26.9 C
Alger
dimanche, juin 23, 2024

Exclusif. La Russie propose un deal à l’Algérie pour « dédollariser » les échanges économiques et lui permettre de payer ses importations en Rouble

La Russie de Vladimir Poutine a proposé un deal inédit à l’Algérie : « dédollariser » les échanges économiques et le commerce extérieur entre les deux pays en permettant à l’Algérie de financer ses importations depuis la Russie en Rouble, la monnaie nationale russe, a pu confirmer Algérie Part au cours de ses investigations. 

Cette proposition a été officiellement formulée par les autorités russes à la fin du mois de septembre 2022. C’est le ministère russe des Affaires étrangères qui a transmis officiellement cette proposition au ministère algérien des Affaires Etrangères. Ce dossier a été longuement discuté entre le chef de la diplomatie russe Serguei Lavrov et le chef de la diplomatie algérienne, Ramtane Lamamra. La dernière rencontre entre les deux hommes remonte au 24 septembre dernier à New York en marge des travaux de la 77e session de l’Assemblée générale de l’ONU.

Ce jour-là,  les chefs des diplomaties algérienne et russe ont fait un tour d’horizon des différents aspects du « partenariat stratégique » entre les deux pays et les moyens de le renforcer. Et l’un des axes majeurs de ce partenariat stratégique voulu par la Russie avec l’Algérie est l’encouragement des échanges économiques entre les deux pays… en Rouble russe. Selon nos investigations, l’ambassadeur de Russie à Alger, Valerian Shuvaev, exerce également un important lobbying auprès des autorités algériennes pour les persuader de valider officiellement ce deal économique et commercial que lui propose la Fédération de Russie.

Selon nos investigations, les autorités russes ont déterminé avec exactitude les mécanismes qui permettent la mise en place de ce « deal monétaire » qui pourrait libérer les échanges économiques entre les deux pays de l’emprise du dollar américain. La Russie s’engage officiellement à acheter des dinars algériens auprès de la Banque Centrale Algérienne pour l’équivalent de 5 milliards de dollars USD. Les sommes en dinars algériens seront conservées par la Banque Centrale Russe qui utilisera ce stock de la monnaie algérienne pour permettre à l’Algérie de financer ensuite ces opérations d’importation en s’alignant sur la valeur établie entre le Rouble russe et le dinar algérien.

En clair, la Banque Centrale Russe puisera à chaque fois qu’il est nécessaire dans sa réserve en dinars algériens pour financer les importations algériennes dont les valeurs seront calculées et déterminées en Rouble russe. Et c’est ainsi que l’Algérie pour acquérir des marchandises comme les armes ou les équipements militaires auprès de la Russie sans les payer en dollar américain étant donné que le pays de Vladimir Poutine est déconnectée officielle du système financier occidental qui régit les flux financiers internationaux.

Avec ce mécanisme, la Russie espère échapper à l’isolement économique international que lui impose l’Occident et pourra continuer de fournir des armes, des produits alimentaires ainsi que diverses marchandises à l’Algérie en contournant les sanctions occidentales qui interdisent ou empêchent catégoriquement le paiement des opérations de commerce international avec la Russie en dollar américain.

Selon nos investigations, les autorités algériennes sont en train d’étudier la faisabilité de ce deal monétaire proposé par la Russie et n’ont pas encore rendu une réponse définitive. A Alger, les dirigeants du gouvernement craignent que la mise en œuvre de ce deal inédit provoque l’hostilité des partenaires occidentaux et à leur tête les Etats-Unis d’Amérique dont les autorités ne cessent d’exercer de fortes pressions sur le régime algérien pour le contraindre à observer une certaine neutralité à l’égard de la Russie de Poutine.

 

dernières nouvelles
Actualités