22.9 C
Alger
mercredi, juin 7, 2023

Vaccin anti-COVID-19 : l’incroyable « foutage de gueule » du Professeur Kamel Senhadji,

C’est du jamais vu. Le délire du gouvernement algérien entre dans une nouvelle dimension . Et cette fois-ci, les autorités algériennes adoptent une attitude irrationnelle dans un dossier stratégique pour l’avenir du pays. Un dossier qui requiert de la rigueur et de la perspicacité. Il s’agit du prochain vaccin contre le COVID-19 qui doit soulager la planète entière des souffrances infligées par une pandémie terrifiante qui dure depuis le début de cette année 2020. 

Ailleurs dans le monde, les gouvernements préparent des plans concrets, étudient des stratégies rationnelles axées sur un échantillonnage de la population en fonction de la nécessité de réduire le taux de mortalité de l’épidémie. Dans les pays dignes de ce nom, la préparation des campagnes de vaccination de la population est une affaire trop sérieuse et grave qui fait l’objet d’une attention particulière regroupement autour de ce dossier les experts les plus compétents.

En Algérie, c’est tout le contraire. Le régime algérien ne prend pas au sérieux les véritables enjeux de ce dossier sanitaire et verse dans le « foutage de gueule » pour susciter le buzz et faire croire à la population algérienne qu’il réfléchit sérieusement à des solutions. Or, en vérité, la question de la vaccination de la population algérienne dépasse de loin les esprits très limités des actuels dirigeants algériens

Preuve en est, le directeur de l’Agence nationale de sécurité sanitaire, le Pr Kamel Senhadji, a indiqué sur un ton très enthousiaste vendredi sur Radio Sétif que la campagne de vaccination va commencer en janvier 2021, et que le vaccin sera distribué gratuitement aux Algériens. WOW ! Pour une fois, une annonce extraordinaire de la part d’un haut responsable algérien. Mais, c’était trop pour être vrai et 24 heures plus tard, le même patron de l’agence nationale de sécurité sanitaire a dit le contraire de ce qu’il avait annoncé la veille depuis Sétif.

Aujourd’hui samedi, dans une déclaration à nos confrères de TSA, le fameux Kamel Senhadji sur lequel Abdelmadjid Tebboune ne tarissait pas d’éloges a déclaré que l’Algérie devrait attendre 6 mois pour espérer expérimenter un programme de vaccination.

« Franchement on ne sait pas. Dans le monde entier on est en train d’attendre les résultats publiés dans les revues internationales concernant ces vaccins. Les résultats sont prévus dans les prochaines semaines, peut-être dans les prochains mois. Ce n’est qu’à ce moment-là qu’on pourra analyser de façon rationnelle les résultats tel qu’acceptés par la communauté scientifique internationale. Ça nous aidera à discerner et à aller vers le bon choix pour pouvoir aider les pouvoirs publics dans leur décision. On espère bien que cela se fera dans le prochain semestre, peut-être dans six mois ou un petit peu plus, mais pas dans l’immédiat », dit-il dans une déclaration à TSA ce samedi.

Ce double-discours porte un nom clair et précis. Il s’agit du « foutage de gueule ». Cette cacophonie au plus haut sommet de l’Etat algérien témoigne de l’incroyable manque de sérieux dont fait preuve le gouvernement algérien dans la gestion de ce dossier sensible. Jeudi 3 décembre, c’était le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid qu’aucune campagne de vaccination n’est encore prévue en Algérie. Le lendemain, Kamel Senhadji contredit le ministre de son secteur et miroite un miracle aux Algériens : se faire vacciner gratuitement au même moment que les populations des autres pays développés. Ensuite, retour cruel à la réalité amère : finalement, il faudra attendre au moins 6 mois pour vérifier, consulter, analyser…

En vérité, Kamel Senhadji n’est qu’un autre symbole de l’impuissance et incompétence de l’actuel gouvernement dirigé par Abdelaziz Djerad. Des dirigeants qui ne maîtrisent pas leurs dossiers et préfèrent l’effet d’annonce à l’abnégation pour aboutir à des mesures concrètes et sérieuses permettant de répondre aux besoins des Algériennes et Algériens. Triste et révoltant.

 

 

dernières nouvelles
Actualités

14 تعليقات

  1. Je suis très déçu du Pr Kamel Senhadji. J’attendais une intervention de sa part qui reflète vraiment son statut, … des chiffres à l’appui, une vision ou une stratégie. Rien de cela!

    Son intervention s’est limitée à contredire le ministre de la santé sur un domaine d’achats et de subventions qui n’est pas du tout de son ressort. Et terminer par se contredire lui-même dans sa seconde intervention. Quel gachis!

    Ni son âge, ni son expérience internationale, ni le principe de la collégialité ne lui ont apparemment pas servi.

    Bon vent à l’Algérie

  2. Je crois qu’à force de soulever des problèmes en Algérie, le chiffre sûrement astronomique atteint devient à la longue un vrai boulet qui leur donne des cauchemars. Alors, plutôt que de les résoudre, ils trouvent plus commode de s’organiser un petit détournement de fonds pour assurer leurs vieux jours. Ils savent tous que ça ne durera pas longtemps !
    Le mot d’ordre c’est h’chicha talba m’aïcha pour tous !
    Une autre version circule aussi, c’est h’yini el yawm wa aktalni ghadwa !

  3. Comme ce monsieur Sanhadji et les autres incompétents de ce gouvernement de charlots, les autres pays ont déjà préparé la logistique et tous les plans liées au vacination, chez nous rien,si on suit ce balaati dans 6 mois l’Algérie sera détruite avec cette pandémie. Il est temps de réunir un comité de sages pour preparer une période de transition réelle sinon ce pays plongera dans le chaos et la misère.

  4. @Dey Hussein
    Vous dites tahia Boumedienne parce que vous vous êtes rappelé qu’il voulait en son temps raser la kabylie. En somme cette Algérie vous la voulez pour vous tout seuls.
    Après avoir chassé ou liquidé les grands moudjahidines Kabyles et épuisé tous les fusibles (KDS) vous voulez vous attaquer à présent même au moindre petit commentateur. Apprenez que les bonnes choses sont celles qui ont une fin. L’heure est venue pour vous de faire votre examen de conscience en lâchant les baskets à l’Algérie pour vivre libre dans la justice et la démocratie dans le respect de chacun.
    Il faut sortir de l’aveuglement clanique qui a signé l’acte de décès de l’intelligence algérienne.

  5. Les agents du makhzen en action. Apparemment vous êtes très nombreux n’est ce pas toi le Abd Semsar. Tu ne gagne rien avec le makhzen peut être quelques nuitées arrosées avec de la bonne chair pas plus et encore avec de belles prises de photos pour qu’elles restent dans tes archives en cas ou! Tu finiras comme tes semblables harkis dans les poubelles de l’histoire ton nom inscrit à jamais en tant que tel

  6. Mais qui etes vous pour vous permettre de juger un homme comme le Pr Kamel Sanhadji sur une question que vous ne maitrisez pas, alors qu’il est un spécialiste mondialement connu (et reconnu) en immunologie.
    Les spécialistes s’accordent pour dire que le vaccin serait une partie de la solution mais pas La Solution. Et puis quel vaccin choisir ? Entre le vaccin chinois et celui de Pfizer, il y a une distance; et pas que géographique. Les deux vaccin sont différents autant par le concept que par les aspects logistiques.
    Vous êtes journaliste, restez dans les limites de votre fonction; si vous ne comprenez pas certaines choses, demandez aux spécialistes et si, même avec l’apport des spécialistes, vous ne comprenez pas évitez de dire des inépties.

  7. Il faut arrêter de raconter n’importe quoi,. Moi je connais très très bien le professeur Sanhadji quand il était prof a pasteur à Lyon ,il a travaillé sur 8 projets de recherche dont 6 ont été pris par les Etats Unis. En plus c’est un grand Mr quand il s’agit de faire des dons aux étudiants algeriens il était le premier et avec des gros chèques et il n’y a pas beaucoup comme lui ,il avait son frère général mais il ne parlait jamais et tous les deux étaient pieux comme leur père.