22.9 C
Alger
samedi, juin 22, 2024

La tragédie des Harragas se poursuit : 50 migrants algériens déclarés disparus en 72 heures en Espagne

C’est une véritable tragédie qui s’aggrave d’une semaine à une autre. Et pour cause, le nombre des Harragas algériens qui périssent ou disparaissent en haute mer ne cesse d’augmenter depuis le début  du mois de septembre dernier. Ces dernières 72 heures, au moins 50 harragas algériens sont déclarés disparus par les autorités espagnoles, rapportent des militants associations engagés en faveur de la défense des droits élémentaires des migrants étrangers en Espagne. 

Oui, au moins 50 Harragas algériens portés disparus ces dernières 72 heures. Ce chiffre a été révélée par le militant associatif et défenseur des droits des migrants Francisco José Clemente qui publie quotidiennement des informations détaillées et précises sur le nombre des Harragas algériens arrivés en Espagne ou exposés à tous les risques pour atteindre les côtes espagnoles à bord d’embarcations de fortune. Franciso José Clemente travaille directement avec l’ONG Centre International pour l’Identification de Migrants Disparus (CIPIMD) qui se trouve à Malaga en Andalousie (Espagne) et qui se mobilise au quotidien pour appuyer les recherches des secours en mer dans l’espoir de sauver des migrants algériens d’une mort tragique lorsqu’ils tentent d’atteindre les plages espagnoles.

Auparavant, il était également membre actif  d’une ONG spécialisée dans l’accueil de migrants arrivés en Espagne sur des embarcations de fortune. Passionné par la mer et la photographie, Francisco José est le créateur du fameux compte Twitter « Héroes del Mar ». Il couvre la majorité des embarcations de la Mer d’Alboran en lançant des alertes et en diffusant des informations.

Il s’agit de l’une des sources les plus fiables concernant l’observation du phénomène de la harga depuis les côtes algériennes vers l’Espagne. Il est à souligner que ces dernières 72 heures, plusieurs naufrages d’embarcations de harragas algériens ont été signalés.

Le dernier naufrage en date remonte au dimanche 17 octobre dernier où une embarcation transportant 14 harragas algériens a chaviré au large des côtes de la province d’Almeria. Les unités de secours en mer de la Guardia Civil espagnole n’ont pu récupérer qu’un seul survivant alors que tous les autres harragas algériens sont portés disparus. Au moins une femme se trouvait aussi à bord de cette embarcation qui a chaviré tout près de Garrucha, une commune côtière d’Espagne située dans la province d’Almería, en Andalousie.

Des naufrages ont été enfin déplorés au large des côtes algériennes. Les Garde-côtes algériens ont repêché le samedi 16 octobre dernier 04 corps d’immigrants noyés suite au chavirement de leur embarcation à (16) miles nautiques au nord de la ville d’Alger, plus exactement au large des côtes d’Ain Taya située à 23 KM à l’est de la capitale Alger. Il s’est avéré que parmi ces 4 migrants noyés repêchés par les Garde-côtes du Commandement des Forces Navales, 3 morts font partie d’une même et seule famille originaire de la wilaya de Bouira.

Cette famille s’appelle Zaarouri et, malheureusement, elle a été entièrement décimée lors de cette noyade survenue en pleine traversée très risquée de la Méditerranée. Les personnes décédées sont les deux parents ainsi qu’une fillette âgée d’à peine 3 ans. La maman était également enceinte et portait un bébé qui ne verra ainsi.. jamais le jour.

Soulignons enfin qu’au moins 500 migrants algériens sont morts depuis le début de cette sinistre année 2021 au cours de laquelle la harga a battu des records inédits. La célèbre chaîne de télévision franco-allemande Arte a consacré récemment tout un reportage bien fouillé sur ce fléau ravageur qui ébranle l’Algérie et reflète l’immense crise financière ou économique qui obscurcit dangereusement ses horizons.

Plus de 15 mille Harragas algériens ont débarqué sur les côtes espagnoles depuis le début de 2021, a rapporté également Arte dans son reportage réalisée au sud de l’Espagne où elle est partie à la rencontre de migrants algériens qui lui ont confié le désespoir qui les animait en Algérie au point où ils ont décidé de parcourir la Méditerranée en prenant tous les risques les plus inconsidérés dans l’espoir de s’échapper du marasme collectif et général dans leur pays d’origine.

 

dernières nouvelles
Actualités

3 تعليقات

  1. Et les klebs cachiristes n’aboient que quand il s’agit de défendre leurs maîtres !
    Ils parlent souvent d’Algérie mais jamais de son peuple, puisque contrairement
    aux pays démocratiques, eux n’ont pas besoin d’électeurs vivants, ils font voter
    les morts puisqu’il n’y a aucun contrôle !