bouteflikhra( une fois que les carottes sont cuites pour ce dernier) et que , pour changer, l’ennemi est le Maroc.
    Ya l’kelboun , pourquoi tu rentres pas te cacher dans ta niche maintenant et tu vas y ronger ton cachir en nous oubliant un peu.