13.9 C
Alger
mardi, mai 21, 2024

En 2021, Tebboune va dépenser au Palais Présidentiel d’El-Mouradia près de 60 millions d’euros sans aucune transparence

Malgré la crise financière très aiguë, Abdelmadjid Tebboune va dépenser au Palais Présidentiel d’El-Mouradia un budget colossal qui sera distribué sans aucune transparence convaincante. En effet, l’équivalent de plus de 57 millions d’euros seront dépensés par les divers services de la Présidence de la République en 2021. Et ce budget est réparti de manière très sommaire sans aucune justification clairement définie. 

Malgré les incertitudes liées à sa maladie et sa véritable capacité de diriger le pays avec ces absences régulières en raison des séquelles de l’infection au COVID-19 dont il a été victime au mois d’octobre 2020, Abdelmadjid Tebboune s’est attribué le budget de 9,18 milliards de Da, à savoir l’équivalent de 57 millions d’euros, pour financer le fonctionnement du Palais Présidentiel d’El-Mouradia et les multiples services de la Présidence de la République. Or, la répartition de ce budget important n’est pas expliquée dans les détails.

Ainsi, les dépenses de la Présidence algérienne sont divisées en 5 sections : le secrétariat général de la Présidence, le secrétariat général du gouvernement, le Haut commissariat à l’Amazighité, El Haras El Djoumhouri (la Garde Républicaine) et le médiateur de la République.

Le secrétariat général de la Présidence s’offre la part du lion du budget consacré à la Présidence algérienne en 2021. Il s’agit de 7,96 milliards de DA, soit l’équivalent de 49 millions d’euros. Or, aucun document public, ni un décret présidentiel n’explique réellement la répartition de ce budget. Pourquoi la Présidence algérienne a besoin d’autant d’argent ? Quel est le nombre précis de ses employés, ses charges et ses frais de fonctionnement ? Personne ne le sait encore. Du moins, ce tabou personne ne veut le briser publiquement car aucune instance de contrôle ne peut auditer les comptes financiers du Palais Présidentiel d’El-Mouradia.

Les autres parts du budget de la Présidence sont partagées par les autres sections. Le Haut commissariat à l’Amazighité bénéficie en 2021 d’un budget de 90 millions de Da. La Garde Républicaine déployée au service de la Présidence est financée à hauteur de 14 millions de Da alors qu’il s’agit d’un corps officiellement rattaché au ministère de la Défense Nationale. Quant au médiateur de la République, un poste créé par la Présidence au mois de février 2020, touche un financement dérisoire de 529 mille Da ! Ce budget traduit parfaitement ces sentiments de désintérêt des décideurs algériens pour une institution dont la principale mission est d’être au service des citoyens victimes des abus de pouvoir de l’Etat.  Rappelons enfin que  cette instance était censée être indépendante et placée auprès du président de la République afin « d’accompagner et faciliter toute mesure garantissant les droits des citoyens ».

 

dernières nouvelles
Actualités

12 تعليقات

  1. L’avenir même de la nation algérienne est menacé. Aucune norme, ni reddition de compte. Une gestion moins rigoureuse que celle ayant prévalue à l’ère de la régence. tiri berk. pleurons notre beau pays que l’on voit aller à la dérive. Une gang d’incompétents, arrivistes et d’anti-nationaux l’ayant pris en otage. La vie est courte ya reb et l’histoire ne pardonne pas.
    Ya Allah faites qu’il y ait un sursaut, une miraculeuse mobilisation de toutes et de tous qu’une poignée d’éclairés comme les six de 1954 puissent montrer le chemin de la lumière. On est en train de perdre notre pays sous nos yeux.

  2. Encore ici, il faut avoir un peut plus de profondeur et une vision un peut plus traversante ou « visionaire », et savoir que le probleme n’est pas l’envellope ou le budget aloue’ a la presidence, mais ce que fait ou quels sont les prerogatives d’un president de la republique de la Republique Algerienne Democratique et Populaire. Croyaient-vous que Bouteflika serait reste’ plus de 10 ans malade, hadicape’ physique et mental si il n’y avait pas de premier ministre. Le poste de premier ministre est un poste qui est utilise’ pour diluer les responsabilites en face du peuple, ces representants et la justice.

    Ouyahia, Sellal, Said Bouteflika qui est aussi un homosexuel avere’ comme le maitres des esclaves du Maroc, ont tous dit qu’ils ont agit sur ordres du president de la republique! Comment le contribualble payent un ministre, premier ministre juste pour appliquer (executer) ce que un « presidents » decide. Un simple directeur general peut executer les plans de developement d’un « president » et non des gens qui se presentent aux elections avec des programmes pour ensuite deviennent de simple executants!

    Les simples executant ont les trouvent chez les maitres des esclaves comme chez l’homosexuel marocain, et les pedophile Emiratis qui sont dans leurs environements qu’avec l’aide des mercenaires et de pays racistes et colonisalistes comme la France et le USA. Conclusion: pour pousser le president a etre un president en Algerie il faut eliminer le poste de premier ministre.

  3. @nif, dit nous ont est tres interesse’ ici a Abla/Antar (les deux sex dans une meme tete)! Est-ce que le maitres d’esclaves homosexuel au Maroc a juste un rejeton male ou il a aussi une femelle? Si par malheur le rejeton male qui d’apres certaine tres mechante langues arrive a crever, est-ce que la femelle ou celui qui au USA, est un cousin du maitres d’esclaves du Maroc, qui herite les commandes de l’hacienda Marocaine avec tous ces esclaves. J’espere qu’il ne serra pas decouper a l’ambassade du maitres des esclaves du Maroc a Washinghton comme Khashoukdji dans le consulats des maitres d’esclaves de la seoudite a Istanbul. Enfin, passe le bonjour a Zafzafi et surtous ne pas le liquider sinon le maitres d’esclaves du maroc accelerera la revolutions des esclaves au Maroc. Ici a Abla/Antar ont travaille jour et nuit pour initier la revolucion, viva la revolucion au Maroc.