23.9 C
Alger
mercredi, juin 12, 2024

L’Algérie classée parmi les 24 pays qui persécutent fortement les chrétiens dans le monde

L’intolérance religieuse est en train de prendre des proportions alarmantes en Algérie. La minorité chrétienne souffre tout particulièrement d’une répression de plus en plus forte exercée sans aucun ménagement par les autorités algériennes. L’Algérie termine, d’ailleurs, l’année 2021 parmi les 24 pays qui répriment le plus dangereusement les citoyens chrétiens à travers la planète. 

C’est l’Index Mondial de Persécution des Chrétiens 2021 qui démontre que l’intensité des discriminations et de la persécution subie par les chrétiens s’est considérablement aggravée en Algérie. Cet indice mondial est établi par « Portes ouvertes », une ONG internationale humanitaire chrétienne évangélique qui soutient les chrétiens persécutés.

Par ailleurs, le secrétaire d’État américain a placé récemment l’Algérie sur la liste de surveillance spéciale. Cette annonce a été faite le 8 décembre 2021 et les autorités algériennes n’ont fait aucun commentaire.  De son côté, la Commission des Etats-Unis sur la Liberté Religieuse à l’International dénonce «l’hostilité croissante de l’Algérie envers les minorités religieuses».

Cet organisme fédéral indépendant a affirmé que « ces dernières années, les autorités algériennes ont fait preuve de plus d’hostilité envers les minorités religieuses, fermant de force des dizaines d’églises protestantes et poursuivant les musulmans ahmadie». La commission a reproché aussi au pays un zèle judiciaire pour l’application de plus en plus stricte des lois algériennes sur le blasphème et contre le prosélytisme.

Ces critiques alarmantes relancent plus que jamais la polémique sur la tolérance religieuse qui a cruellement reculé en Algérie ces dernières années. Et, malheureusement, ni la société civile, ni les élites politiques ou intellectuelles, n’osent briser le tabou autour de ce problème de société qui ternit dangereusement l’image de l’Algérie dans le monde et compromet dangereusement la survie des minorités religieuses algériennes qui peinent à jouir de la paix pour s’épanouir librement dans leur propre pays.

 

 

dernières nouvelles
Actualités

10 تعليقات

  1. Ce qui serait intéressant pour l’Algérie, c’est, au moins, de décrocher la coupe du monde de la meilleure dictature du monde pour aller défiler sur les Champs Elysées ! C’est un concours comme un autre, semblable aux concours de beauté !
    Être distingué dans un domaine, c’est mieux que rien !

  2. Ce n’est pas l’Algérie en particulier, l’islam est est une ideologie totalitaire !
    L’islam est un système sociopolitique justifié par une terminologie religieuse, réglementant tous les aspects de la vie de ses adhérents, leurs relations, de même avec ceux qui ne partage pas leur ideologie !
    Selon la perspective musulmane, ce ne sont pas seulement les musulmans qui doivent se soumettre à la charia, c’est l’humanité tout entière !

    Par exemple : le Pakistan, tu critiques Mohamed, c’est la peine de mort ! Tu es un bouddhiste, tu es lynché
    On voit même en France à Nanterre, des insultes de Kouffars, des menaces de mort sur un cortège de catholiques !
    L’islam est une ideologie totalitaire qui créé des xénophobes !
    (La coupe des Arabes !)

  3. Et de plus, la France joue admirablement au « Ponce Pilate » en misant sur l’arabo-islamisme dès la colonisation pour s’ouvrir toutes les portes du monde arabe. Elle n’a jamais cherché à tendre la main aux francophones potentiels démocrates qui l’ont combattue, sans doute l’a t-elle fait par pure vengeance ? Alors, venir nous justifier cela par l’Islam est une grotesque mauvaise foi ! En voilà, une citation qui en parle le mieux, sans langue de bois :

    «  La politique est comme le commerce, il faut la faire en grand pour qu’elle intéresse.  »
    Citation de Anne Barratin ; Chemin faisant (1894)

  4. Dz man : Tu as raison les chretiens ont quitté l’Algérie !
    La Guerre de libération les a expulsé, car cette fameuse guerre de libération etait d’abord une guerre d’épuration ethnicoreligieuse !
    C’était # la VALISE ou le CERCUEIL »

    # il y a quelques chrétiens en Kabylie !
    Les kabyles sont toujours les plus courageux ! Ils n’ont pas peur à cette tyrannie ethnicoreligieuse !

  5. Même s’il n’y avait qu’un seul et unique chrétien en Algérie, le fait de l’empêcher de pratiquer sa religion serait condamnable. Et la réalité montre qu’il y a des citoyens algériens adeptes du christianisme qui subissent des pressions de la part des autorités judiciaires algériennes et même des condamnations pour détenir une simple bible ou qui sont accusés de recevoir des dons de l’étranger…. La presse se fait régulièrement écho de jugements et de condamnations.

    Il n’y a donc pas de chrétiens en Algérie! Et pourtant, certains sont même condamnés par la justice algérienne.

    Un rapide inventaire des condamnations s’impose pour remettre les pendules de la vérité à l’heure :
    — le 26/02/2021, trois chrétiens algériens sont condamnés pour blasphème.
    —le 06/03/2021, deux chrétiens condamnés à la prison et à une lourde amende…
    —le 28/10/2021,un citoyen arrêté et condamné sévèrement par la justice parce qu’il est «chrétien »
    —le 03/06/2008, quatre Algériens chrétiens convertis sont condamnés à des peines de prison
    —le 20/09/2016, un algérien converti condamné à trois ans de prison pour « atteinte à l’islam »
    —Et cette affaire qui avait fait le tour du monde journalistique de ce pasteur et de son assistant qui ont été condamnés à un 1 an de prison avec sursis pour avoir « ébranlé la foi » de musulmans en distribuant des ouvrages chrétiens dans leur librairie.
    — et ainsi de suite…

    Et pourtant dans notre beau pays nous avons une constitution qui garantit à la fois « la liberté d’expression et la liberté de culte » et dans les faits ces libertés sont toutes bafouées comme beaucoup d’autres libertés fondamentales. Nos autorités en sont même arrivés à poursuivre en justice une trentaine de —musulmans— appartenant au courant musulman Ahmadis accusés d’adhésion à un courant religieux autre que celui reconnu comme courant officiel de l’islam en Algérie en occurrence le sunnisme.

    Et ce qui est encore plus incroyable s’est le silence de la ligue algérienne des droits de l’homme et son indifférence envers toutes ces persécutions religieuses que subissent les minorités religieuses dans notre pays. Un non musulman ne serait donc pas un homme ?

    Pour la petite histoire souvenons-nous de Faraj Fouda. Le 3 juin 1992, un conseil d’oulémas de l’université al-Azhar l’accuse de blasphème et adopte une fatwa du grand imam sheikh Gad al-Haq l’accusant d’être un « ennemi de l’islam.
    Cinq jours plus tard, Faraj Fouda, écrivain, chroniqueur et militant des droits de l’homme égyptien, est assassiné par des extrémistes islamistes. Le groupe Gamaa al-Islamiya revendique l’assassinat en se référant à la fatwa d’al-Azhar et en le justifiant par la prétendue apostasie de Faraj Fouda et son refus de l’instauration de la charia.
    Lors du procès des assassins, l’influent intellectuel Mohammed al-Ghazali déclare qu’il n’est pas mal de tuer un apostat. Huit des treize accusés sont acquittés. Plusieurs autres sont relâchés en 2012 sur l’ordre du président Mohamed Morsi.

    La Constitution égyptienne prônait aussi la liberté religieuse… voila ce qu’il en coûte de croire au père Noël.
    A part ça, nous avons plus de 2500 mosquées en France. Et quelques millions de musulmans qui se chamailles entre eux en faisant valoir leur nationalité pour leur gestion.