27.9 C
Alger
samedi, juin 15, 2024

Alerte à l’Aéroport d’Alger – Les Employés Entament un Mouvement de Protestation !

Ce 20 juillet 2022, a enregistré le débrayage des employés de la Direction de la Maintenance et de la Logistique (DML) au sein de la Société de Gestion des Services et Infrastructures Aéroportuaires (SGSIA) gérant l’aéroport International Houari Boumediene à Alger.

Auteur : [email protected]

Les dégâts causés par l’ex PDG de la SGSIA, aujourd’hui emprisonnés, sont incommensurables au niveau de l’Administration de la SGSIA.

Rappelons, que Tahar Allache épaulé par les représentants du syndicat pendant plus de 15 années, et les avait même maintenus au-delà de leur mandat qui a expiré depuis plus d’une année.

Une fois démis de ses fonctions, et remplacé par Omar Halis en tant qu’intérimaire puis par Layache Akacem comme nouveau Président Directeur Général de la SGSIA, une délégation de l’union syndicale locale de Dar El Beida, s’était déplacée le 13 Juillet 2022 pour soumettre un courrier à la nouvelle Direction.

Dans cette missive, le syndicat local reconnait que les délégués syndicaux de la SGSIA exerçaient dans l’illégalité la plus totale.

Aussi, il a été proposé d’organiser, pour ce mercredi 20 Juillet à 14 heures, une assemblée générale afin de décider de l’organisation d’élection des nouveaux représentants syndicaux.

La section syndicale locale ne souhaitait pas voir les anciens délégués syndicaux, qui n’avaient plus aucun mandat depuis plus d’une année et qui avaient soutenus Tahar Allache contre les employés de la SGSIA, se représenter aux prochaines élections.

La Direction n’a pas donné suite à la demande du Syndicat et tant attendue par les employés de la SGSIA.

Selon nos informations, Omar Halis, frère de Mourad Halis, Avocat, ex-Président de la chambre des notaires, ancien député FLN et Vice-Président du Parlement, a pris les rênes de l’Administration de la SGSIA et concentre tous les pouvoirs entre ses mains.

Pour cela il a développé envers le nouveau PDG un discours simpliste, lui conseillant de ne signer aucun document, pour ne pas être compromis et traduit en justice comme son prédécesseur…

C’est ainsi que Omar Halis, simple chef de département au niveau de la Direction de l’Exploitation qui ambitionne d’être PDG de la SGSIA, a réussi à prendre les rênes de la gestion du plus important et du plus stratégique aéroport du Pays…

Aucun courrier n’arrive à Akacem sans qu’il ne soit décidé préalablement décidé par M. Halis !

Ce dernier, pourtant de rang hiérarchique inférieur, se permet même de donner des instructions à des cadres de rangs supérieurs, les Directeurs obtempèrent car étant tous impliqués dans l’affaire de corruption ayant vu l’incarcération de l’ex-PDG, craignent d’aggraver leur cas…

Car l’affaire court toujours, puisque le procureur a interjeté appel.

Nos sources affirment que c’est bien Omar Halis qui a bloqué la décision de changement de syndicalistes, qui pourtant continuent d’exercer dans la plus grande illégalité…

Cette situation de blocage a irrité une partie des salariés de la SGSIA, qui ont décidé d’un débrayage en début d’après-midi, ce qui a surpris les Renseignements Généraux de la police, arrivés peu après sur les lieux.

En l’absence de Halis et d’Akacem, une partie des employés de la SGSIA ont décidé d’entamer une deuxième journée de protestation demain 21 Juillet 2022 à 11 Heures !

Mais pourquoi Halis bloque-t-il l’élection de nouveaux syndicalistes ?

La réponse est tout simple, le pouvoir donné aux nouveaux syndicalistes leur permettra de s’opposer en toute légalité à Halis.

Car il n’a de pouvoir que parce qu’il a en face de lui un PDG bien faible et qui ignore la chose aéroportuaire, des Directeurs impliqués dans une affaires de corruption et des syndicalistes dans l’illégalité qui ne peuvent durer qu’en soutenant Halis…

Si les Responsables de la SGSIA n’avaient rien à se reprocher, ils remettraient très vite le chef de Département à sa place. Malheureusement ce n’est pas encore le cas aujourd’hui, mais cela ne saurait tarder.

En effet, les employés de la SGSIA sont déterminés à élire leurs représentants syndicaux et ont d’ores et déjà préparé une liste de points à soumettre aux futurs candidats syndicalistes, dont un point important consistant en l’audit externe des comptes des œuvres sociales.

Ils savent très bien que les conclusions de l’Audit vont pousser de nombreux Responsables rendre des comptes à la justice avec des conséquences dramatiques pour certains d’entre eux. C’est dire pourquoi Halis met le dossier sous le coude !

Alors que des personnes avaient tenté de convaincre Akacem d’aller voir les employés de la SGSIA qui protestaient contre le refus d’une assemblée générale, ce dernier a déclaré : Non cela ne va pas être possible. En plus Halis n’est pas là, il a pris une maladie de 10 jours parce qu’il s’est foulé le poignet ! »

Un PDG qui s’en remet à un chef de département ayant bloqué la demande de la section syndicale locale, pour parler avec des employés qui ne demandent que leurs droits… Hors-sol !

Au lieu de s’occuper de relancer l’aéroport d’Alger, de rendre cette infrastructure commercialement viable, de trouver des solutions aux nombreux locaux fermés, à une communication et une publicité défaillante, de faire en sorte d’offrir des services aux normes internationales, de donner la possibilité aux employés d’avoir un véritable syndicat, nous avons là une équipe de dirigeants qui s’occupe de tout autre chose. Halis se voit en PDG et le PDG veut juste faire acte de présence…

Si des mesures strictes et pérennes ne sont pas vite prises par les autorités hiérarchiques, le feuilleton Aéroport d’Alger risque de perdurer et nous assisterons à l’émergence d’un second  »Allache » parmi les incompétents et les médiocres qu’il a laissé derrière lui.

Pauvre Algérie…

dernières nouvelles
Actualités