21.9 C
Alger
mercredi, juin 12, 2024

Belkacem Houam n’avait pas tort : plusieurs quantités de Deglet Nour retirées du marché français et voila pourquoi

Le journaliste algérien Belkacem Houam a été incarcéré jeudi 8 septembre à Alger en raison d’un article sur les « mésaventures » de la célèbre Deglet Nour algérienne sur le marché français. Il s’avère que les informations avancées par Belkacem Houam dans son articles sont fondées et exactes contrairement à ce que prétend le ministère du Commerce qui a démenti ces informations en menaçant d’enclencher des poursuites judiciaires contre l’auteur de l’article. Une menace rapidement mise à exécution et qui a fourni à la justice algérienne un prétexte pour placer en détention un journaliste coupable d’avoir écrit un article de presse qui dérange les autorités algériennes. 

Mais Belkacem Houam n’a diffusé aucune Fake News. Plusieurs quantités de Deglet Nour made in Algérie ont été retirées du marché français et les consommateurs français ont été priées par les autorités françaises de ne plus consommer ces dattes algériennes en raison d’un risque avéré pour la santé humaine.

La plateforme gouvernementale française Rappel Conso, le site gouvernemental français qui recense des alertes de produits dangereux, a tiré la sonnette d’alarme à plusieurs reprises au cours de cette année 2022 concernant les déficiences constatées dans les dattes de variété Deglet Nour importées depuis l’Algérie pour être vendues partout en France.

Il faut savoir qu’en France, une stricte réglementation régit le rappel des produits dangereux ou impropres à la consommation. Lorsqu’un produit de consommation, alimentaire ou non, présente des risques pour la santé ou la sécurité des personnes, il peut faire l’objet d’un retrait ou d’un rappel et ce retrait peut intervenir tant que le produit est disponible dans les magasins mais n’est pas encore vendu : les professionnels les retirent alors des rayons ou des entrepôts, explique à ce propos la réglementation française.

Celle-ci indique également que le rappel des produits dangereux peut intervenir pour les produits qui sont déjà sur le marché : les particuliers doivent alors rapporter aux magasins les produits défectueux ou les détruire. En France, des campagnes d’information (presse, radio, etc) relaient ces mesures de rappel. C’est exactement ce qui s’est passé avec plusieurs quantités de Deglet Nour algérienne.

Le 23 août dernier, des barquettes de dattes raviers Deglet Nour 500g de la marque « B&S La Pause » ont été retirés du marché français à la suite de la détection d’un pesticide interdit par l’Union Européenne (UE), il s’agit du diflubenzuron qui est une substance active de produit phytosanitaire (ou produit phytopharmaceutique, ou pesticide), qui présente un effet insecticide, et qui appartient à la famille chimique des benzoylurées. Cette substance provoque sur l’homme un effet hématologique. Elle provoque une augmentation de la concentration sanguine en méthémoglobine qui peut être dangereuse pour la santé humaine.

A la suite de ce signalement, la plateforme gouvernementale Rappel Conso a exigé aux consommateurs français de ne plus consommer ces dattes algériennes, de ne plus utiliser le produit et de la rapporter point de vente. Ce n’était pas la première fois que des dattes algériennes se retrouvent au cœur d’une campagne de signalement de produits dangereux.

Le 24 et 27 juin 2022 et le 23 juillet 2022, des variétés et des marques de dattes algériennes ont été épinglées pour de graves manquements à la réglementation régissant la conformité sanitaires des fruits et légumes destinées à la consommation humaine. Présence d’anhydride sulfureux (substance allergène) non présente sur l’étiquetage du produit, présence de substances allergisantes non déclarées, à chaque fois un motif inquiétant est évoqué par les autorités françaises pour justifier le retrait de ces produits des marchés et les appels de vigilance lancés aux consommateurs français.

Ces différents signalements ont porté un énorme préjudice au prestige des dattes algériennes et leur réputation en pâtit dangereusement. Il faut savoir qu’en France, les entreprises qui procèdent à des rappels de produits ont l’obligation d’en informer les pouvoirs publics. Elles ont également l’obligation d’informer les consommateurs. Généralement cette information se fait en magasin, par voie de presse, à l’aide de campagnes relayées notamment par les associations de consommateurs, ainsi que sur leurs canaux de communication (site internet, réseaux sociaux, etc.). Et depuis avril 2021 les entreprise doivent également publier leurs avis de rappel de produits dangereux sur un site internet : rappel.conso.gouv.fr.

Cette mauvaise publicité pour les dattes algériennes fait perdre à l’Algérie des débouchés importants car le marché français est l’un des plus importants marchés internationaux pour la célèbre Deglet Nour.

Il est à souligner à ce sujet que l’Algérie est le sixième plus grand producteur de dattes au monde. Sa production a légèrement diminué, passant de 100 milliers de tonnes en 2019 à 95 milliers de tonnes en 2020, en raison de mauvaises conditions météorologiques. Toutefois, il était prévu que les prévisions indiquent que la production augmentera à nouveau en 2021, pour atteindre 110 000 tonnes. Les autorités algériennes n’ont pas, pour le moment, confirmé cette reprise positive de la production nationale.

L’Algérie est aussi le huitième exportateur de dattes au monde et exporte plus de 55 mille tonnes. L’Algérie exporte la plupart de ses dattes en France, à la Fédération de Russie, en Espagne et au Maroc. Les deglet nour représentent plus de 85 % des exportations algériennes de dattes.

L’Algérie augmente considérablement ses exportations vers l’Europe, son taux de croissance annuel étant de 19 % depuis 2016. L’Algérie a augmenté ses exportations de dattes vers l’Europe, celles-ci étant passées de 16 milliers de tonnes en 2016 à 32 milliers de tonnes en 2020, soit une valeur de 55 millions d’euros. Cependant, la France demeure la principale destination européenne des dattes algériennes, représentant une part d’exportation européenne de 80 % en 2020, suivie de l’Espagne (11 %), de la Belgique (3 %) et de l’Allemagne (2 %).

dernières nouvelles
Actualités