26.9 C
Alger
dimanche, juin 16, 2024

Djamel Belmadi, l’homme qui joue pour le « peuple » et qui dit non à l’ENTV

Djamel Belmadi est devenu la seule personnalité publique qui détonne de la médiocrité générale enfermant depuis plusieurs années l’Algérie dans une bulle d’hypocrisie et de mauvaises habitudes. Le sélectionneur de l’équipe nationale de football est un homme franc, sincère, professionnel, attaché à la rigueur, la discipline et dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas. Belmadi incarne aujourd’hui la seule figure du manager honnête et engagé en faveur de la défense de l’intérêt général contrairement aux autres dirigeants algériens incompétents et populistes qui assurent des responsabilités importantes à des postes sensibles dans d’autres secteurs. 

C’est une scène qui en dit long sur le caractère bien trempé et l’honnêteté de Djamel Belmadi. Une scène qui a renforcé encore davantage sa popularité en Algérie. Après la victoire de son équipe à Djibouti (4-0) hier vendredi 12 novembre,  Djamel Belmadi a refusé tout bonnement de s’exprimer aux micros de l’ENTV, la chaîne étatique de télévision en l’accusant ouvertement de « Haggarines ». Une séquence retransmise sur les réseaux sociaux qui a suscité un énorme buzz.

Rompant avec tous les codes protocolaires qui dictent l’obséquiosité vis-à-vis de l’ordre établi, Djamel Belmadi s’en est pris à l’une des institutions du régime algérien en lâchant au journaliste de l’ENTV que « vous êtes méprisants ».

Celui qui a remporté la CAN en 2019 avec les Verts a ensuite précisé au principal concerné, un certain Karim Ait Athmane, que ses mots ne se dirigeaient pas contre lui personnellement. Le coach Belmadi ne cible jamais les simples sbires du régime, mais s’attaque directement à ses hauts responsables, ses décideurs.

Une leçon de courage qui a fait écho aux combats menés par des activistes et des opposants pacifiques incarcérés, emprisonnés, harcelés et réprimés par les autorités algériennes en raison de leur position en faveur d’un changement profond du mode de gouvernance du pays.

A sa manière, Djamel Belmadi est lui-aussi un militant d’une Autre Algérie, d’une Algérie basée sur la compétence, la méritocratie, le professionnalisme dans la gestion des missions dédiées à la préservation de l’intérêt général du pays. Ses critiques acerbes contre la mauvaise gestion des infrastructures sportives, ses coups de gueule contre l’amateurisme crasse des responsables de l’entretien des pelouses des stades algériens, démontrent à chaque fois son patriotisme noble et sa volonté manifeste de faire bouger les lignes rouges pour permettre à son pays d’évoluer dans le bons sens et se moderniser à l’instar des autres nations africaines et arabes qui ont amorcé un véritable processus de développement et d’émergence économique.

Au final, en Algérie, le seul dirigeant qui mouille sa chemise pour rehausser au plus niveau le drapeau national, honorer l’image de l’Algérie de la plus belle des manières, est Djamel Belmadi. Il est le seul dirigeant désintéressé qui ne se réveille pas le matin pour des motivations carriéristes, qui ne cherchent pas à plaire au Président de la République ou à l’Etat-Major de l’ANP, au Premier-ministre ou à  un quelconque membre du gouvernement.

Djamel Belmadi n’en a cure de tous ces intérêts claniques et considérations purement mercantiles. L’Algérie est tout ce qui l’intéresse et le préoccupe au quotidien. Il est le seul à penser de la sorte dans cette « Nouvelle Algérie » façonnée par l’incompétence des uns et l’égoïsme des autres.

« On joue pour le peuple, ce n’est pas de la diplomatie ou du populisme. On joue pour notre peuple, on sait qu’il aime le football ». Cette phrase résume parfaitement l’état d’esprit de cet Algérien fier et sincère. Malheureusement, ils ne sont pas nombreux celles et ceux qui pensent et agissent comme lui au plus haut sommet de l’Etat algérien.

dernières nouvelles
Actualités

8 تعليقات

  1. Belmadi représente tout ce que le pouvoir et les islamo-conservateur abhorrent. Mais par pragmatisme ils le tolèrent. Car dans leurs calculs, si l’équipe national de Foot coule comme tout le reste, le peuple se retournera contre eux en masse.
    Voilà pourquoi il est intouchable, et tant mieux pour nous.

  2. Logiquement Belmadi court la peine capitale en disant ça du régime dictatorial ! Mais la junte ne peut rien contre les gens qui sont hors de sa portée !!
    Ca devrait inspirer tous les Algériens établis a l’étranger car le régime ne peut rien contre eux!!!

    Généraux criminels
    DRS terroriste

    PS : pourquoi teboune n’a pas été autorisé par les généraux à se déplacer hier a Paris pour le sommet sur la Libye ? Il y avait les chefs d’état ou chefs de gouvernement limitrophes de la Libye comme L’Égypte et même Israël était présente….

  3. Oui Mr Semmar, Vous êtes aussi parti intégrante de la médiocrité au même titre que l’ecosysteme politico militaire dont vous être le digne représentant d’un clan qui est passé de la lumière à la galère !!! Mr Belmadi est un grand, un professionnel, honnête, compétent, Patriote qui fait la part entre le Peuple Algerien et l’ecosysteme politico militaire véreux dont la liberté d’esprit ne peut s’acheter pour un plat de couscous à la Mamounia et/ou quelques euros. Prenez en de la graine !!!

  4. Bon nombre d’équipes africaines deviennent des écuries de joueurs de seconde zone en Europe ! C’est la chasse aux bi nationaux même en seconde division !
    L’équipe d’Algérie et Belmadi n’échappent pas à cette mode !
    C’est assez rigolo de nommer meilleur joueur africain Riad Mahrez, mis à part les matchs avec l’Algérie, il n’a jamais vécu en Afrique et n’y vivra sûrement jamais !