27.9 C
Alger
samedi, juin 15, 2024

Les relations personnelles, le premier et presque seul moyen de trouver du travail en Algérie

En Algérie, les relations personnelles demeurent la méthode privilégiée et la plus utile pour trouver du travail et se libérer du chômage et de la précarité ou misère sociale qu’il provoque pour de nombreux millions de jeunes algériens en quête désespérée de perspectives professionnelles pouvant leur offrir de meilleures conditions de vie. Plus de 80 % des demandeurs d’emploi en Algérie recourent ainsi à leurs relations personnelles pour chercher du travail, a constaté Algérie Part au cours de ses investigations en accédant à des enquêtes de terrain réalisées par l’Office National des Statistiques (ONS), un organisme gouvernemental chargé de la collecte des données et statistiques démographiques ou socio-économiques.

Pas moins de 88,3 % des chômeurs algériens sans diplôme recherchent un emploi par le biais de leurs relations personnelles. Ils sont uniquement 42 % à rechercher du travail en procédant à une inscription auprès d’un bureau de main d’œuvre. Les enquêtes de terrain de l’ONS nous apprennent également que 49,2 % des chômeurs algériens sans diplôme cherchent un emploi en entamant des démarches auprès des entreprises. Dans cette même catégorie des chômeurs, ils sont uniquement 32 % à se lancer dans la recherche de moyens pour s’installer à leur compte.

Les relations personnelles sont également la première méthode utilisée pour chercher du travail par les chômeurs algériens diplômés de la formation professionnelle. Ils sont effectivement, selon les résultats des enquêtes en notre possession, plus de 82 % à opter pour ce mode de recherche d’un emploi. 65,4 % des chômeurs de cette catégorie tentent aussi une inscription auprès d’un bureau de main-d’œuvre pour trouver un travail.

Seuls les chômeurs diplômes de l’enseignement supérieur en Algérie privilégient la recherche d’un travail en entamant directement des démarches auprès des entreprises qui recrutent. Près de 93 % de nos chômeurs diplômés de l’université démarchent directement les entreprises nationales ou étrangères dans l’espoir de trouver un travail.  Néanmoins, 80 % de ces chômeurs diplômés recourent aussi à leurs relations personnelles pour réclamer un emploi.

Globalement, plus de 84,4 % de toute la population active au chômage en Algérie cherche du travail en utilisant les relations personnelles. Les enquêtes de terrain de l’ONS indiquent enfin que 65,2 % des chômeurs algériens, toutes catégories confondues, entament des démarches directement auprès des entreprises pour postuler à des offres d’emploi. Et à peine 61 % de nos chômeurs recourent à un bureau de main-d’oeuvre de leurs localités respectives pour demander du travail à travers les antennes de l’Agence Nationale de l’Emploi (ANEM).

Ces données confirment le fonctionnement traditionnelle, pour ne pas dire archaïque, du marché de l’emploi en Algérie. Un marché dominé par le relationnel, voire le népotisme déguisé, au détriment de la culture du mérite et de la recherche des compétences ou qualifications requises pour une véritable réussite professionnelle.

 

dernières nouvelles
Actualités