20.9 C
Alger
jeudi, juin 13, 2024

Un rapport sécuritaire : « Le partenariat de l’Algérie avec la Russie est un motif de préoccupation » pour la France

Un rapport sécuritaire français établi par par la commission de la défense nationale et des forces armées du Parlement français a affirmé que « le partenariat de l’Algérie avec la Russie est un motif de préoccupation » pour la France. 

Ce rapport sécuritaire a été rédigé par des parlementaires français en conclusion des travaux d’une mission d’information sur les enjeux de défense en Méditerranée. Ce rapport enregistré auprès de l’Assemblée Nationale française le 17 février 2022 a été présenté par les députés Jean-Jacques Ferrara et Philippe Michel-Kleisbauer. Ces deux rapporteurs chargés de confectionner ce rapport résumant les actuels enjeux sécuritaires en Méditerranée ont auditionné de nombreux officiers militaires français pour étudier le rôle l’Algérie et sa place réelle dans les futurs enjeux militaires du bassin Méditerranéen.

Et dans ce rapport dont Algérie Part détient une copie, il est clairement indiqué que « le partenariat de l’Algérie avec la Russie est également un motif de préoccupation, a fortiori dans un contexte d’implantation du groupe Wagner au Sahel ». « La Russie constitue ainsi de loin le premier fournisseur de l’Algérie : elle pourvoirait à hauteur de 67 % aux besoins en équipements militaires de l’Algérie  En outre, les deux États ont intensifié leur coopération opérationnelle, avec un premier entraînement commun des forces terrestres russes et algériennes, qui s’est déroulé en octobre 2021 », relève encore ce rapport en citant comme référence une vaste étude consacrée aux relations de l’Algérie avec la Russie et menée par Adlene Mohammedi, chargé de recherches stratégiques pour le cabinet AESMA et auteur d’une thèse sur la politique arabe de la Russie postsoviétique.

Adlene Mohammedi est docteur en géopolitique et notamment spécialiste de la politique arabe de la Russie postsoviétique. Il dirige le centre d’études stratégiques AESMA, ainsi qu’Araprism, association et site dédiés au monde arabe. Il a rédigé le 2 décembre 2020 pour le compte de l’Institut FMES – Fondation méditerranéenne d’études stratégique, une étude intitulée « Russie-Algérie : un partenariat flexible et pragmatique » dans laquelle il est affirmé que « si Alger est un client historique de Moscou, et ce depuis la période soviétique, la visite de Vladimir Poutine à Alger en 2006 marque un tournant. À cette occasion, le président russe annonce l’effacement de la dette algérienne, soit 4,7 milliards de dollars. Dans la foulée, l’Algérie s’engage à dépenser 7,5 milliards de dollars en armes russes. Selon des médias russes spécialisés, entre 2006 et 2018, l’Algérie aurait dépensé plus de 13,5 milliards de dollars en armement russe ».

Il est à signaler enfin que les deux rapporteurs qui sont à l’origine de ce rapport parlementaire et sécuritaire français sont des membres influents de la Commission de la Défense et des Forces Armées de l’Assemblée Nationale en France. Jean-Jacques Ferrara est l’actuel député de la première circonscription de Corse du Sud, il siège à la commission de la Défense et a été nommé Rapporteur du Budget de l’armée de l’air pour l’année 2017-2018. Actuellement Député de la cinquième circonscription du Var, Philippe Michel-Kleisbauer  siège au sein de la commission de la défense nationale et des forces armées et est également membre de l’Assemblée parlementaire de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN).

dernières nouvelles
Actualités

2 تعليقات

  1. Encore un article du niveau de caniveau. Les parlementaires en question ont le droit de considérer que le partenariat Algéro-Russe est préoccupant pour eux mais, l’Algérie a ses propres intérêts et elle n’est pas obligé de satisfaire les intérêts d’autres pays. Elle doit d’abord mener une politique qui préserve ses propres intérêts et ne doit pas se soucier des qu’on dira t on.
    C’est quoi cette article et quel est son but ? Plus suceur de bites que Zemmara tu meurs.