23.9 C
Alger
mercredi, juin 12, 2024

Confidentiel. Lorsque le PDG de Sonatrach se cache derrière Djerad et les moukhabarat

De nouvelles inquiétantes informations nous parviennent de la direction générale de Sonatrach. Le PDG de Sonatrach, Toufik Hakkar, ne cesse de se targuer en pleines réunions regroupants les cadres les plus importants et influents de la compagnie nationale des hydrocarbures que ses décisions et orientations sont quotidiennement approuvées par le Premier-ministre, Abdelaziz Djerad, et les « Moukhabarat », à savoir les services de renseignements algériens. 

Algérie Part a pu confirmer effectivement au cours de ses investigations que le PDG de Sonatrach implique ouvertement dans sa gestion troublante et chaotique de plusieurs dossiers délicats du secteur des hydrocarbures l’appareil sécuritaire le plus sensible de l’Etat, à savoir les services secrets. A chaque fois que l’un de ses collaborateurs ou vice-présidents du groupe Sonatrach lui fait remarquer que l’une de ses directives risquent de violer une disposition réglementaire, Toufik Hakkar bondit et sort de ses gonds pour menacer ses interlocuteurs en brandissant le sempiternel argument : « Moi j’ai derrière moi le Premier-ministre et les Moukhabarat » !

Jamais un manager de Sonatrach n’a pu « politiser » à ce point le management de la compagnie nationale des hydrocarbures. Dans des réunions officielles de la direction générale, les collaborateurs du PDG ne peuvent plus faire des observateurs concernant la légalité de certaines modalités de passations de marchés ou les conditions de réalisations de certains nouveaux investissements. Le PDG Toufik Hakkar se contrefiche de la loi ou de la réglementation. A l’entendre, le feu vert du Premier-ministre, Abdelaziz Djerad, et des hauts responsables des services secrets algériens lui suffit largement pour prendre toutes les décisions qui lui semblent justifiées.

Cependant, aucune loi n’autorise l’implication des Moukhabarat dans la gestion économique interne des sociétés économiques publiques en Algérie. L’ex-DRS dispose, certes, de ses relais au sein des entreprises les plus stratégiques comme Sonatrach, mais l’objectif de ces officiers en mission secrète est de veiller sur l’utilisation saine de l’argent public et la protection de l’intérêt économique national. Il n’est aucunement autorisé qu’un colonel ou un général des services secrets algériens s’impliquent dans le management de Sonatrach. Ils ne sont ni doués ni compétents pour cette mission.

Mais Toufik Hakkar utilise volontiers les Moukhabarat pour effrayer ses interlocuteurs et imposer ses décisions les plus controversées alors que la santé financière de Sonatrach est plus que jamais fragile avec des pertes avoisinant les 13 milliards de dollars en 2020 par rapport à 2019. Et cette année 2021, Sonatrach a perdra également au moins 10 milliards de dollars de ses recettes en devises à l’exportation en raison de la faiblesse de son outil de production et des faibles volumes du pétrole brut ou gaz naturel exporté à l’étranger.

Malgré cela, Toufik Hakkar se présente comme le petit protégé du Premier-ministre et des services secrets. Comment est-ce possible ? C’est la question qui revient sur les lèvres de tous les cadres actuels de Sonatrach très inquiets par l’intrusion excessive des décideurs politiques et sécuritaires dans les affaires internes de Sonatrach qui doivent être régies par une logique économique et non pas une logique politicienne mercantile.

Cette situation inédite au sein de Sonatrach y compris lors de la décennie noire des années 90 a été, pourtant, anticipée par les révélations d’Algérie Part qui ont décrit les mécanismes sournois de ce clanisme mis en place depuis l’arrivée de Toufik Hakkar à la tête de Sonatrach au début du mois de février 2020. Parrainé par Djerad, Algérie Part a révélé à maintes reprises comment Toufik Hakkar est devenu l’homme fort du secteur des hydrocarbures amassant un pouvoir absolu que plus personne ne peut contester. Le PDG de Sonatrach rend directement compte à Abdelaziz Djerad et travaille sous sa coupe. Les deux hommes définissent les intérêts communs, les projets à mener et les enjeux majeurs qu’il faut défendre. Or, Djerad est un énarque et enfant chéri de la bureaucratie algérienne. Le secteur économique créateur de richesses et d’emplois, il n’en connait pas un seul bout ! Malgré cela, il se fie à Toufik Hakkar dont le parcours à Sonatrach est très médiocre et insignifiant. Cet aveuglement clanique a causé des pertes financières immenses à l’Algérie tout en suscitant un climat de tension et un malaise permanent au sein de la compagnie nationale des hydrocarbures. Les « services » algériens connaissent cette réalité amère car les bilans comptables et financiers de Sonatrach, personne ne peut les ignorer. Décidément, même au sein des Moukhabarat, Toufik Hakkar est « protégé » comme il le dit si bien à ses collaborateurs. Triste « Nouvelle Algérie ».

 

dernières nouvelles
Actualités

10 تعليقات

  1. Il aura sûrement du mal à se cacher derrière ses résultats, vue que c’est avec ça que les rentiers se prennent une retraite dorée ! Contrairement aux retraites distribuées au peuple par la CNR, qui, aux dernières nouvelles est aussi en déficit !
    Il reste une solution aux rentiers s’ils veulent relancer la machine, c’est de faire appel aux émigrés ou aux bis-nationaux pour sauver le navire ! Mais, auparavant, il faudrait que Zeghmati abroge sa loi discriminante !

  2. Visiblement les fossoyeurs de la Sonatracht qui n’ont pas pu se tirer au Canada en France où au Qatar, redoublent de férocité contre Hakkar qui leur fait la chasse….
    Les parrains de Semmar qui ont pillé et détruits la Sonatracht veulent que cette entreprise coule parce qu’ils n’ont plus la mainmise dessus comme Ils l’ont eu pendant des dizaines d’années…. Sous Bouteflika et un baril à 140 dollars ils ont passé leur temps à acheter des appartements en France Espagne ou Dubaï..

    Bravo Si Hakkar…continuez à les défoncer ces porcs et ces voleurs des richesses de tout un pays !

  3. J’ai vu des femmes marocaines de tous les âges nager pour rejoindre Ceuta…haahahhahaha…. On aurait dit une transhumance de gueux… Mais c’est grave à ce point de vivre au Maroc ?
    O que oui!
    8000 en une seule journée….Seul pays au monde à provoquer de tels fuites… C’est dire!

    Pendant ce temps Pédale 6 nettoie le fion de Netanyahou….A le Maroc… quel pays…

  4. @Dey@ les TV, radios, journaux de pédale6 diffusent chaque jour des « informations » sur le voisin de l’Est
    Ils citent tous ce torchon de  » Algerie part » …si c’est Zemmar le dit c’est ce que c’est vrai
    Il parait que c’est la famine en Algérie, qu’on a plus d’huile, de lait, de Smid…que les algériens sont bloqué à l’étranger ( alors les leurs le sont aussi )
    La grande différence est que nos journalistes locaux ( je précise pour le traitre qui a perdu son Maître et protecteur médiane prétendument  » Rab El Jazair » pendant 2 décennies , et ses bienfaiteurs oligarques comme le Taghout de Tiaret ), eux publient la réalité de ce qui se passe sans peur, sans risque d’être arrêté…
    Je lis presque quotidiennement les journaux liberté,El Watan, Le soir d’Algérie etc, et « nos journalistes » dénoncent sans peur toutes les arrestations, les violences policières, publient les noms , les rapport du CNLD, les photos et compte rendu des manifs ( c’est simple eux sontt présents sur le terrain et en rendent compte ) , les queues devant les bureaux de postes ou l’histoire de pénurie d’huile ( ce qui a été démenti par le baron de l’huile , Mr Cevital lui même et ses super marchés sont la preuve que c’était une opération de désinformation)…
    Mais Mr Zemmar, lui, traitre comme il est s’est attaqué ici à un de ses concurrents prétendument exonéré de respecter la tarification …
    Pour Zemmar, il y’a de bons oligarques ( ses généreux bienfaiteurs) et des mauvais tous les autres
    Tout le monde sait qu’on en vit pas d’amour et d’eau fraiche surtout à Paris et qu’on quitte pas le pays partir de la prison d’El harach ( il prétend avoir été exfliltré avec l’aide de RSF: bizarre, bizarre)
    Quand à péale 6, il encourage ses propres sujets à se réfugier dans l’enclave espagnole et préfère assurer la route de son cannabis qui est plus rentable que préserver ses sujets.
    Les banlieues espagnoles, françaises, belge, néerlandaise sont toujours bien alimenté covid ou pas