21.9 C
Alger
jeudi, juin 20, 2024

Coup de tonnerre à Alger : la candidature du patron du FLN invalidée et énorme désaveu pour le plus influent des conseillers de Tebboune

C’est un véritable coup de tonnerre qui vient de se produire à Alger. La candidature du patron du FLN, Abou El Fadel Badji, aux élections législatives anticipées du 12 juin prochain a été officiellement invalidée et rejetée par l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE) qui vient d’envoyer ce dimanche 2 mai une notification officielle à la direction du FLN pour l’informer que le dossier  de candidature d’Abou El Fadel Badji à la députation dans le cadre du scrutin électoral du 12 juin prochain a été officiellement rejeté. 

C’est une véritable bombe que l’ANIE a lâché ce dimanche car c’est la première fois que le premier responsable du FLN, le parti historique longtemps la colonne vertébrale du pouvoir algérien, est écarté de la course électorale pour l’élection de la future composante du Parlement algérien. Ce rejet, comme le dévoile ce document officiel de l’ANIE adressé au FLN ce dimanche, est également un terrible désaveu pour le clan du Président Abdelmadjid Tebboune.

En effet, il faut savoir que le secrétaire général du FLN Abou El Fadl Baadji est le petit protégé de l’un des plus influents conseillers du Président Abdelmadjid Tebboune, à savoir Abdelhafidh Allahoum. C’est grâce au parrainage et au soutien ainsi qu’aux interventions d’Abdelhafidh Allahoum que le sieur Abou El Fadl Baadji a pu être plébiscité le 30 mai 2020 comme nouveau Secrétaire général du parti du Front de libération nationale (FLN) par la majorité des membres du Comité central du parti.

Le conseiller de Tebboune nourrissait de grandes ambitions pour Abou El Fadl Baadji qui était officiellement en course pour obtenir le poste de Président… du futur Parlement algérien. Le premier parlement de la « Nouvelle Algérie » post-Bouteflika. Dans les coulisses, Abdelhafidh Allahoum oeuvrait pour cet objectif qui devait permettre d’offrir au clan présidentiel de Tebboune une emprise sur le futur Parlement.

Le rejet de la candidature de l’actuel patron du FLN est donc bel et bien un terrible désaveu pour Tebboune et son clan. Selon plusieurs sources bien introduites au sein du sérail algérien, l’institution militaire n’était pas favorable à la candidature d’Abou El Fadl Baadji et n’appréciait guère le traitement privilégié dont il jouissait de la part de l’un des conseillers les plus puissants de Tebboune. Ce rejet s’explique également par l’hostilité de plus en plus importante au sein de l’institution militaire algérienne à l’encontre de la tenue du scrutin électoral du 12 juin prochain. Comme il a été révélé récemment par Algérie Part, de nombreuses voix se sont élevées au sein de l’establishment militaire pour appeler au report des élections législatives anticipées car le pays vit une profonde et inquiétante crise sociale, économique et politique avec la reprise des marches populaires du Hirak.

Plusieurs institutions sécuritaires notamment les services secrets algériens ont proposé à la Présidence de la République de reporter ce scrutin à une date ultérieure pour éviter que les tenions politiques actuelles ne dégénèrent en affrontements entre les manifestants du Hirak et les forces de l’ordre. Tebboune a refusé cette option et demeure attaché à l’organisation de ce scrutin électoral malgré le désaccord de certains hauts responsables de l’armée et des services secrets. Ces divergences nourrissent des clivages inquiétants au plus haut sommet de l’Etat algérien.

Signalons enfin que l’actuel patron du FLN Abou El Fadl Baadji était le « disciple » du frère aîné d’Abdelhafidh Allahoum, le célèbre membre de la fédération de France du FLN  Abdelmadjid Allahoum, natif lui-aussi de M’sila comme l’actuel secrétaire général du FLN. Ancien Secrétaire général de la Présidence de la République de 1977 à 1979, Abdelmadjid Allahoum était également l’ambassadeur d’Algérie dans plusieurs pays comme la Suisse, l’ex-Union Soviétique, la Mauritanie et le Maroc entre 1991 et 1992. C’est, d’ailleurs, au Maroc que l’actuel patron du FLN a vécu sous la coupe du défunt Abdelmadjid Allahoum, décédé en 1996, lorsqu’il accomplissait sa formation universitaire.

dernières nouvelles
Actualités

11 تعليقات

  1. Vous voulez dire que fakhamatouhou Abdelhafid Allahoum qui nourrissait des espoirs sur le poulain de son frère, ba3djatouhou Abu al fazzl, vient de recevoir une douche froide. Ya3ni bi 3ibaratine awdhah, daba Tnaket a3llihoum, houma lihabinha minhoum wa ilayhoum.
    Blague à part. Il vont finir par trouver un terrain d’entente et tout rentrera dans l’ordre comme d’habitude. Et on nous dira que s’était juste un malheureux mal entendu , une confusion de nom, vite dissipé.

  2. Avec un nom pareil, impossible qu’il soit Algerien, où bien peut être c’est nous qui ne le sommes pas, va savoir !!!!
    Une junte qui à ramassée toute la merde des pays voisins et même lointains, pour les mettre au pouvoir, pour arabiser de force et nous dénier notre histoire et nos différentes cultures ancestrales. Je ne sais pas vous mais moi ayant vécu en Algérie très longtemps et ayant beaucoup voyagé dans le pays, je n’ai de ma vie jamais entendu parler d’une famille Algérienne portant un sobriquet pareil.
    En recherchant un peu sa femme est Marocaine, avec la belle famille dans l’armée et proche du makhnez, et après on vient nous dire que les Marocains sont ceci ou cela. Vous leurs donner les clés du camion et quand ils vous mènent dans le fossé vous Venez pleurer ?
    Pour moi l’Algérie à cessée d’être Algérienne et je pense que l’après Hirak doit avoir comme première priorité ,recouvrer notre souveraineté après le reste on gueule beaucoup mais on arrivera toujours à s’en sortir et à faire mieux que ces oiseaux de malheurs pour ne pas dire ces corbeaux.

  3. Cet energumène a, semble-t-il, refusé d’effectuer son service national. En fait il est considéré comme insoumis. Dans l’Algérie Nouvelle de Tebboune & Co un insoumis peut être désigné à la tête du parti FLN et peut s’arroger le droit de donner des leçons de patriotisme et de nationalisme aux Algériens. Ce n’est pas la seule casserole que ce sieur traîne. Aussi bizarre que cela puisse paraître, ses accointances avec les services de renseignement marocains ne semblent pas déranger outre mesure ses parrains de la Présidence et en premier chef Tebboune. Algérie Nouvelle vous avez dit?

  4. @morgane
    Oui, effectivement cet énergumène est d’origine palestinienne. Son haut fait d’armes dès « son installation » comme Pipo du FLN frelaté est d’avoir fait supprimer toutes les affiches en Tamazight dans ce parti de toutes les escroqueries.
    Il prétend, cet hurluberlu, que l’Algérie est un pays arabe et qu’il n’a de place pour aucune langue autre que l’arabe dans pays. Voilà un mendiant qui vit de l’aumône des Algériens qui en retour crache sur l’Identité, l’Histoire et le Patrimoine de ce pays.
    Maintenant qu’il est débarqué, je lui souhaite de retourner là-bas libérer sa Palestine.