19.9 C
Alger
vendredi, juin 21, 2024

Confidentiel. Le directeur régional de Sonatrach à Hassi R’mel relevé de ses fonctions à la suite d’une chute de la production du gaz naturel

Baali Mohamed El-Seghir Redha, le directeur régional de Sonatrach à Hassi R’mel et responsable de la station sud de compression de gaz de Hassi R’mel a été relevé ses fonctions dans une totale discrétion par la direction générale de Sonatrach, a pu confirmer Algérie Part au cours de ses investigations. Baali Mohamed El-Seghir Redha a été limogé et remplacé le 5 décembre dernier à la suite d’une chute brutale de la production nationale du gaz naturel qui a fortement perturbé à la fin du mois de novembre dernier l’approvisionnement en gaz naturel de plusieurs clients étrangers et nationaux, a-t-on pu encore confirmer au cours de nos investigations. 

Au cours de la dernière semaine du mois de novembre, le rendement des stations de compression de gaz du Groupe Sonatrach à Hassi-R’Mel (Laghouat) a baissé drastiquement à cause de leur incapacité à répondre aux pics élevés de la consommation nationale de gaz naturel. Cette baisse des activités de ces stations a perturbé fortement le réseau de distribution du gaz naturel qui raccorde Sonatrach à plusieurs de ses clients nationaux comme Sonelgaz ainsi que des clients étrangers comme le gazoduc Medgaz reliant directement l’Algérie à l’Espagne.

Selon nos sources, des problèmes techniques ont compromis pendant plusieurs jours la gestion des champs gaziers de Hassi R’mel. Il s’agit d’une baisse de pression constatée lors de l’extraction du gaz naturel d’où la difficulté de son exploitation au niveau des trois stations de compression de gaz de Hassi R’mel. Par ailleurs, Algérie Part a pu confirmer au cours de ses investigations qu’une panne avait été signalée au niveau des turbocompresseurs de l’une des stations de Sonatrach. Cette panne a fortement perturbé ensuite la distribution et l’acheminement du gaz vers les diverses canalisations destinées à le transporter jusqu’aux gazoducs déployés sur le territoire national.

Pour étouffer ces dysfonctionnements, la direction générale de Sonatrach a préféré sacrifier un bouc-émissaire en la personne de son directeur régional Baali Mohamed El-Seghir Redha avec lequel le PDG de Sonatrach, Toufik Hakkar, entretenait des relations très tendues ces derniers temps en raison notamment d’un désaccord portant sur la réduction drastique de la réinjection du gaz, une technique d’exploitation et d’extraction du gaz naturel.

Il faut savoir que la réinjection de gaz concerne la réinjection de gaz naturel dans un réservoir souterrain, généralement dans un réservoir contenant déjà à la fois du gaz naturel et de pétrole brut, afin d’augmenter la pression dans le réservoir et ainsi augmenter le débit de pétrole brut ou encore séquestrer le gaz qui ne peut pas être exporté. Le PDG de Sonatrach a contraint les responsables de la direction régionale de Hassi R’mel de réduire significativement cette réinjection pour dédier le gaz qui devait être réinjecté dans les champs gaziers aux exportations à l’étranger avec l’espoir d’augmenter les recettes en devises du pays. Ce choix est techniquement irresponsable puisqu’il compromis dangereusement l’entretien et la durée de vie d’un gisement de gaz naturel.

Baali Mohamed El-Seghir Redha a tenté à maintes reprises d’expliquer cette réalité scientifique à sa direction générale, en vain. Et lorsque le rendement des champs de Hassi R’mel a commencé à se détériorer dans des proportions alarmantes, le PDG de Sonatrach a fait porter le chapeau à son directeur régional de Hass R’mel le relevant ainsi de ses fonctions sans ébruiter l’information pour éviter un nouveau scandale qui entachera définitivement sa crédibilité et démontrera son incapacité avérée à diriger le secteur des hydrocarbures du pays.

 

dernières nouvelles
Actualités

1 تعليق

  1. Blad mickey n’arrive même pas à exporter du gaz sous ses pieds.La rupture de l’approvisionnement du gaz via le Maroc est due à une insuffisance de prodiction masquee grossierement par une represaille marocophobe et antisemite.
    Resultat: le monde sait maintenant que le pouvoir algerien n ‘est pas fiable pour les contrats strategiques.