23.9 C
Alger
mercredi, juin 19, 2024

Des élections illégitimes, une opposition réprimée : un rapport mondial explique comment l’Algérie est une devenue officiellement une « dictature »

Selon une étude de «The Economist», grande institution de la presse britannique considérée comme la bible de tous ceux qui s’intéressent à l’actualité internationale, les algériennes et algériens ont fait partie en 2021 de la moitié de la population mondiale qui a vécu en dictature. L’Algérie est désormais classée comme l’un des pays les moins démocratique du monde.

En effet, selon une recherche de la division recherche et analyse du groupe (EIU), l’indice de démocratie 2021 continue de régresser en Algérie.  Il s’agit de la 14ème édition de l’Indice de la démocratie, lancé en 2006. Compte tenu de la note obtenue de 3,77 sur 10 (la moyenne mondiale se situe à 5,28), l’Algérie a un statut de « régime autoritaire », à savoir une dictature qui opprime sa population et étouffe notamment l’opposition, et occupe le 113e rang mondial sur 167 pays.

Dans le détail, l’Etat algérien est excessivement sous-développé  au niveau du critère « Fonctionnement du gouvernement » (2,50 sur 10 très loin de 4,62 qui est la moyenne mondiale),  et demeure très défaillant concernant le critère de « Culture politique » avec une note de 5,00 sur 10. Ce qui démontre que la pratique démocratique est loin d’être encore répandue en Algérie parce que les dirigeants algériens n’ont pas cette culture de l’acceptation de l’autre et du dialogue avec les opposants.

Le rapport de l’Indice mondial de la Démocratie 2021 nous apprend également que l’Algérie est un pays encore hostile à la « Participation politique » avec une note qui se situe à 4,44 sur 10. Une note qui demeure encore éloignée de la moyenne mondiale établie à 5,37. Ce qui dénote les obstacles encore très nombreux empêchant les acteurs de la société civile d’exercer de la politique en Algérie pour défendre leurs aspirations légitimes.

La note obtenue dans le critère « Processus électoral » est de 3,08 sur 10 alors que la moyenne mondiale est de 5,6. C’est la preuve que les élections en Algérie ne sont pas considérées comme transparentes, fiables ou réellement représentatives de la volonté populaire.  A cause de tous ces paramètres, les libertés civiles pâtissent de plusieurs restrictions, interdictions et privations cultivées par le régime en place en Algérie. C’est ce qui explique pourquoi notre pays hérite d’une note de 3,82 sur 10 concernant les libertés civiles. L’Algérie est durement épinglée dans cette catégorie par l’Indice Mondial de la Démocratie 2021.

Par rapport à nos voisins du Maghreb, l’Algérie est devancée par la Tunisie (75ème mondiale), et le Maroc (95e rang mondial). Même la Mauritanie fait mieux que l’Algérie en terme de vie démocratique puisqu’elle est classée au 108ème position mondiale. Seules l’Egypte (132ème) et la Libye (154ème) font pire que notre pays en matière de respect des normes démocratiques.

En Afrique, la première place revient à l’île Maurice (19ème mondial), suivi du Botswana (30ème), du Cap Vert (32ème) et de l’Afrique du Sud (44ème). Dans le monde arabe, la Tunisie est en première position malgré toutes les dérives autoritaires actuelles du Président Kaïs Saïed.

Avec un indice de 9,75, la Norvège est considérée le pays le plus démocratique au monde, suivie de la Nouvelle-Zélande, puis de la Finlande et de la Suède. Le pays le moins bien classé est l’Afghanistan, avec un indice de démocratie de 0,32. Ainsi, le pays a un statut de régime autoritaire. Pour conclure, le rapport du groupe britannique The Economist estime que la régression constatée en matière de démocratie dans le monde s’explique notamment par les restrictions des libertés individuelles imposées par la plupart des États en vue de faire respecter les mesures sanitaires préventives.

dernières nouvelles
Actualités

6 تعليقات

  1. Longue vie à Bouteflika et son ami de combat Boumedienne (Boulmakhrouba) , les 2 pères du pays « continent » , qui ont instauré les solides bases de l’Algérie, créé par la maudite France colonialiste en 1962 .
    TEBBOUNE et CHENGRIHA ont pris le flambeau des 2 pères fondateur de L’ALGERIE nouvelle .

  2. Bravo le Peuple Algérien et particulièrement ceux qui se sont investis dans le Hirak. Après 3 ans nous avons mis fin au règne de boutesrika, pousser les piliers du régime a se faire jeter en prise et surtout à faire sortir les généraux cachés derrière la façade civile… aujourd’hui il est clairement etablit que c’est une junte militaire qui gouverne a Alger au même titre que celle de bamako… la victoire du Peuple contre les généraux est nette et sans appel !

    Généraux criminels
    DRS terroristes

    Dawla madania machi askaria

    PS: dans l’attente de la réaction de de l’officier de toufik zakakhra qui va nous parler du Maroc… son post est tjs le meme… chafik mesbah doit être a cours d’éléments de langage pour les distribuer aux agents du DRS (zakakhra, …) qui squattent les réseaux sociaux et les médias pro Hirak

  3. @karim70@ mouche à khra, esclave marochien de amir El Haschschine
    « Nous avons mis fin »,
    Pauvre merde, toi tu es juste un esclave de Momo la pédale qui collectionne les voitures et montresde luxes, les yacht, les châteaux pour organiser ses soirées avec les fofolles avec l’argent de ses esclaves
    Il parait qu’il préfère les mauvais garçons comme les deux frères franco-allemand , ( trafiquant de drogues, extorsions , vol, kidnapping et) ….les frères AZAITAR…mais il parait que son préféré c’est Abu Bakr, le plus tatoué
    Les algériens oui, ils ont dégommé le régime de Boutef mais pas grace à des esclaves soumis comme toi
    Va te prosterner devant ton roitelet de droit divin pauvre tache