19.9 C
Alger
vendredi, juin 21, 2024

Une étude de la Banque Mondiale démontre l’aggravation de la cherté de la vie en Algérie à cause de la chute de la valeur du Dinar

L’inflation augmente dangereusement et la vie devient de plus en plus chère en Algérie à cause notamment de l’impact fortement négatif, pour ne pas dire, catastrophique, de la chute de la valeur du Dinar, la monnaie algérienne. C’est du moins ce que nous apprend une  étude approfondie réalisée par la Banque Mondiale et publiée dans son bulletin de conjoncture du mois de juin. Il s’agit d’une étude qui regroupe les travaux des experts de la Banque Mondiale concernant l’impact de la crise sanitaire sur les ménages les plus défavorisés dans tous les pays du monde.

Dans cette étude, il est clairement démontré que l’inflation mesurée par les pressions
inflationnistes se sont intensifiées en Algérie depuis 2020 à cause notamment de la dévaluation continue de la valeur de la monnaie algérienne. Selon les calculs et analyses des experts de la Banque Mondiale, la cherté de la vie s’est beaucoup aggravée en Algérie à partir de de janvier 2021. « Les données suggèrent une augmentation plus forte du prix
des produits alimentaires et non alimentaires au début de 2021 (+3,4 % et +4,2 % par rapport à janvier 2020, respectivement) », explique ainsi cette source d’après laquelle plusieurs « facteurs ont exercé des pressions à la hausse » des prix de produits de large consommation depuis le début de la pandémie de la COVID-19 en 2020.

Il s’agit notamment « de la dépréciation du taux de change (qui a augmenté le prix des équipements, intrants intermédiaires et produits finaux importés), l’augmentation de la monnaie en circulation, ainsi que l’intensification de l’effort de rationalisation des subventions du lait et du blé », indique ainsi l’étude de la Banque Mondiale pour expliquer les tenants et aboutissants de l’inflation qui ne cesse de s’envoler en Algérie.

« Au cours de l’année 2020, le dinar a per- du 9,8 % de sa valeur par rapport au dollar EU,
et 17,7 % par rapport à l’euro, ce qui a eu un impact négatif sur les termes de l’échange de l’Algérie », décrypte encore la même étude publiée dans le bulletin de conjoncture de la Banque Mondiale.

« À la suite de la baisse des prix du pétrole et des recettes extérieures de l’Algérie, le dinar s’est déprécié de 6,4 % par rapport au dollar EU en mars et avril 2020, puis est resté globalement stable jusqu’en décembre 2020, date à laquelle il s’est déprécié de 2,3 % supplémentaires », a constaté encore la même source selon laquelle « le dinar a également chuté par rapport à l’euro entre avril et août 2020, en raison de son appréciation par rapport au dollar.

L’étude de la Banque Mondiale a souligné enfin les incohérences du commerce international algérien qui aggravent les déséquilibres financiers du pays.

« Avec le dollar comme monnaie de facturation des exportations d’hydrocarbures et plus de 50 % des importations en provenance d’Europe ou de Chine, la dépréciation plus prononcée du dollar par rapport à l’euro a eu un effet négatif sur les termes de l’échange
de l’Algérie », explique en dernier lieu à ce propos cette étude savante.

 

dernières nouvelles
Actualités

2 تعليقات

  1. Le pouvoir lui manque beaucoup les années noires, actuellement il pousse le peuple a agir differament que les manifestations pacifiques qui existent aujourd’hui , manque d’oxygène ,feu à Tiziouzou , emprisonne les manifestants, la vie chère, c’est des pièges pour pousser les gens a agir avec force et c’est là qu’il va employer son pour faire croire au monde que parmi les manifestants il y a des terroristes, c’est son gagne pain.