26.9 C
Alger
dimanche, juin 23, 2024

Rachid Nekkaz retourne une nouvelle fois en prison

L’opposant algérien Rachid Nekkaz a été une nouvelle incarcéré par la justice algérienne ce dimanche 15 mai. Et cette fois-ci, il a été placé en détention en compagnie de son avocat maître Abdelkadir Chohra et Hamza Djabri, l’un des cadres les plus actifs de son parti politique non-agréé le Mouvement pour la Jeunesse et le Changement (MJC). 

C’est un juge d’instruction près le tribunal de Chlef qui a ordonné hier samedi 14 Mai ce placement sous mandat de dépôt, a-t-on pu confirmer auprès de plusieurs sources judiciaires concordantes. Cette décision controversée a été rendue, selon nos sources, vers minuit, à savoir dans la nuit du samedi au dimanche.

Les autorités judiciaires reprochent visiblement à Rachid Nekkaz et ses deux compagnons l’organisation d’un sit-in devant la prison de Chelf pur réclamer la libération de tous les détenus politiques encore en détention en Algérie ainsi que l’ouverture d’une enquête sur la mort bouleversante du militant et activiste du Hirak Hakim Debbazi. Fortement irrité par cette action de protestation autour de cet évènement qui avait scandalisé l’opinion publique nationale, la Justice algérienne aurait ordonné l’arrestation musclée et ensuite le placement en détention de Rachid Nekkaz et de ses deux compagnons.

Cette décision ne manquera pas de susciter une nouvelle intense polémique dans le pays car elle intervient au moment où le pouvoir algérien prétendait préparer un projet d’une réconciliation nationale avec les opposants et activistes exilés à l’occasion du 60e anniversaire de l’Indépendance du pays, à savoir le 5 juillet 2022.

Cette incarcération brutale témoigne ainsi que la répression systématique des libertés fondamentales des opposants algériens est toujours d’actualité. Il est à signaler enfin que Rachid Nekkaz s’était particulièrement distingué ces derniers jours par son militantisme très actif autour du dossier de la mort suspecte et troublante du militant Hakim Debbazi.

L’opposant algérien est à l’origine de la préparation d’une plainte qui avait été déposée le 4 mai dernier au tribunal d’Alger afin de réclamer « 1 milliard d’euros de réparations pour la famille de son neveu Hakim Debbazi, retrouvé mort dans des circonstances troubles dans la prison de Koléa, située à 60 km d’Alger le 24 avril 2022 ».

« A ce jour, le ministère algérien de la justice n’a toujours pas donné d’explication ou fait une autopsie pour déterminer les causes réelles du décès du détenu politique. Il s’est contenté d’un silence assourdissant malgré les multiples appels d’associations de droits de l’homme ou de personnalités pour l’ouverture d’une enquête », avait expliqué au sujet de cette plainte une lettre rendue publique par l’association MJC, la structure militante de l’opposant Rachid Nekkaz.

Rappelons enfin que Rachid Nekkaz est devenu un habitué des prisons algériennes. Il avait été emprisonné  depuis 5 décembre 2019 jusqu’à la veille du 22 février 2021 en raison de son engagement politique en faveur du changement pacifique en Algérie. Il est régulièrement arrêté, interpellé et placé en garde-à-vue en raison de ses activités militantes sur le terrain comme sur internet.

dernières nouvelles
Actualités