26.9 C
Alger
dimanche, juin 16, 2024

Confidentiel. Air Algérie : deux dossiers déterrés pour débusquer des pratiques financières illicites

La direction générale d’Air Algérie a déterré deux dossiers sensibles qui ont été marqués par des irrégularités douteuses pouvant donner lieu à des pratiques occultes de détournement des fonds publics, a pu confirmer Algérie Part au cours de ses investigations. 

Selon nos informations, l’actuel PDG d’Air Algérie, Yacine Benslimane, a ouvert des investigations internes sur les conditions d’achat du système de billetterie Amadeus. Plusieurs indices laissent croire que cette transaction opérée en 2017 par Air Algérie a été entachée d’énormes irrégularités. Les responsables chargés de cette opération auraient accepté de prendre la version 6 au lieu de celle commandée au préalable et qui devait être payée par Air Algérie. Jusqu’à aujourd’hui, cette version n’est pas encore totalement maîtrisée par les employés de la compagnie battant pavillon national. D’après nos sources, Air Algérie a déversé davantage de devises pour acquérir cette version remaniée du système Amadeus.

Il faut savoir que fin mai 2017, la compagnie aérienne Air Algérie avait signé un accord avec le groupe Amadeus IT, qui est spécialisé dans la gestion pour la distribution et la vente de services de voyages. Ce nouveau système installé avait remplacé Mercator, l’ancien système de réservations. Amadeus propose un PSS (Services passagers intégrés) qui prend en charge la réservation et le paiement en ligne, la gestion de la billetterie et les places/sièges, la tarification, la fidélisation (programme Air Algérie Plus) et l’enregistrement en ligne des passagers. En tout, ce sont 156 points de vente d’Air Algérie, 31 aéroports domestiques et 18 escales internationales devaient migrer vers le nouveau système. Cela impliquait la formation de plus de 1 600 agents.

Pour rappel, Amadeus IT est une société par action avec un effectif de plus de 14 000 employés. Ses actionnaires sont : Air France, Lufthansa, IAG, Fonds d’investissement du gouvernement de Singapour et BNP Paribas.

Un deuxième dossier a été déterré aussi par la direction générale d’Air Algérie. Il s’agit du contrat de travail de l’ex-PDG par intérim Amine Debaghine Mesraoua. Ce dernier a bénéficié de plusieurs avantages onéreux qui ont coûté beaucoup d’argent à la compagnie. Il s’agit d’avantages financiers et sociaux dont les montants excessifs ont soulevé de nombreuses interrogations au sein de la direction générale d’Air Algérie. Algérie Part poursuit ses investigations et reviendra sur ce sujet avec des révélations détaillées.

dernières nouvelles
Actualités