22.9 C
Alger
jeudi, juin 20, 2024

Des journalistes algériens lancent une pétition pour réclamer la libération de leur confrère Mohamed Mouloudj

De nombreux journalistes algériens ont lancé et signé une pétition pour réclamer la libération de leur confrère Mohamed Mouloudj, journaliste au quotidien Liberté, qui est incarcéré à la prison de Koléa, dans la wilaya de Tipaza, depuis le 14 septembre 2021.

Dans cette pétition, les signataires, des journalistes issus de tous les horizons et originaires des quatre coins du pays, ont expliqué que leur confrère Mohamed Mouloudj est « visé, par de lourdes accusations ». Les signataires reconnaissent également que « ses confrères et consœurs ont peur de lui exprimer jusqu’ici, leur solidarité, par crainte d’être eux-mêmes mis au banc des accusés. Pourtant, Mohamed Mouloudj que nous connaissons, est avant tout un journaliste qui exerce, depuis plusieurs années, un métier qui le met forcément au contact des personnalités de tous bords, abstraction faite de leur appartenance idéologique ou politique », rappellent les auteurs et signataires de cette pétition qui vient briser un long et ténébreux silence autour de l’incarcération de Mohamed Mouloudj que le pouvoir algérien associe à une organisation politique classée depuis le 19 mai 2021 par le législateur algérien comme mouvement terroriste, à savoir le Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK), pour la simple raison que le journaliste aurait entretenu, selon les autorités algériennes, des contacts avec les leaders de cette organisation Ferhat Mehenni.

« Cela fait partie du travail de n’importe quel journaliste professionnel », rétorquent les signataires de cette pétition qui exprime le voeu de voir Mohamed Mouloudj remis en liberté et disculpé des lourdes charges qui pèsent à son encontre.

.
« Nous, journalistes signataires de la présente pétition, ne visons pas une quelconque interférence dans le travail de la justice, mais à rappeler qu’en tant que justiciable, le journaliste Mohamed Mouloudj est présumé innocent jusqu’à ce que sa culpabilité soit légalement établie au cours d’un procès public où toutes les garanties nécessaires à sa défense lui auront été assurées, comme le stipule l’article 11 de la déclaration universelle des droits de l’homme, ratifiée par l’Algérie », indique encore la pétition qui a été diffusée massivement sur les réseaux sociaux en Algérie mais sans être reprise ou citée par les médias classiques ou électroniques algériens décidément paralysés par la peur et la terreur que leur inspire l’actuel régime aux commandes du pays.

« En attendant son procès devant le tribunal, nous demandons la libération de notre confrère Mohamed Mouloudj, ainsi que tous les détenus d’opinion injustement incarcérés », souligne enfin la même pétition.

Rappelons en dernier lieu que le journaliste algérien avait été écroué le 14 septembre 2021 pour « atteinte à l’unité nationale », « appartenance à une organisation terroriste » et « diffusion de fausses informations ». Journaliste au quotidien francophone Liberté, l’Algérien Mohamed Mouloudj a été placé en détention provisoire en même temps que six autres personnes poursuivies pour « crime lié à des actes terroristes », « mise en danger de la vie d’autrui », « incendies volontaires », « réception de fonds depuis l’étranger » dans le but de financer des activités terroristes en Algérie.

 

dernières nouvelles
Actualités