27.9 C
Alger
samedi, juin 15, 2024

La France a mis sa menace à exécution : le taux de refus des visas Schengen est passé à 50 % en Algérie

Les autorités françaises ont bel et bien mis leur menace à exécution en réduisant effectivement de moitié le nombre des visas Schengen délivrés au profit des demandeurs ou voyageurs algériens. La sanction a été mise en oeuvre depuis les mois de septembre et octobre derniers, confirment officiellement à ce propos le ministre français de l’Intérieur Gérald Darmanin qui est intervenu ce mercredi matin sur Europe 1, l’une des plus célèbres et populaires radios françaises, afin de présenter toute une série de chiffres concernant le bilan des nouvelles mesures décidées au sujet de la question des problèmes migratoires. 

A ce propos, Gérald Darmanin a relevé sur Europe 1 que le nombre de visas acceptés et refusés par la France depuis le début de l’année 2021 a connu des changements significatifs en Algérie.  « Si je prends l’exemple de l’Algérie, il y a eu 23.341 visas acceptés sur les huit premiers mois de l’année, et 10.828 refusés (31% de refus). Si je prends l’Algérie depuis la décision de septembre-octobre, cela fait 12.609 visas acceptés et 11.867 refusés, soit moitié-moitié », a expliqué ainsi Gérald Darmanin selon lequel les visas acceptés au profit des demandeurs algériens concernent « des personnes qui ont un lien économique, des chefs d’entreprise, des investisseurs, des cadres qui viennent sur le territoire ».

Le même ministre français avait souligné, d’autre part, que tous ces chiffres sont presque « similaires pour le Maroc et un peu moins élevés pour la Tunisie », mais il s’est gardé de dévoiler les données appuyant son propos. Ce qui laisse clairement entrevoir que les sanctions prises par les autorités françaises ciblent particulièrement l’Algérie avec laquelle les malentendus concernant la gestion des problèmes migratoires ne cessent de s’aggraver.

Pour preuve,Gérald Darmanin a reconnu une difficulté particulière à exécuter les obligations de quitter le territoire (OQTF) lorsqu’elles ciblent des ressortissants algériens. « Là où on a du mal à le faire, c’est quand des pays remettent en cause le fait qu’une personne est certes de telle nationalité, mais a un enfant en France. C’est une question complexe et c’est ça qui est difficile. Derrière, il y a évidemment des familles et des personnes. C’est la position de l’Algérie par exemple », a affirmé ainsi Gérald Darmanin. « C’est cette difficulté-là qu’on essaie de régler. Elle n’est pas facile, elle ne se règle pas d’un coup de baguette magique », a-t-il enfin indiqué pour mettre en exergue la complexité et les tensions qui entourent les discussions avec les autorités algériennes concernant les opérations d’expulsion des migrants illégaux algériens interpellés sur le sol français ou des résidents faisant l’objet d’une OQTF en raison de leur implication dans des délits ou des crimes menaçant l’ordre public en France.

 

 

dernières nouvelles
Actualités

2 تعليقات

  1. Bien fait ,a ce qui sont élus et qui se moquent du peuple , et qui passent leurs temps a voté des lois pour humilier les citoyens ,et qui eux sont les premiers à aller en France eux et leurs familles à se faire soigner ou bien étudier avec l’argent du peuple et bien je suis d’accord avec Darmanin pour châtier ces bandits profiteurs .

  2. Apres l Algerie copie la france mais en se rattrapant sur les algeriens de souche qui habitent l etranger et qui sont porteurs d un passeport ‘etranger’ . Les algeriens non porteurs d un passeport algerien doivent demander un visa (100e) pour entrer en Algerie .
    je ne m étalerais pas sur la misère que nous font subir le personnel du dit ambassade …
    j espere que le ministere de la diaspora va revoir la règlementation sur les dits ‘etrangers’ algeriens …merci !