21.9 C
Alger
jeudi, juin 13, 2024

Au moins 18 enfants algériens accompagnés par 152 Harragas secourus et interceptés ces dernières 24 heures aux larges des côtes espagnoles

C’est une véritable tragédie. Une tragédie qui se déroule dans l’indifférence générale des autorité algériennes.  Ces dernières 24 heures, au moins 18 enfants et adolescents mineurs algériens ont été secourus par les garde-côtes espagnols aux larges des côtes de l’extrême sud de la péninsule ibérique. Ces 18 enfants se trouvaient accompagnés par au moins 152 migrants clandestins ayant quitté les côtes algériennes de plusieurs wilayas de l’ouest du pays pour tenter de trouver refuge en Espagne. Ce nombre très élevé d’enfants mineurs Harragas représente un funeste record. C’est, effectivement, la première fois que les secouristes espagnols repêchent autant d’enfants algériens en haute Méditerranée. 

Ces statistiques ont été établies par l’ONG Centre International pour l’Identification de Migrants Disparus (CIPIMD) qui se trouve à Malaga en Andalousie (Espagne) et qui se mobilise au quotidien pour appuyer les recherches des secours en mer dans l’espoir de sauver des migrants algériens d’une mort tragique lorsqu’ils tentent d’atteindre les plages espagnoles. Et sur sa page Facebook qui est devenue ces deux dernières années une véritable référence crédible pour les observateurs du fléau de la harga en Méditerranée Occidentale, Francisco José Clemente Martin, le militant associatif et défenseur des droits des migrants qui publie quotidiennement des informations détaillées et précises sur le nombre des Harragas algériens arrivés en Espagne, a fourni des précisions très détaillées sur le nombre et composition des embarcations de migrants irréguliers algériens ayant été interceptées ou secourues par le service maritime de la Guardia Civil espagnole depuis hier le mardi 19 juillet.

Ainsi, 4 enfants ont été secourus au large des côtes d’Almeria au sud de l’Espagne lorsque les garde-côtes espagnols sont intervenus pour récupérer les 40 « passagers » d’au moins 3 embarcations qui se trouvaient en grande difficulté dans les eaux territoriales espagnoles.

Deux heures auparavant, 3 autres mineurs se trouvaient à bord d’une autre embarcation interceptée toujours au large de la province d’Almeria qui compte 200 Km. de plages, depuis Pulpí à l’est jusqu’à Adra à l’ouest.  Plus tard dans la même journée de ce 19 juillet très sinistre, 3 femmes algériennes accompagnées par 3 enfants ont été interceptées au large des côtes de Cartagena, une ville espagnole située en bordure de la mer Méditerranée dans la communauté autonome de la région de Murcie.

A Almeria encore et toujours, une femme enceinte accompagnée par deux enfants a été identifiée à bord d’une embarcation comptant au moins 14 harragas algériens qui ont quitté la wilaya d’Oran pour tenter de rejoindre l’Espagne. Auparavant, au niveau de la même province, le Service maritime de la Garde civile a repêché 2 harragas algériens accompagnés par 3 enfants. A San José, un village et un port de pêche situé au centre du Parque Natural de Cabo de Gata, dans la province d’Almería, les garde-côtes espagnols ont pris en charge deux autres enfants mineurs algériens qui ont été interceptés à bord d’une petite embarcation comptant également 4 adultes algériens.

La forte présence des enfants mineurs algériens à bord de ces embarcations de fortune qui fuient le pays pour l’Europe est un indicateur très alarmant sur le niveau de détresse sociale et psychologique qui ronge profondément la société algérienne. Malheureusement, les dirigeants algériens occultent dangereusement cette détresse et ne fournissent aucun effort pour apporter des solutions pouvant relancer l’espoir de vivre en Algérie. C’est toute la cohésion sociale de notre pays qui est en péril.

dernières nouvelles
Actualités