16.9 C
Alger
vendredi, septembre 29, 2023

Un rapport international révèle que les liquidités ont baissé de 24 % en Algérie provoquant une crise sans précédent

Les autorités algériennes ont encore une fois menti dans la gestion d’un dossier stratégique et névralgique pour le pays. La crise de liquidité n’est pas du tout un problème passager, mais un dysfonctionnement inquiétant et profond de l’économie nationale algérienne. Et c’est un rapport international qui révèle l’ampleur des raisons de cette crise de liquidités martyrisant les Algériens depuis le mois de mars 2020.

En effet, une note de conjoncture publiée récemment par la Banque Mondiale sur la situation économique et financière de l’Algérie a révélé qu’en dépit des efforts consentis par l’Etat algérien, « la liquidité des banques publiques a considérablement diminué au cours du premier semestre de 2020 ». « Ce déclin est imputable à la pandémie de COVID-19 et à la baisse des revenus des hydrocarbures, qui ont entraîné une diminution des dépôts dans les banques commerciales et la Banque d’Algérie », explique encore cette note de la Banque Mondiale qui parle de la nécessité d’engager des réformes structurelles pour faire face à la pandémie de la COVID-19.

« Les banques algériennes ont augmenté de 404 milliards de dinars leur financement auprès de la Banque d’Algérie, soit une hausse de 36 %, à l’aide d’opérations d’open market. Sur les six banques publiques — qui détiennent environ 90 % du total des dépôts du pays —,
quatre ont un grand besoin de liquidité, tandis que les banques privées sont confrontées à un excès de liquidité », décryptage la même qui révèle ensuite un chiffre effarant et alarmant.

Et pour cause, « la base monétaire détenue à la Banque d’Algérie est ainsi passée de 1100 milliards de dinars en décembre 2019 à 840 milliards de dinars en juillet 2020, soit une baisse de 24 % », nous apprend ainsi la note de conjoncture réalisée par les experts des services du bureau de la région MENA au sein de la Banque mondiale.

« Le resserrement des conditions de liquidité a amené les déposants particuliers à chercher à retirer leur épargne, exerçant ainsi une pression sur les dépôts d’Algérie Poste, où 35 % des Algériens détiennent un compte. En conséquence, Algérie Poste a dû imposer
un plafond aux retraits quotidiens », signale enfin la même note qui explique ains parfaitement les raisons de cette crise de liquidités qui ne cessent de prendre de l’ampleur sur l’ensemble du territoire algérien.

Ainsi, au mois de juillet 2020, il y avait à peine l’équivalent de 6,3 milliards de dollars de masse monétaire mise en circulation par la Banque d’Algérie. Une quantité totalement dérisoire et insignifiante pour un pays peuplé par près de 45 millions d’habitants et privé de tous les moyens de paiements en ligne et mobiles. En juillet 2020, la base monétaire de la Banque d’Algérie ne dépassait pas l’équivalent de 8,3 milliards de dollars ! Sans une économie nationale basée sur une création de richesses variées, les déséquilibres financiers de l’Algérie vont persister et la crise de liquidités durera encore longtemps.

 

dernières nouvelles
Actualités

2 تعليقات

  1. Une image qui montre un example du chaos general qui sevit en Algerie a cause de l’incompetence des administrateurs et le manque de civisme generalise de la population . Des guichets ou tout le monde s’accumule un sur l’autre, ou a qui a le plus de force de parler a la guichetiere. Si j’etais le directeur de ce centre, la moindre des choses c’est de creer un systeme qui n’accepteras qu’une seule chaine d’ou les gens peuvent acceder les guichets. Il ya des bureaux de postes ou des dizaines de personnes s’amoncellent devant un ou une personne de service et le chaos general s’installe : les cris, insultes, odeurs de gens qui n’ont pas pris de douche depuis un mois, femmes molestees caremment… tout cela pour se faire servir dans le chaos le plus total. Une situation repugnante qui donne un example de la crise de tous les systems publiques.

  2. depuis les années 80 qu on entend parler de la diversification des moyens pour relancer l économie; du développement du pays pour ne pas compter uniquement sur les ressources de Sonatrach, des slogans creux pour créer des abcès de fixation aux yeux du peuple afin que les décideurs s en donnent à Coeur joie pour s enrichir illégalement et impunément. voila le résultat c est la banqueroute, la faillite du système , l incompétence tournante des gestionnaires incapables, l absence de structures populaires de contrôle ,des institutions budgétivores dont les comptes ne donnent lieu à aucun contrôle, une économie dirigée par l informel insoumis à l impôt et autres charges connexes. et voila le résultat