21.9 C
Alger
mercredi, juin 12, 2024

Confidentiel. Les autorités algériennes lancent l’allocation chômage pour préparer la suppression des subventions sociales

Abdelmadjid Tebboune a annoncé la mise en place de l’allocation chômage à partir du mois de mars prochain pour préparer ensuite le terrain à la surpression progressive des subventions sociales, un dispositif très complexe qui est prévu par la Loi de Finances 2022, a pu confirmer Algérie Part auprès de plusieurs sources concordantes proches bien introduites au sein du gouvernement. 

L’allocation de 13 mille Da pour les chômeurs algériens entre ainsi dans le cadre d’un nouveau dispositif pour préparer la population algérienne à l’application stricte du fameux article 187 du projet de loi de finances 2022. Il s’agit de préparr officiellement la levée des subventions sociales financées par l’Etat algérien au profit de tous les produits de première nécessité afin de permettre leur accès à toutes les franges de la société algérienne.

Selon nos sources, pour compenser cette suppression des transferts sociaux en Algérie, Abdelmadjid Tebboune a opté pour cette allocation destinée aux chômeurs afin de soulager les plus fragiles et modestes de la population algérienne qui seront confrontés directement aux conséquences de la levée des subventions sociales.

La stratégie de Tebboune et de son cabinet est de financer l’allocation chômage en puissant dans le fameux budget annuel des transferts sociaux qui est évalué entre 14 jusqu’à 17 milliards de dollars. Ainsi au lieu de continuer à subventionner les produits de large consommation, l’Etat algérien veut offrir une allocation chômage dans le cadre d’un nouveau dispositif de gestion de la paix sociale. Selon nos sources, Tebboune et ses conseillers ainsi que le Premier-ministre, Aïmene Benabderrahmane, veulent limiter les ondes du choc de la disparition des subventions sociales en offrant des allocations aux populations les plus fragiles comme les chômeurs.

L’objectif affiché est de de cesser de consacrer des budgets colossaux pour permettre à la population algérienne de consommer à des prix abordables et accessibles à toutes les bourses 12 produits de large consommation qui sont : pain, semoule, farine, lait en sachet, huile de soja, eau potable, essence, diesel, GPL, gaz butane, électricité et gaz de ville.

Ces produits n’ont jamais été payés en Algérie à leur juste valeur en raison de leurs coûts de revient très élevés qui s’expliquent essentiellement par les frais en devises de leurs importations à l’étranger puisque la majorité de ces produits ne sont pas conçus en Algérie ou leur production nationale nécessite de nombreux intrants importés depuis l’étranger.

L’Etat algérien va supprimer les subventions généralisées de ces produits de base en optant pour un nouveau système basé sur des allocations versées directement aux chômeurs et autres catégories sociales fragiles. Pour l’heure, ce nouveau système sera en expérimentation pour déterminer les effets néfastes et conséquences potentielles sur le pouvoir d’achat et le quotidien de la population. Il ne sera pas brutalement ou brusquement mis en application ou généralisé, attestent enfin nos sources.

 

dernières nouvelles
Actualités

4 تعليقات

  1. Tu n’as peut-être pas l’argent de la drogue quoique si ….celui de la cocaïne et du cachir
    Alors je te propose de moins demander de ration pour que le peuple récupère un peu plus d’argent pour espérer vivre dignement.
    Vous êtes bien( cachiristes)les plus grosses prostituées que la junte peut avoir et espérer.