23.9 C
Alger
mercredi, juin 19, 2024

Près de 1,6 million de chômeurs algériens sont ignorés parce qu’ils se situent dans le « halo du chômage » depuis 2019

Il n’y a pas que les chômeurs qui souffrent de la précarité et de la misère sociale en Algérie. Il y a aussi les personnes classées dans la catégorie du « halo du chômage ». C’est une catégorie de la population entièrement méconnue en Algérie. Et pourtant, elle regroupe près de 1,6 million de personnes depuis l’année 2019. Explications.

D’abord, il faut comprendre la notion fondamentale du « Halo du chômage ». Il s’agit en réalité des personnes en âge d’activité (16 à 59 ans), qui déclarent être disponibles pour travailler mais qui n’ont pas effectué des démarches effectives pour chercher un emploi durant le mois précédant une enquête sur la situation du chômage dans le pays, et sont considérées par conséquent inactives, mais comme des « chômeurs » proprement dits.

Il faut savoir que tous les pays recensent leurs chômeurs et calculent leur taux de chômage de la même manière en suivant les conventions fixées par le Bureau International du Travail (BIT), un organisme rattaché à l’ONU et chargé des questions générales liées au travail dans le monde,  ce qui permet de faire des comparaisons. Un chômeur au sens du BIT est une personne âgée de 15 ans ou plus qui doit remplir simultanément les trois conditions suivantes : être sans emploi durant une semaine précise, dite « semaine de référence » ; être disponible pour travailler dans les deux semaines à venir ; et avoir effectué, au cours des quatre dernières semaines, une démarche active de recherche d’emploi ou avoir trouvé un emploi qui commence dans les trois mois.

Les critères de chômage au sens du BIT définissent des frontières très strictes et donnent une image insuffisamment précise des situations. C’est pourquoi des indicateurs complémentaires sont nécessaires pour cerner la diversité des situations. L’un d’eux est le halo du chômage. Il est composé des personnes sans emploi qui ne sont pas considérées comme chômeurs au sens du BIT, mais dont la situation s’en rapproche. Ces personnes déclarent souhaiter travailler ou rechercher un emploi, mais elles ne sont pas disponibles dans les quinze jours pour occuper un emploi (par exemple elles suivent une formation, ont des problèmes de santé ou doivent s’occuper de leurs enfants) et/ou n’ont pas fait de démarche active de recherche d’emploi au cours des quatre dernières semaines (par exemple les chômeurs découragés, en pré-retraite ou dispensés de recherche d’emploi).

Ces personnes sont classées ainsi dans « le halo du chômage ». Ces personnes sont officiellement recensées par l’Office National des Statistiques (ONS). La dernière enquête de l’ONS sur ce sujet remonte à 2019. Il s’agit d’une enquête socio-économique révélant des statistiques « officielles » sur la situation de l’Emploi et du Chômage en Algérie.

Et cette enquête nous apprend que  la population qui se situe dans le
« halo du chômage »  a atteint, en mai 2019, un volume de 1.583.000 personnes, soit une baisse de 54.000 par rapport à septembre 2018.  Les femmes constituent 58,8% de ces « chômeurs » de seconde catégorie et la même enquête de l’ONS nous qu’il s’agit d’une population relativement jeune.

Pour preuve, les moins de 30 ans constituent plus de la moitié de cette population (53,8%). D’autre part, cette population est caractérisée par son faible niveau d’instruction 69,1% n’ont aucun diplôme, alors que 50,1% n’ont pas dépassé le cycle des études moyennes. 28% n’ont pas effectué de démarches pour trouver un emploi car ils pensent qu’il n’y a pas de postes d’emploi ou parce qu’ils n’ont pu trouver un emploi par le passé et 26,7% pour des raisons familiales.

Il est à signaler que cette population de chômeurs est totalement ignorée par les pouvois publics et ne pourra pas bénéficier du futur dispositif de l’allocation chômage parce qu’elle n’est ni inscrite au niveau de l’Agence Nationale de l’Emploi (ANEP) pour demander un emploi ni se déclare en « chômage » parce qu’elle ne recherche pas activement du travail durant la période concernée par les enquêtes sur le chômage en Algérie.

 

dernières nouvelles
Actualités

1 تعليق