20.9 C
Alger
jeudi, juin 13, 2024

Exploration et exploitation du pétrole et du gaz en Algérie : baisse inquiétante des investissements des partenaires étrangers

En 2021 comme en 2020, les compagnies internationales des hydrocarbures ont baissé leurs investissements productifs et leurs dédiés à la recherche de nouvelles réserves de pétrole ou de gaz en Algérie. Les partenaires étrangers de la compagnie nationale des hydrocarbures Sonatrach refusent de mettre la main au portefeuille pour financer des investissements dans la mise en service de nouveaux projets de production de pétrole ou de gaz. C’est une véritable crise de confiance qui s’est installée entre l’Algérie et les investisseurs étrangers dans le secteur du gaz et du pétrole, a pu confirmer Algérie Part au cours de ses investigations en obtenant des documents internes de la direction générale de Sonatrach qui résument le bilan de toutes les activités de la compagnie nationale des hydrocarbures en 2021. 

Les réalisations d’investissements dans le secteur des hydrocarbures en Algérie ont atteint 713 Milliards DA, soit l’équivalent de 5,1 Milliards US$. Selon les documents en notre possession, la part devises dans ces investissements a représenté seulement 38% du total. Le segment Exploration production s’est attiré 87% du total avec un niveau de 623 Milliards DA soit l’équivalent de 4,4 Milliards US$. La majorité écrasante de ces investissements productifs ont été financés par les fonds propre de Sonatrach. La compagnie nationale des hydrocarbures a dépensé effectivement  498 Milliards DA, soit l’équivalent de 3,6 Milliards US$ pour supporter les charges de ces investissements. Quant aux associés étrangers de Sonatrach, ils ont uniquement dépensé 124 milliards de Da pour développer de nouveaux projets de production de pétrole ou de gaz, ce qui est l’équivalent d’à peine 880 millions de dollars USD.

Un budget dérisoire qui traduit le désintérêt grandissant des investisseurs étrangers notamment des grosses compagnies internationales pour le secteur des hydrocarbures en Algérie. Comme en 2020, les investissements étrangers dans la production et exploration de nouveaux champs gaziers ou pétroliers sont en diminution drastique en Algérie.

Pour rappel, en 2020, les investissements des partenaires étrangers de Sonatrach dans le segment Exploration & Production ont fondu comme neige au soleil. En effet, sur les 5,1 milliards de dollars investis en Algérie dans l’exploration de nouvelles réserves de pétrole ou de gaz, la Sonatrach a été contrainte de sortir de ses « poches » pas moins de 4,1 Milliards US$. C’est ce qu’on appelle les investissements en effort propre, à savoir pris en charge uniquement par les fonds propres de la Sonatrach. Quant à ses partenaires étrangers, ils sont investi uniquement 1,0 Milliard US$ dans de nouveaux projets d’exploration ou de production des hydrocarbures en Algérie. Ce qui représente un recul considérable qui a contribué au recul général des investissements productifs dans les hydrocarbures en Algérie.

En 2020, ces investissements sont en baisse de 31% en Algérie par rapport à l’année 2019, suite à la révision à la baisse des projets et programmes liés au forage et au développement des gisements, en raison principalement de la baisse drastique du prix du pétrole et des mesures de confinement liées à la crise sanitaire ayant impacté l’avancement des projets.

Les autres investissements de Sonatrach en 2021 ont concerné d’autres segments comme le Transport par canalisation 37 Milliards DA (264 Millions US$ équivalent), soit 5% du total des investissements, la Liquéfaction et Séparation du gaz naturel 28 Milliards DA (202 Millions US$ équivalent), soit 4% du total des investissements, le Raffinage et Pétrochimie 11 Milliards DA (82 Millions US$ équivalent), soit près de 2% du total des investissements, ainsi que d’autres divers investissements totalisant 14 Milliards DA (97 Millions US$ équivalents), soit 2% du total des investissements enregistrés durant toute l’année 2021.

dernières nouvelles
Actualités