28.9 C
Alger
samedi, juillet 20, 2024

L’horreur des feux et des incendies provoquée aussi par l’incompétence tragique du régime Tebboune

Encore une tragédie en Algérie. Comme en 2021 et en 2022, l’été 2023 est marqué par des feux de forêt et des incendies qui ont horrifié la population algérienne. Les dégâts sont considérables et le bilan des morts ne cesse de s’alourdir. Au moins 34 personnes, dont dix militaires, ont péri dans de violents incendies survenus dans le nord-est de l’Algérie dans la nuit de dimanche à lundi et toujours en cours, selon le dernier bilan publié par le ministère de l’Intérieur lundi soir. Un précédent bilan faisait état de 15 morts et 26 blessés suite aux incendies qui ont touché une quinzaine de wilayas du nord-est du pays.

Des soldats se sont retrouvés encerclés par les flammes alors qu’ils étaient évacués de Beni Ksila, dans la préfecture de Béjaïa (est), accompagnés d’habitants de hameaux limitrophes, a indiqué pour sa part le ministère de la Défense. Le pays a enregistré 97 incendies dans 16 wilayas mais les plus violents se sont déclarés à Béjaïa, Bouira et Jijel, faisant 15 morts. Ces incendies, attisés par des vents très forts, ont atteint des zones d’habitations dans ces trois préfectures où 1 500 personnes menacées par les flammes ont été évacuées, selon cette source. Mais l’Algérie n’est pas le seul pays méditerranéen qui fait face à une canicule extrême et des températures allant jusqu’à 48 degrés. En Italie et surtout en Grèce, d’importants incendies ont été signalés et les combats contre les flammes sont aussi rudes, intenses qu’en Algérie.

Mais aucun bilan aussi meurtrier et tragique n’a été déploré dans ces pays méditerranéens alors qu’en Algérie, le nombre des morts risque malheureusement d’augmenter encore dans les heures à venir. Pourquoi un tel chaos en Algérie ? La faute incombe aux dirigeants incompétents du régime Tebboune qui ont commis des erreurs impardonnables aggravant ainsi la fragilité du pays face aux incendies de forêt et aux effets de la canicule. En effet, depuis 2021, l’Algérie doit réceptionner des avions bombardiers d’eau commandés auprès… de la Russie. Un seul avion a été à cause du manque criant de capacité de production en Russie dont l’industrie est exclusivement mise à la disposition de son Armée mobilisée sur le front ukrainien.

Pendant ces deux années d’attente et de faux suspense, les dirigeants algériens auraient pu acquérir des avions auprès des canadiens ou américains qui pouvaient vendre à l’Algérie des avions pouvant déverser de 6000 litres jusqu’à plus de 10.000 litres d’eau par passage après des pleins en mer ou sur un lac. Des avions qui coûtent à peine 35, voire 50 millions d’euros. Mais au lieu de privilégier ces solutions, les dirigeants algériens ont préféré attendre leurs « amis russes » prolongeant ainsi une dépendance inexpliquée, injustifiée et inacceptable puisque le pays est dénudé face aux risques des incendies de forêt.

Le régime Tebboune a préféré aussi donner 1,5 milliard de dollars USD pour la nouvelle Banque de développement des BRICS, financer à plusieurs dizaines de millions de dollars USD la Palestine ou prêter et donner des sommes importantes, dépassant les 500 millions de dollars USD depuis 2021, à la Tunisie au lieu de prioriser les besoins de sa propre population livrée à son triste sort à chaque été face aux effets désastreux de la canicule et du réchauffement climatique. Notre Directeur de Publication, Abdou Semmar, analyse les conséquences inouïes de cette très mauvaise gouvernance sur le vécu de la population algérienne dans ce coup de gueule sous forme de podcast vidéo :

alger #tebboune #pouvoir_algérien #abdousemmar #algériens #algérie #feuxdeforêt #incendies #canicule #été2023 #bejaia #kabylie #bouira_algerie #jijel #brics #grèce #italie

dernières nouvelles
Actualités