25.9 C
Alger
samedi, juin 22, 2024

Confidentiel. L’intrigante hospitalisation en France du colonel Omar, frère du patron de la DCSA

Le colonel Omar, le frère de l’actuel patron de la Direction Centrale de la Sécurité de l’Armée (DCSA), le général Sid Ali Ould Zemirli, séjourne en France depuis plusieurs semaines prétextant une hospitalisation à la suite d’une dégradation de son état de santé, a pu confirmer Algérie Part auprès de plusieurs sources concordantes. Or, cette longue hospitalisation commence à soulever de véritables interrogations à Alger et certaines voix s’élèvent pour dénoncer une « fuite à l’étranger » de celui qui fut pendant toute l’année 2021 l’un des lobbyistes les plus influents de « l’Etat Profond » qui se redéployait en Algérie à la suite de la mort brusque d’Ahmed Gaid Salah, le défunt Chef d’Etat-Major de l’ANP. 

Algérie Part avait fait plusieurs révélations sur le rôle controversé joué par le colonel Omar dans plusieurs opérations de lobbying visant à déstabiliser des hauts responsables du pays dans le but de les remplacer par de nouveaux décideurs affiliés à un nouveau clan en quête d’ascension au plus haut sommet de l’Etat algérien.

Avant d’être mis à la retraite en 2015, le colonel Omar était l’un des collaborateurs préférés du célèbre général-major M’henna Djebbar qui avait occupé le poste de directeur de la DCSA de 1995 jusqu’à fin de l’année 2013. Il était toujours dans les arcanes du pouvoir depuis de longues années. Il avait dirigé en décembre 2013 le Bureau d’organisation, qu’occupait le général-major Lakhdar Tireche, appelé à lui succéder à la tête de la DCSA. M’henna Djebbar était même pressenti en 2014 pour remplacer le général Toufik à la tête du DRS.

La « neutralisation » de M’henna Djebbar par le clan présidentiel des Bouteflika avec l’aide du défunt Ahmed Gaid Salah a précipité le départ à la retraite du colonel Omar. Ce dernier a ainsi perdu tout son pouvoir d’influence qu’il avait grandement accumulé entre 2009 et 2014 où de nombreux observateurs le considérait comme le numéro 2 de la DCSA en raison de sa proximité avec le fameux M’henna Djebbar.

Le colonel Omar a fait presque toute sa carrière à la Direction régionale de la sécurité de l’armée (DRSA) de la deuxième région militaire à Oran. Il a ainsi fait le tour de plusieurs postes au sein de la DCSA à l’Oranie.

De 2015 jusqu’à 2020, le colonel préféré de M’henna Djebbar a disparu des radars se faisant « petit » et surtout « discret » pour ne pas se retrouver dans le collimateur du clan Gaid Salah qui avait mené une profonde purge contre tous les relais du général Toufik et de M’henna Djebbar. Ce dernier avait été, d’ailleurs, placé sous mandat de dépôt le 21 octobre 2019 par le juge d’instruction du tribunal militaire de Blida. M’henna Djebbar avait été accusé d’enrichissement illicite, blanchiment d’argent et trafic d’influence. Il n’a été libéré que le 23 juillet 2020 à la suite du démantèlement progressif du clan Gaid Salah par le nouveau establishment militaire.

C’est à ce moment-là que le colonel Omar retrouve les lumières des salons secrets du sérail algérien pour se venger contre ceux qui sont à l’origine de sa traversée du désert. Et cette soif de vengeance répond d’abord à une autre soif de pouvoir. Le colonel Omar, frère du général Sid Ali Ould Zemirli, a voulu à tout prix retrouver cette influence qui lui a été subtilisée après sa chute en 2015.

Le colonel Omar avait utilisé ainsi les fonctions de son frère pour tromper la vigilance de nombreux autres officiers et hauts responsables politiques ou anciens dirigeants déchus en quête d’une désespérée réhabilitation.

Et c’est dans ce contexte troublant depuis le printemps 2021, le colonel Omar a pu s’imposer comme l’un des instigateurs des opérations secrètes menées par la DCSA en profitant de l’influence qu’il exerce sur son frère, patron de la DCSA. Rappelons enfin que cette institution est l’un des services de renseignement les plus puissants et importants en Algérie car elle est directement rattachée à l’Etat-Major de l’ANP. C’est, en quelque sorte, le DRS interne de l’institution militaire alors que les autres directions des services secrets algériens sont placées officiellement sous l’égide du Palais Présidentiel d’El-Mouradia.

La longue absence à Alger du colonel Omar a suscité de nombreuses spéculations. Selon diverses sources, ce haut gradé a profité d’un séjour médical pour résider le plus longtemps possible en France afin de fuir une profonde enquête menée par des services de sécurité concernant ses « liaisons dangereuses » avec des cercles très hostiles au cercle le plus proche du Président Abdelmadjid Tebboune. Cette enquête est menée en toute discrétion depuis plusieurs semaines pour comprendre l’implication du colonel Omar et situer son niveau de responsabilité dans des campagne de diffamation, d’injures et de déstabilisation visant les conseillers les plus proches d’Abdelmadjid Tebboune. Décidément, la maladie du frère du patron de la DCSA est « intervenue » comme par hasard au moment où il aurait pu être convoqué pour un éventuel interrogatoire qui pourrait aboutir à une présentation devant… un tribunal militaire. Aujourd’hui, une seule question hante les esprits de nombreux connaisseurs du sérail algérien : le colonel Omar va-t-il revenir un jour à…. Alger ?

 

dernières nouvelles
Actualités

2 تعليقات