20.9 C
Alger
jeudi, juin 13, 2024

Confidentiel. Situation très tendue à la PCH : plus de 40 % des médicaments avec un stock de moins d’un mois

Une nouvelle forte pénurie des médicaments risque d’ébranler l’Algérie dés la fin du mois d’août prochain, a pu confirmer Algérie Part au cours de ses investigations. Cette pénurie pourrait être provoquée par la situation alarmante qui prévaut en ce moment au sein de la Pharmacie Centrale des Hôpitaux (PCH), à savoir l’institution en charge de la distribution des médicaments au niveau de tous les hôpitaux publics et structures sanitaires de proximité.  

Selon nos investigations, plus de 40 % des médicaments indispensables à la prise en charge médicale des patients algériens ont un niveau de stock inférieur à un mois seulement. Cela signifie que d’ici la fin du mois d’août prochain, ces médicaments pourraient manquer cruellement à l’appel en raison d’un début de pénurie dans les établissements de santé publique qui ne seront pas approvisionnés correctement par la PCH. Selon nos sources, le stock de sécurité des médicaments et produits pharmaceutiques doit être normalement d’au moins 6 mois afin d’éviter toute perturbation préjudiciable au fonctionnement des hôpitaux publics.

Or, ce niveau de sécurité est complètement inexistant au niveau de la PCH puisque presque la moitié des médicaments consommés et utilisés par les hôpitaux algériens ont une couverture d’à peine un mois. D’après nos investigations, seulement 15 % des médicaments indispensables aux hôpitaux algériens ont une couverture de 6 mois et leurs stocks devront couvrir les besoins nationaux jusqu’à la fin de l’année 2022.

Cette situation s’explique par les retards et annulations de plusieurs appels d’offres nationaux et internationaux lancés depuis octobre 2021 par la PCH. Ces annulations et retards s’expliquent par les exigences très strictes, qualifiées souvent d’irréalistes, par les opérateurs nationaux et internationaux de l’industrie pharmaceutique, des cahiers des charges élaborés par la direction de la PCH pour encadrer ces marchés publics.

Les évaluations des offres soumises par les postulants à ces marchés d’acquisition des médicaments avaient abouti essentiellement à des infructuosités à cause des complications introduites par les nouveaux cahiers des charges de la PCH. Les problèmes internes ainsi que la désorganisation de cette institution expliquent en grande partie cette pénurie des médicaments qui martyrise les patients algériens depuis 2021. Et pour l’heure, aucune nouvelle initiative n’a été concrètement prise par la direction de la PCH pour remédier à ces problèmes. Ce qui risque d’aggraver la pénurie des médicaments en Algérie d’ici la prochaine rentrée sociale en septembre 2022.

Soulignons en dernier lieu que la Pharmacie centrale des hôpitaux (PCH) est une institution méconnue de l’opinion publique en Algérie. Et pourtant, elle joue un rôle majeur car c’est elle qui a pour mission d’approvisionner les hôpitaux de divers médicaments. La Pharmacie centrale des hôpitaux (PCH) est une institution publique étatique relevant du ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière. La PCH compte quatre directions régionales, à savoir : Alger, Annaba, Oran et Biskra. La PCH fournit environ 588 produits pharmaceutiques destinés notamment aux hôpitaux, aux cliniques privées et d’autres institutions telles que la Protection civile et autres.

 

dernières nouvelles
Actualités