27.9 C
Alger
samedi, juin 15, 2024

Décryptage. Le véritable poids de la communauté algérienne en France

Ce dimanche 10 avril 2022, une importante élection présidentielle se déroule en France. Un scrutin qui concerne aussi l’Algérie puisque la diaspora algérienne est la première et plus grande communauté étrangère en France. Et de nombreux français sont également… des algériens. Pour comprendre les tenants et aboutissants de cette complexité inédite, faisons un tour des statistiques qui évaluent le poids démographique impressionnant de la communauté algérienne en France.

Pour ce faire, nous allons utiliser comme principale source les chiffres de l’Institut national d’études démographiques qui est un établissement public français spécialisé dans les recherches en démographie et les études de population en général. C’est la source la plus fiable concernant l’évolution démographique de la population française.

Un premier indicateur témoigne de l’importance de la diaspora algérienne en France. L’Algérie est le pays qui fournit le plus important nombre de descendants d’immigrés par pays d’origine. Le pays d’origine est le pays de naissance du parent immigré s’il n’y en a qu’un. Lorsque les deux parents sont immigrés, on retient, par convention, l’origine du père. Ainsi, un descendant d’immigré (seconde génération) est une personne née en France, dont au moins un des deux parents est immigré.

Les Algériennes et Algériens constituent au moins 15,1 % de tous les descendants d’immigrés en France. Au moins 1,15 million de français et françaises sont identifiés comme les descendants d’un immigré algérien. Ces chiffres sont récents puisqu’ils remontent à 2020. A titre de comparaison, le Maroc est le pays d’origine des parents de 12,8 % des descendants d’immigrés en France et tous les pays d’Afrique sub-saharienne représentent aussi 12,2 % des parents des descendants d’immigrés en France. C’est dire qu’aucune autre communauté ne peut rivaliser du point de vue de la taille démographique avec la communauté algérienne en France.

Par ailleurs, les chiffres de l’INED nous apprennent aussi que pas moins de 838 703 immigrés nés en Algérie résident en France et sont titulaires d’un titre de séjour leur permettant de vivre sur le sol français. Les immigrés algériens sont aussi la première communauté étrangère en France qui compte aussi résidents marocains 784 818 et 610 206 résidents portugais.

D’autre part, 38,1 % des descendants d’immigrés étrangers en France âgés de moins de 15 ans ont des origines algériennes. Dans la catégorie des personnes âgées entre 25 et 54 ans, au moins 38,6 % des descendants français d’immigrés étrangers ont des origines algériennes, soulignent toujours les données de l’INED.

Ces chiffres prouvent que la communauté algérienne jouit d’une envergure impressionnante en France. Et toutes ces données peinent encore à refléter son véritable poids. Et pour cause, toutes les données avancées par les organismes français de statistiques se confondent pas avec celui des nationaux algériens vivant en France, que l’on peut supposer plus élevé car certains d’entre eux sont nés sur le territoire français, tout en héritant de la nationalité de leur(s) parent(s) qu’ils ont conservée (avec ou sans bi-nationalité), ce qui les exclut du décompte des seuls « immigrés » – définis comme par les organismes français comme des personnes nées étrangères à l’étranger.

Par ailleurs, les statistiques de l’INED et des autres organismes français ne comptabilisent pas les petits-enfants d’immigrés algériens (« troisième génération »). En 2011, la démographe Michèle Tribalat,hercheuse à l’Institut national d’études démographiques (INED), estimait leur nombre à 563 000, un volume ayant sans doute augmenté depuis dix ans. Cela signifie enfin que les français d’origine algérienne, les franco-algériens ou les algériens récemment naturalisés, sans compter les migrants clandestins, forment une immense communauté qui dépasse au bas mot les 3,5 millions de personnes en France. Avec une telle diaspora, l’Algérie est une composante importante de la configuration politique française. C’est pour cette raison que le scrutin présidentiel de ce dimanche 10 avril concerne de très prés l’Algérie et les Algériens.

 

dernières nouvelles
Actualités