23.9 C
Alger
mercredi, juin 12, 2024

Blé : un think tank marocain reconnaît que l’Algérie est un modèle en Afrique grâce à sa diversification d’approvisionnement

Le Policy Center for the New South, think tank marocain spécialisé en économie et relations internationales installé à Rabat réputé pour son influence auprès des autorités marocaines, a vanté le mérite de l’Algérie concernant sa gestion intelligente de ses approvisionnements nationaux en blé. Dans une récente étude, ce think tank marocain a effectivement comme l’un des modèles en Afrique, pour leurs méthodes de diversification de fournisseurs en blé, contrairement à 16 autres pays du continent qui importent la majorité de leur blé, soit plus de 56 %, de la Russie et de l’Ukraine, pendant qu’un conflit oppose ces deux pays.

La guerre chez le grenier de la mer Noire, l’Ukraine, impacte aussi bien le commerce international du blé que le continent africain, surtout pour les pays qui importent la plupart de leurs blés à partir de la Russie et de l’Ukraine. Le Policy Center for the New South (PCNS) a publié une étude qui a pour titre «Les conséquences de l’invasion de l’Ukraine, par la Russie, pour l’approvisionnement de l’Afrique en blé». Cette étude a servi à passer en revue cette problématique et énumérer les pays africains qui achètent la plupart de leurs blés en Russie et en Ukraine, et ceux qui souffriront des effets de ce conflit.

Et cette a reconnu que l’Algérie fait partie des pays africains les moins dépendants du blé russe et ukrainien en raison de la diversité de ses approvisionnements. Preuve en est, l’Algérie a importé pour l’année 2020/2021 environ 7,7 millions de tonnes et elle est considérée comme le deuxième importateur de blé en Afrique en produit localement 3,6 millions de tonnes. Les Européens, en particulier la France et l’Allemagne ont été les principaux fournisseurs de l’Algérie l’année passée. Mais cette année, les algériens se sont détournés des exportateurs occidentaux au profit de la Russie. Par contre, la guerre russo-ukrainienne a dissuadé l’Algérie de miser aveuglément sur cette orientation.

La même étude marocaine a révélé enfin que 374 millions d’habitants, soit 16 pays en tout du continent africain, représentant environ 40 % de la population africaine, consomment à 56 % le blé de la Russie et de l’Ukraine. L’Erythrée est l’unique pays en Afrique qui affiche une dépendance totale au blé russe et ukrainien (60 % de son blé vient de la Russie, et les 40 % de l’Ukraine). 90 % du blé russe et Ukrainien, c’est aussi le taux de dépendance de la Somalie et des Seychelles, pendant que le continent enregistre encore cinq autres pays, qui dépendent à plus de 70 % de ce blé.

 

dernières nouvelles
Actualités