30.9 C
Alger
dimanche, juin 16, 2024

Comment les diplomates algériens se sont offerts des financements publics de 37 millions d’euros pour améliorer leur train vie et leur influence personnelle à l’étranger

C’est une habitude qui devient très fâcheuse dans un grave contexte de crise financière qui étouffe dangereusement l’Algérie. Au lieu de faire preuve de rigueur budgétaire et d’exemplarité dans la gestion des deniers publics pour se solidariser avec leurs compatriotes qui souffrent de nombreuses privations faute de bonnes ressources financières, les diplomates algériens s’octroient des budgets onéreux pour améliorer leur train de vie à l’étranger et pour financer des actions diplomatiques en toute opacité sans garantir le moindre « retour sur investissement » utile pour la défense des intérêts de notre pays à l’étranger. Explications. 

En effet, chaque année, le ministère algérien des affaires étrangères (MAE) s’offre des crédits budgétaires supplémentaires qui provoquent des dépassements dans les crédits initiaux débloqués par l’Etat algérien au profit de ce département ministériel. Et ces nouveaux budgets publics sont souvent utilisés pour payer de nouveaux salaires du personnel diplomatique à l’étranger ou pour améliorer les conditions de vie de nos diplomates.

A titre d’exemple, entre 2018 et 2019, la diplomatie algérien s’est offert pas moins de 5,835 Millards de DA, à savoir l’équivalent de 37 millions d’euros, pour financer « des dettes des exercices antérieurs enregistrés sur les chapitres liés au fonctionnement des
services du ministère à l’étranger d’une part, et à des actions diverses d’autre part », nous apprend un audit effectué récemment par les magistrats de la Cour Suprême.

Algérie Part s’est procuré au cours de ses investigations les détails de ses dépenses supplémentaires qui semblent être difficilement « justifiables » au regard de leur caractère non-prioritaire.

En effet, avec ses 37 millions d’euros, les diplomates algériens ont financé l’acquisition de 02 véhicules administratifs au profit de l’administration centrale du MAE à Alger alors que le parc automobile de ce département ministériel est d’ores et déjà consistant et considérable. Des dépenses en devises ont été consenties pour offrir 400 bourses à des enseignants algériens « dans le cadre du programme national exceptionnel », un programme totalement opaque et méconnu dont on ne sait même les critères d’excellence et d’éligibilité qui le régissent. Comment ces 400 boursiers à l’étranger ont été sélectionnés et quel est réellement leur mérité académique ? Personne ne le sait et peu d’informations sont disponibles sur les dessous et objectifs de ces bourses à l’étranger.

Par ailleurs, en France, la diplomatie algérienne a offert deux (02) véhicules au centre culturel algérien à paris d’une valeur de 127,28 millions DA, à savoir l’équivalent de 800 mille euros, une somme totalement exorbitante et injustifiée car les prix des véhicules les plus prestigieux sont beaucoup moins chers en France. Avec 800 mille euros, il aurait été possible d’acheter plus de 10 véhicules en France…

D’autre part, la diplomatie algérienne finance à coup de millions d’euros des participations dans des actions internationales qui échappent à tout contrôle et dont on ne connaît même pas l’intérêt réel pour notre pays. A titre d’exemple, la diplomatie algérienne a offert une contribution de 59,09 millions de Da, soit l’équivalent de 370 mille euros au fonds régional de gestion des risques acridiens qui est totalement méconnu en Algérie. Pis encore, la diplomatie algérienne a participé récemment au financement d’un nouveau programme intitulé « activité citoyenne de proximité à l’étranger dans le cadre de la coopération
sécuritaire » avec un financement de 118,19 millions de DA, soit l’équivalent de 740 mille euros. Or, ce programme est totalement méconnu des diplomates les plus chevronnés que nous avons interrogé au cours de notre enquête. Personne ne sait avec précision ses objectifs, son utilité et le profit que l’Algérie peut tirer de ses activités.

Des millions d’euros sont également dépensés pour la prise en charge de l’insuffisance de crédits enregistrée au titre du chapitre abritant les dépenses liées à la coopération internationale, ainsi que ceux des services extérieurs du ministère à l’image des indemnités et allocations diverses et rémunération des agents contractuels et du fonctionnement des services diplomatiques à l’étranger qui ont coûté récemment  pas moins de 3,941 Mrds de DA, à savoir l’équivalent de 24 millions d’euros. Encore des dépenses en devises pour lesquelles le MAE ne rend jamais des comptes et les budgets ne font qu’augmenter d’une année à une autre dans une Algérie qui ne cesse de s’appauvrir à cause de la crise financière et des difficultés économiques qui la paralysent.

.

dernières nouvelles
Actualités

3 تعليقات

  1. Halucinant , surréaliste, gravissimes, L’assassinat des trois conducteurs Algeriens et l’incendie de leurs camions est probablement l’œuvre des services secrets du DRS Algérien pour faire diversion et jouer sur la fibre humanitaire et rallier l’opinion publique Algérienne à un élan patriotique , en effet tous les spécialistes militaires sont unanimes ,il n’ y aucune trace d’une supposée attaque aérienne par des missiles lancés par des drones ou chasseurs F- 16 Marocains ,car si c’était le cas, ça aurait pulvérisé complètement les deux véhicules et la provocation d’un énorme cratère suite à l’impact extrêmement puissant des missiles. Deuxième thèse non retenue aussi est que les deux camions auraient rouler sur des mines antichars qui pullulent dans la zone tampon ,or si C’était le cas les véhicules seraient renversés et distordus vue la puissance des mines anti chars et blindés installés par les FAR dans ces régions. Une commission de la MINURSO est arrivée sur place pour constater qu’il n’y a aucune trace de missiles, aucun débris, aucune ogive , pire que ça, les deux véhicules ont été délibérément incendiés dans la zone tampon qui est un territoire Marocains et la question qui se pose, que viennent faire des camions Algeriens sur les territoires Marocains et dans une zone d’extrême tension militaire. De ces faits beaucoup de spécialistes politiques pensent au scénario du monastère de Tibhirine ou sept moines Français ont été décapités par le DRS du caporal Khaled NEZZAR et Taoufik MEDIANE reb dzair pour faire croire à l’opinion publique internationale que c’était l’œuvre des islamistes du FIS , un scénario où les pauvres camionneurs ont été assassinés ou brûlés vif dans leurs véhicules et faire croire à une attaque militaire des FAR , l’enquête doit être dirigée par les nations unies et privilégier la piste de la main des services secrets de Chengriha le criminel de guerre qui a assassiné lâchement trois innocents Algeriens.

  2. Sahara occidental n est pas en territoire marocain espece de vicieux marococo regard regime makhzen mis part lyautey m6 nous algerien on denonce le makhzen est les generaux corompu regatd ton pays qui va pas tres bien .
    PS vos blabla de lugan escro alcoolique faux historien algerie ceci cela le disque est rayer xar ik yz trop mensonge regarder histoire du maroc se sera a pleuree