22.9 C
Alger
samedi, juin 22, 2024

Confidentiel. La PCH annule dans des circonstances troublantes des commandes de plusieurs instruments et dispositifs médicaux manquant cruellement aux hôpitaux algériens

La Pharmacie Centrale des Hôpitaux (PCH), l’institution publique en charge de l’approvisionnement des hôpitaux algériens en médicaments et divers produits pharmaceutiques, a annulé dans des circonstances troublantes des commandes de plusieurs instruments médicaux faisant l’objet de pénurie au sein de nombreux hôpitaux publics, a pu confirmer Algérie Part au cours de ses investigations. 

Ces commandes devaient être livrées ces jours-ci par plusieurs fournisseurs privés, mais la direction générale de la PCH a préféré les annuler et stopper ces marchés sans fournir aucune explication raisonnable alors que ces commandes contiennent des instruments médicaux essentiels aux soins dispensés par les hôpitaux algériens.

Il s’agit notamment des lames de bistouri ainsi que des sondes d’intubation endotrachéale, à savoir une sonde destinée à être insérée par la bouche ou le nez dans la trachée pour assurer le maintien de la perméabilité des voies aériennes et permettre la ventilation mécanique. Il s’agir d’une sonde qui permet une ventilation artificielle lorsque la fonction respiratoire et que les troubles de la conscience engendrent une altération du carrefour aéro-digestif. Ce instrument médical est très important pour la prise en charge des patients victimes de détresse respiratoire ou de détresse circulatoire.

Dans les services de chirurgie de plusieurs hôpitaux algériens, ces sondes sont introuvables et font l’objet d’une alarmante pénurie. Ces sondes sont également massivement utilisées pour soigner des malades atteints des formes les plus graves de la COVID-19 et qui sont hospitalisés dans des services de réanimation.

Selon nos investigations, les commandes annulées brusquement par la PCH concernant également d’autres dispositifs médicaux très recherchés dans les hôpitaux publics à l’image des sondes de Foley, une sonde urinaire vésicale qui permet de faire un sondage urinaire permanent en étant  raccordée à une poche à urine. Les sondes naso-gastriques qui permettent l’administration des nutriments et eau directement dans l’estomac ainsi que les sondes pour l’alimentation des malades graves figuraient aussi parmi les dispositifs médicaux qui devaient être livrés en ce moment à la PCH. Cette institution a pris ainsi une nouvelle décision intrigante qui ne manquera pas d’aggraver le fléau de pénurie dont souffrent cruellement les hôpitaux algériens.

dernières nouvelles
Actualités