21.9 C
Alger
mercredi, juin 12, 2024

Plus de 11 Harragas algériens dont une femme et un enfant décèdent dans des circonstances tragiques et dans l’indifférence générale

Encore des morts. Encore des disparitions tragiques. Et encore de l’indifférence générale. Plus de 11 Harragas algériens dont un enfant et sa maman sont morts au début de cette semaine dans des circonstances dramatiques et horribles au large des Iles Baléares, un archipel situé au large de la côte est de l’Espagne, en Méditerranée. Ces migrants algériens sont morts lors du naufrage de leur embarcation en haute mer. Leur embarcation a chaviré dans des conditions qui n’ont pas été encore élucidées même si certaines sources espagnoles avancent l’hypothèse d’une tempête qui a brisé leur embarcation de fortune. 

Quoi qu’il en soit, une seule certitude demeure : aucun survivant n’a pu être secouru ou retrouvé par les unités de sauvetage maritime des garde-côtes espagnols. C’est du moins ce que nous confirme officiellement le Centre International pour l’Identification de Migrants Disparus (CIPIMD) qui se trouve à Malaga en Andalousie (Espagne). Selon cette ONG, considérée comme l’une des sources les plus fiables concernant l’observation du phénomène de l’émigration clandestine, ces 11 harragas algériens étaient à bord d’une embarcation qui a pris la mer depuis le 5 novembre dernier dans l’espoir de rallier les côtes espagnoles.

Malheureusement, la traversée fut fatale et le voyage a fini en tragédie pour ces migrants algériens qui sont morts dans l’indifférence générale des autorités de leur propre pays. Excepté l’ONG espagnol CIPIMD, aucun organisme public ou indépendant algérien n’a commenté ou réagi à cette triste disparition de compatriotes algériens.

Il faut savoir qu’au moins 270 migrants algériens ont été déclarés disparus entre janvier et fin septembre 2021. Il s’agit d’un nombre très relatif qui sous-estime l’ampleur réelle des naufrages des embarcations des harragas algériens, souligne encore à ce propos le CIPIMD d’après lequel les chiffres réels des migrants algériens morts en Méditerranée sont beaucoup plus élevés. Par ailleurs, le nombre des morts identifiés et dont les cadavres ont été retrouvés sur les rivages des côtes espagnols a dépassé les 500. Oui, au moins 500 migrants algériens sont déclarés morts en Espagne au large de la Méditerranée depuis le début de l’année 2021. En dépit de ces bilans lourds qui suscitent l’émoi collectif au sein de la population algérienne et soulève également une vive émotion au sein de l’opinion publique européenne, les autorités algériennes n’ont jamais fait le moindre commentaire ni adopté la moindre initiative pour stopper cette hémorragie de la jeunesse algérienne. Rien, absolument rien n’a été entrepris pour sauver des vies algériennes ou pour soutenir leurs familles face à cette détresse absolue. Encore et toujours, la vie d’un Algérien ne vaut rien aux yeux des dirigeants de son pays. C’est tout simplement scandaleux.

dernières nouvelles
Actualités

8 تعليقات

  1. On va faire simple comme dit l’autre…

    D’un coté nous avons notre ambassadeur en France qui appelle à une réunion urgente de la diaspora pendant que des centaines d’Algériens enfants, femmes et hommes fuient notre pays et meurent noyer pour beaucoup, pour rejoindre justement cette diaspora.

    A croire qu’il est normal aux yeux de nos responsables que des centaines d’Algériens puissent périr en mer.

    A croire qu’il est tout à fait banal que les compétences algériennes, chirurgiens-dentistes et pharmaciens, informaticiens, auteurs et artistes du monde du théâtre et du cinéma, sportifs de haut niveau, hommes d’affaires, patrons des PME-PMI et élus d’origine algérienne s’enfuient de leur pays sans que les autorités se posent des questions.

    Quelle dose de cynisme faut-il montrer pour demander à ces expatriés qui remplissent toutes les qualifications et compétences, sous couvert de patriotisme, de s’organiser pour soutenir la clique qui nous gouverne ! Alors que ces gens ont pris, non pas la barque pourrie, mais l’avion, comme il se doit, pour s’évader comme si, dans leur patrie, ils se sentaient prisonniers et inutiles.

    Ces dirigeants, et leurs assujettis soit disant patriotiques, qui s’offusquent quand Macron leur parle de patrie mais restent silencieux quand un partie de cette population quitte justement cette Patrie pour se rendre dans le pays de Macron !

    On va faire encore plus simple…

    Quand un Premier Ministre qui a chanté, dans tous ses discours, et pendant des longues années, la Patrie, les sacrifices de nos chouhadas, l’Algérie et ses richesses, son Président Bouteflika, le rôle de la politique de notre pays dans le Monde … et qui s’avère être une fieffée crapule qui recevait des lingots d’or de dirigeants étrangers.
    Quand après avoir été « gouvernés » par le frère d’un Président élu, mais incapable d’assurer ses fonctions, celui-ci, dans son procès dernièrement, menace de faire des révélations susceptibles d’ébranler les fondements de notre république.
    Peut-on croire encore dans ce pays?

    Quel spectacle offre notre nation aux yeux du monde? N’ont-ils pas saboté l’image de notre patrie?

    Que pouvons-nous encore espérer de dirigeants menteurs et particulièrement incapables
    qui font semblant d’être les grands défenseurs des grandes causes. En oubliant de dénoncer le sort fait aux Ouïgours, au Tibétains, aux chrétiens du Pakistan, aux femmes afghanes, aux opposants à Poutine.

    On en arrive à se dire que finalement, dans ce pays, tout repose sur le mensonge, la rumeur, le non-dit, le racisme inter régional, la propagande et l’intox. Tout est à l’image de cette gouvernance actuelle qui, en définitive, est en train de reconduire un système que la majorité des citoyens rejette. Lequel système conduit notre nation dans une impasse politique historique.

    La population, et particulièrement les jeunes, pressent instinctivement que cela ne peut la mener qu’à la catastrophe. Nous sommes dans une sorte de dérive, impuissants à nous projeter dans l’avenir et interrogatif sur l’engagement de notre pays dans la voie du modernisme.

    L’inefficacité de nos responsables politiques et leur manque de maturité, opposition comprise (tous dans l’incapacité, à ce jour, d’échafauder un réel programme de réformes pour ce pays, en fonction des difficultés que nous allons rencontrer prochainement) participent au découragement d’une majorité de la population. Ce qui engendre ces échappatoires périlleuses et ces drames insupportables qu’ont vécu ces pauvres gens.

    Cette société désenchantée est l’aboutissement d’un long processus mis intentionnellement en place dès juillet 1962 par l’institution d’un parti unique contribuant à figer la société algérienne. Pendant 60 années d’indépendance, un couvercle politique dictatoriale a confiné notre société et l’a renfermée sur elle-même. C’est à partir de 1962 qu’il aurait fallu inventer et commencer à mettre en chantier une nouvelle société fondée, avant tout, sur l’intelligence, le travail et la connaissance. Et non sur le nationalisme, la religion et le pétrole. Tout était possible à cette époque car tout était à construire et à inventer.

    On a construit des illusions et on n’a rien inventé.

  2. Je n’ai pas compris une chose !!!
    Cet ambassadeur grabataire n’a pas été rappelé ?
    Ou bien c’est juste pour encore une fois, chauffer la gandoura ???
    En lisant tous les articles sur beaucoup de sites, car je n’ai aucune expérience dans ce sujet, Air ânjiri maltraite et escroque les Algériens, les consulats sont des dépotoirs ou le billet de 100€ remplace et ouvre la porte à tout,
    Je me dis que cette annonce faite par le grabataire KDS lahmara, et ses chefs veulent juste faire illusion.
    Car toujours d’après ce que je lis ,même les diplomates à la fin de leurs missions refusent de rentrer. Peut être ont ils peur de laisser la misère derrière eux et rentrer aux paradis.
    D’ailleurs lahmara devrait avant tout intimer l’ordre à Mouloud, Zakaria, Nacer et tous les pouces bleus de rentrer dare dare, car ils seront plus utile en ânjiri. Mais je doute fortement qu’ils acceptent,car par humanisme ils ne peuvent abandonner la misère pour rentrer au paradis.
    L’anjiri est une force de frappe, disait l’autre, mais beaucoup diraient que l’anjiri avec cette junte est devenue une petite frappe.

  3. Timour et Loco, je suis d’accord avec vous !
    Concernant, Zacharie et Mouloud,… ce sont des franco algeriens qui vivent en France !

    D’ailleurs pour eux, peu importe la situation réelle de la population algérienne et la dictature militaire au pouvoir ! Ils s’en foutent, ils veulent défendre une Algérie idéale et fantasmee qui leur paraît injustement critiquée !
    De plus, comme l’Algérie est en conflit avec le Maroc, Nos zigotos, comme de bons petits soldats algeriens, affublent à ceux qui osent critiquer la Junte # l’ uniforme du Makzen# !