26.9 C
Alger
dimanche, juin 16, 2024

Le parc automobile algérien vieillit de plus en plus

Le parc automobile algérien est en train de vieillir d’une année à une autre faute de pouvoir importer ou commercialiser des voitures neuves. Ce constat, on peut aisément le dresser à la lumière des plus récentes statistiques officielles des véhicules nouvellement immatriculés ou ré-immatriculés. Les plus récentes données remontent au premier semestre 2020. Ces données ont été confirmées et recueillies par le très officiel Office National des Statistiques (ONS), un organisme public qui a pour principale mission la collecte, le traitement et la diffusion de l’information statistique socio-économique tel que le recensement de la population, l’évolution démographique et économique.

D’après les chiffres de l’ONS, depuis le premier semestre 2020, les voitures de moins de 5 ans ne représentent que 13,75 % des voitures qui ont été immatriculées ou ré-immatriculées en Algérie. Le nombre de ces véhicules neufs ne dépasse pas les 41 547 véhicules, a-t-on constaté à la lecture des statistiques de l’ONS. En revanche, les voitures de 20 ans et plus représentent jusqu’à 23,68 % de l’ensemble des voitures immatriculées ou ré-immatriculées en Algérie. 12,57 % de ces véhicules recensés en Algérie ont un âge qui varie de 15 ans jusqu’à 19 ans.

Et les voitures âgées entre 5 et 10 ans représentent jusqu’à 29,41 % des véhicules immatriculés ou ré-immatriculés. Il est à signaler en outre que la taille du parc automobile algérien est en train de rétrécir.

Preuve en est, le nombre des immatriculations des véhicules neufs, a connu une très forte baisse de plus de 135.000 unités au cours du premier semestre 2020 soit une chute de 84,73 % par rapport au premier semestre de l’année 2019. Les données de l’ONS indiquent aussi une baisse dans les immatriculations et réimmatriculations de plus de 434 000 véhicules par rapport au premier semestre 2019, soit 47,81%.

Ces chiffres témoignent de l’impact désastreux de la pandémie de la COVID-19 sur le marché automobile algérien. Un marché qui subit, de surcroît, de fortes turbulences à cause des restrictions très drastiques concernant les importations massives de véhicules neufs par les concessionnaires automobiles lesquelles demeurent toujours interdites par les autorités algériennes.

dernières nouvelles
Actualités