23.9 C
Alger
mercredi, juin 12, 2024

14 Harragas algériens victimes d’un naufrage le 1er Novembre et au moins 270 disparitions signalées depuis le début de l’année 2021

C’est une véritable tragédie qui se produit dans la plus honteuse des indifférences. Hier lundi 1er novembre, une embarcation de harragas algériens en provenance des côtes de la wilaya de Mostaganem a fait naufrage. Seuls 3 survivants ont pu être secourus après avoir été repérés par des navires marchands turcs. Les autres migrants algériens sont toujours déclarés disparus et les espoirs de les retrouver sains et saufs demeurent, malheureusement, minces. 

Ce nouveau drame s’est produit le jour même où l’Algérie célèbre le 67ème anniversaire du déclenchement de la Guerre de libération. C’est plus qu’un symbole, c’est le signe d’une détresse alarmante qui s’est emparée d’une partie importante de la population algérienne à cause de la forte détérioration des conditions de vie dans une Algérie prise en otage par l’autoritarisme violent de ses nouveaux dirigeants et les conséquences désastreuses de la crise financière sur les équilibres du pays.

Ce mardi 2 novembre, l’ONG le Centre International pour l’Identification de Migrants Disparus (CIPIMD) qui se trouve à Malaga en Andalousie (Espagne), a dévoilé un bilan macabre des naufrages qui ont emporté de nombreuses vies en Méditerranée. Selon cette ONG, considérée comme l’une des sources les plus fiables concernant l’observation du phénomène de l’émigration clandestine, au moins 270 migrants algériens ont été déclarés disparus entre janvier et fin septembre 2021. Il s’agit d’un nombre très relatif qui sous-estime l’ampleur réelle des naufrages des embarcations des harragas algériens, souligne encore à ce propos le CIPIMD d’après lequel les chiffres réels des migrants algériens morts en Méditerranée sont beaucoup plus élevés.

Et si près de 4000 harragas ont été interceptés par les garde-côtes algériens au niveau des eaux territoriales algériennes, ils sont plus de 13 mille harragas qui ont pu rallier les côtes espagnoles. D’autres sources espagnoles avancent un chiffre supérieur au 15 mille migrants algériens recensés et accueillis sur le sol espagnol. Un record inédit car ces chiffres couvrent uniquement la période de janvier à septembre 2021.

Des chiffres qui témoignent de la profondeur de ce mal qui est la harga au sein de la société algérienne. Une société désorientée face aux crises économiques, politiques et sociales qui déstabilisent le pays depuis 2019. Et face à ce fléau, les autorités algériennes se murent dans un silence honteux. Face à ces tragédies ayant causé les décès de plus de 500 migrants algériens depuis le début de l’année 2021, les autorités algériennes n’ont pas fait le moindre commentaire ni adopté la moindre initiative pour stopper cette hémorragie de la jeunesse algérienne. Rien, absolument rien n’a été entrepris pour redonner de l’espoir à des algériennes et algériens qui ne croient plus à l’avenir dans leur propre pays.

 

dernières nouvelles
Actualités

1 تعليق

  1. En six mois, près de 4 200 migrants ont débarqué en Andalousie depuis les côtes algériennes.
    les Algériens de plus en plus nombreux à tenter l’aventure Les migrations clandestines des Algériens se multiplient et les drames se succèdent .Des médecins, des ingénieurs, des enseignants et même des femmes enceintes et des footballeurs professionnels.  » le gouvernement garde le silence  »

    El Pais a cité le rapport européen selon lequel la pauvreté et la faim vécues par le peuple algérien ainsi que la frustration politique, qui affecte particulièrement la génération de la jeunesse algérienne, s’ajoutent à la situation économique difficile dont les pressions se sont accrues en raison de l’épidémie, des conditions qui se sont accumulées pour pousser les Algériens à émigrer dans le silence et avec la complicité du régime au pouvoir.

    La promesse déçue d’une « Algérie nouvelle »aucune réforme.

    C est une grande douleur de voir ces jeunes partir.