21.9 C
Alger
mercredi, juin 12, 2024

Des milliards de Da consacrés à la construction ou à la réfection de routes avec des travaux qui n’ont jamais été achevés

C’est un scandale qui démontre l’ampleur dramatique de la mauvaise utilisation de l’argent public en Algérie. Des budgets colossaux estimés à plusieurs milliards de Da ont été débloqués depuis au moins 2014 pour construire de nouvelles routes ou rénover des axes routiers existants. Mais ces projets lancés en grande pompe n’ont jamais été réceptionnés car les travaux n’ont jamais été achevés, et dans certains projets, les travaux n’ont même pas encore commencé alors que ces chantiers ont été lancés depuis… 2014. 

Un exemple éloquent qui en dit long sur cette gabegie financière en Algérie. De 2014 jusqu’à 2019, pas moins de 3,7 milliards de Da, soit l’équivalent de plus de 27 millions de dollars, ont été consacrés par l’Etat algérien pour financer la construction de nouvelles voies express nationales afin de renforcer les capacités du réseau routier à travers notamment les régions les plus enclavées. Durant toutes ces années, pas une seule ce ces nouvelles routes n’a été inaugurée et, pis encore, aucun centime de ces budgets publics qui leur ont été dédiés n’a été consommé ! L’argent a continué à dormir dans les caisses du ministère des Travaux Publics et des Transports en raison de la très mauvaise gestion entourant la mise en oeuvre des nouveaux programmes d’équipements, à savoir les investissements publics pour la construction de nouvelles infrastructures nationales, validés et approuvés dans le cadre des Lois de Finances annuellement appliquées en Algérie.

Un audit approfondi mené récemment par des juges de la Cour des Comptes a dévoilé que plusieurs projets souffrent d’une inquiétante immaturité de leur gestion. Il s’agit toujours de projets de réalisations de nouvelles routes.

Au moins trois (03) opérations d’équipement ont retenu l’attention des auditeurs. Il s’agit du projet relatif à la création d’une base de données des routes. Cette opération d’équipement a été inscrite en date du 12 mars 2012. Mais jusqu’à aujourd’hui encore, le taux d’exécution de ce projet financé par de l’argent public a dépassé à peine les 20% et le taux de consommation de son budget avoisine à peine les 30 %.

Un autre projet concernait une subvention au profit de l’agence nationale des routes d’un
montant de trois (03) Mrds de DA. Cette opération remonte à… 2015. Mais aujourd’hui encore, son taux d’exécution dépasse à peine les 20% et le taux de consommation de son budget est d’à peine…  20%.

Le constat le plus amer concerne l’opération de l’entretien des routes qui a été budgétisée et validée depuis 2017 mais son taux d’exécution est d’uniquement 4% et taux de consommation de son budget est de seulement  2,71% ! C’est tout simplement scandaleux car cette gestion chaotique des projets les plus névralgiques du réseau routier national porte directement préjudice sur le quotidien des automobilistes algériens qui sont contraints d’emprunter des routes de moins en moins abimées faute d’un sérieux entretien et d’un suivi régulier des chantiers de rénovation.

Il faut savoir qu’en Algérie, entre 1999 et 2017,  120.000 km d’autoroutes et 24.000 km de routes avaient été réalisés. Les autoroutes sont passées de 637 km à 5.700 km durant la période de référence. Pas moins de 73.000 km de routes avaient fait l’objet de réfection. Or, le manque de rigueur concernant la réalisation de ces projets a abouti à des défaillances techniques qui ont produit de fortes détériorations au niveau des routes algériennes.

En 2016, une enquête officielle diligentée par le ministère des Travaux Publics et des Transports a reconnu que seulement  69% des routes du pays sont considérées comme étant en bon état alors que 11% sont en très mauvais état. Et plusieurs observateurs avaient relevé à l’époque que ces statistiques officielles sous-estimaient la gravité de la situation des routes algériennes car les dégradations sont beaucoup plus importantes que le laissent croire les chiffres annoncés par les autorités algériennes.

 

dernières nouvelles
Actualités

2 تعليقات