22.9 C
Alger
samedi, juin 22, 2024

« La question algérienne est une question politique interne française »

« La question algérienne est une question politique interne française ». C’est avec ces mots que commence le nouveau livre de l’ancien ambassadeur de France en Algérie, Xavier Driencourt. Un livre dont la parution est prévue à partir du 16 mars prochain. Un livre qui ne manquera pas de faire couler beaucoup d’encre en levant le voile sur des dossiers complexes, voire secrets qui caractérisent la très grande complexité des relations franco-algériennes. 

Xavier Driencourt a été l’ancien collaborateur d’Alain Juppé, ancien Premier-ministre et poids lourd de la scène politique français. Il a été également  consul général à Sydney, directeur général de l’administration, chef de l’inspection générale des Affaires étrangères, et ambassadeur en Algérie à deux reprises, à savoir de 2008 jusqu’à 2012 et de 2017 jusqu’à 2020.

Xavier Driencourt est considéré en France comme l’un des plus fins connaisseurs de l’Algérie. Et l’ancien diplomate a décidé, désormais, de rendre public tous ces souvenirs, ces analyses et raconter les coulisses des évènements auxquels il avait assisté durant plus de 7 longues années à Alger.

« La question algérienne est une question politique interne française, tant tout ce qui se passe en Algérie a des conséquences pour la France », explique Xavier Driencourt dans l’introduction de son nouveau livre qui porte le titre ô combien significatif : « L’Enigme Algérienne ». « Sans aller jusqu’à reprendre la formule de François Mitterrand
en 1954, « L’Algérie, c’est la France », l’Algérie, je le dis après presque huit années passées là-bas, c’est effectivement de la politique intérieure française autant que de la diplomatie. Alger n’est qu’à 800 kilomètres de Marseille et le sera toujours, quoi qu’il arrive », relate encore l’ex-ambassadeur de France à Alger.

Xavier Driencourt a d’ores et déjà anticipé la très vive polémique qui sera enclenchée en Algérie par son nouveau livre. Et il explique ouvertement dans l’introduction de son ouvrage les tenants et aboutissants de sa démarche.  « Tout ce qui s’écrit sur l’Algérie, surtout à Paris, et qui pourrait peu ou prou ne pas être en harmonie avec ce qui s’énonce à Alger est a priori suspect et ne reçoit pas l’imprimatur », dit-il d’emblée en faisant savoir que « l’ambassadeur de France sera peut-être convoqué, on lui demandera si c’est la
France qui s’exprime à travers son prédécesseur, la presse se déchaînera et on activera les réseaux sociaux ».

« Néanmoins, l’Algérie étant si importante pour nous et comptant tellement dans notre vie politique, j’ai estimé nécessaire de rapporter ce que j’ai vécu, les amitiés, la politique algérienne, les crises, les événements auxquels j’ai assisté et qui, entre 2008 et 2020, ont rythmé les relations si fragiles entre nos deux pays. Je m’exprime, je le répète, à titre personnel et ne saurais engager qui que ce soit d’autre dans cet écrit », a averti enfin l’ex-diplomate français qui avait côtoyé de près les plus importants dirigeants du sérail algérien durant près de 8 années.

dernières nouvelles
Actualités

2 تعليقات

  1. « La question algérienne est une question politique interne française » !

    S’il le dit, c’est que nous sommes toujours un département français, géré par les ministres successifs de l’intérieur français. Cette déclaration a au moins le mérite de sortir définitivement de l’ambiguïté. Mais, encore faut-il que
    toute la vérité soit bonne à dire ?
    A première vue, ça ressemblerait à un coup de pied dans la fourmilière ; mais, la bronca qui va s’en suivre nous renseignera davantage sur les réalités crues qui nous ont toujours été dissimulées !

  2. Boussad : L’Algérie n’est pas sous influence française !
    Driencourt dit que ce qui se passe en Algérie a des conséquences en France !
    Parce qu’en France, il y a des gens qui ont un « lien » avec l’Algérie ! Cela va de l’Algérien récemment arrivé à l’appelé du contingent qui a fait la guerre d’Algérie !
    (Franco algeriens, Pieds-Noirs, ex OAS, harkis, ex-militaires, ex-appelés du contingent et surtout tous les descendants qui sont imprégnés de leurs histoires ! )
    Toutes ces personnes ont une #opinion# et un #poids politique# !

    Par exemple, le FN avec son chef, s’est affilié les pieds noirs et ex OAS !

    Si par exemple un bouleversement se produisait en Algérie, étant donné les liens, de nombreux algeriens se réfugeraient sûrement en France comme dans les 90 !
    Les conséquences politiques ne sont jamais neutre, on peut présager une montee de l’extrême droite !
    Étant donné que le système algerien ne fonctionne pas et que les jeunes fuient malgré la formation de murs !
    On risque d’avoir pour longtemps une Immigration algerienne et une montée de l’extrême droite en France !

    Il ne faut jamais oublié que l’extrême droite est intimement liée à la defunte AlgérieAlgérie française !