19.9 C
Alger
jeudi, mai 23, 2024

COVID-19. La situation est inquiétante à Laghouat, Biskra, Tamanrasset, Ouargla, Illizi, El Oued et de Ghardaïa

A Laghouat, Biskra, Tamanrasset, Ouargla, Illizi, El Oued et de Ghardaïa, la situation épidémiologique est très inquiétante. L’épidémie de la COVID-19 est en train de connaître une expansion rapide et alarmante, révèle le dernier bulletin épidémiologique consacré par l’Institut National de la Santé Publique (INSP), un organisme officiel relevant du ministère de la Santé, aux wilayas du sud algérien.

Cette source scientifique et officielle nous apprend ainsi que les wilayas de Laghouat, Biskra, Tamanrasset, Ouargla, Illizi, El Oued et de Ghardaïa abritent  77,8 % des cas positifs de l’ensemble des nouveaux cas contaminés de la région Sud. Ces wilayas, à l’inverse des autres wilayas de la région Sud se caractérisent par une hausse importante aussi bien des cas confirmés que des cas dépistés par la tomodensitométrie thoracique, à savoir le scanner thoracique employé dans la majorité des cas au niveau des hôpitaux algériens faute de disponibilité des kits de dépistage PCR.

Pour les cas confirmés, l’augmentation du nombre hebdomadaire de nouveaux cas dans ces wilayas a débuté la semaine du 07 au 13 novembre et s’est poursuivie jusqu’à ce jour. Le nombre hebdomadaire de cas notifiés est de 105 – 187 – 232 et de 326 cas au cours des quatre dernières semaines, depuis le 28 octobre dernier jusqu’au 28 novembre avec des taux d’augmentation des nouvelles contaminations qui demeurent hallucinants à savoir de  de 458 % – 78,1% – 24,1 % et de 40,5 %.

Les données de l’INSP nous apprennent qu’au moins trois wilayas ont enregistré une hausse des notifications entre le 15 et le 21 novembre et, entre le 22 et le 28 novembre. Ce sont Biskra (55 vs 37 cas ; hausse de 48,6 %), Laghouat (160 vs 107 cas ; 49,5 %) et Ouargla (80 vs 55 ; 45,5 %).

Concernant les cas dépistés par l’imagerie médicale, on note une très légère augmentation la semaine du 15 au 21 novembre mais une hausse importante, estimée à 61,7 %, au cours des sept derniers jours. Le nombre de nouveaux cas hebdomadaires passe de 183 à 296 cas. Cette augmentation est le fait de deux wilayas, Biskra et Ghardaïa, qui voient ce nombre passer respectivement de 113 à 203 (79,6 %) et de 28 à 56 cas (100 %).

Il faudra donc faire très attention à la situation sanitaire actuelle qui prévaut dans les wilayas de Laghouat, Biskra, Tamanrasset, Ouargla, Illizi, El Oued et de Ghardaïa car ce sont de nouveaux foyers actifs qui peuvent mettre en péril la santé publique en Algérie.

Rappelons en dernier lieu que l’INSP contribue à la mise en œuvre de la politique sanitaire du pays. C’est une organisation à base scientifique qui met à la disposition du système de santé son expertise pour améliorer la santé de la population. Il est une source de conseil fiable pour les responsables de politiques sanitaires et réalise des enquêtes sur le terrain pour fournir des données indispensables à l’adoption des politiques publiques en matière de santé publique en Algérie.

 

dernières nouvelles
Actualités