22.9 C
Alger
samedi, juin 22, 2024

Entre mars 2020 et mars 2021, le Trésor Public algérien a perdu plus de 218,4 milliards de DA

En Algérie, le Trésor Public a souffert de la baisse des recettes budgétaires entre mars 2020 et mars 2021, nous apprend une note de conjoncture réalisée par la Banque d’Algérie pour étudier les évolutions des tendances financières et monétaires du pays durant les 6 premiers mois de l’année 2021.

Consulté par Algérie Part, ce document explique qu’au terme du mois de mars 2021, les
recettes totales du Trésor public ont reculé de 14,05 % par rapport au même mois de l’année précédente pour atteindre 1 336,5 milliards de D contre 1 554,9 milliards de
dinars à fin mars 2020. Cela signifie que le Trésor Public algérien a perdu pas moins de 218,4 milliards de Da, soit l’équivalent  de 1,5 milliard de dollars.

Cette perte a été expliqué par la Banque d’Algérie par la « crise sanitaire engendrée par le
Covid-19 a réduit les recettes issues des hydrocarbures de 30,65 % au
cours de cette même période », à savoir entre mars 2020 et mars 2021. Ces recettes se sont établies à « 534,6 milliards de Da » à fin mars 2021 « contre 770,9 milliards de dinars à fin mars 2020 », indique à ce propos la Banque d’Algérie dans sa note de conjoncture.

Fort heureusement, la conjoncture mondiale des prix des hydrocarbures s’est nettement améliorée en 2021 permettant ainsi des perspectives positives pour le Trésor Public en Algérie.

« Les recettes hors hydrocarbures ont enregistré une augmentation de 2,28 % pour atteindre 801,9 milliards de dinars à fin mars 2021 et ce suite à une hausse appréciable des recettes non fiscales qui passent de 62,0 milliards de dinars à fin mars 2020 à 87,2
milliards de dinars à fin mars 2021, soit une augmentation de 40,62 % », se réjouit ainsi la Banque d’Algérie.

La Banque centrale algérienne a reconnu enfin une baisse des recettes fiscales qui ont atteint « 714,7 milliards de dinars, correspondant à une baisse de 1,01 % par rapport à leur niveau à la même période de l’année précédente (722,0 milliards de Da) ». Là encore, l’envolée ds prix du baril de pétrole a permis à l’Algérie de souffler un tant soit peu sur le plan des finances publiques puisque la Banque d’Algérie fait part dans sa note de conjoncture d’une « hausse des recettes hors hydrocarbures » qui « contribue à hauteur de 8,2 % dans l’atténuation de l’effet de la baisse importante dans la fiscalité pétrolière
sur l’évolution des recettes totales ».

 

dernières nouvelles
Actualités

4 تعليقات

  1. il est sur que tes fake news proviennent du makhzen
    toi tu es le chargé d’envoyer ce ramassis de merde que les sionistes et le makhzen qui a piégé tous les sites internet dalgerie recueille
    la téléphonie et l’internet sont complètement sous la férule du makhzen grace aux logiciels des juifs
    toi semar au passage tu déformes et essaie de créer la panique en algerie en faisant croire à des jours noirs
    c’est abject! la pourriture vaut mieux que toi

  2. Les recettes fiscales et le PIB de l’Algérie vont s’effondrer comme le brur au soleil étant donné qu’il y a une vague de faillites des entreprises a cause de la réduction sinon l’arrêt de l’importation des intrants (plastique, papier , semences, angrais,…) et matières premières (huile, lait, …)…
    La junte les yeux rivées sur les réserves de changes sont en train de précipiter l’effondrement économique de l’Algérie !

    Goulna dawla madania machi askaria