22.9 C
Alger
samedi, juin 22, 2024

Confidentiel. Le Wali d’Ouargla chasse le DRH du groupe Sonatrach et laisse éclater sa colère

Un incident inédit s’est produit à la wilaya d’Ouargla où l’actuel Wali, Aboubaker Essedik Boucetta, a chassé hier lundi le premier directeur des Ressources Humaines au niveau de la Direction Générale de Sonatrach à Alger, Azzedine Djouabri. Le chef département développement du personnel de SONATRACH a été dépêché à Ouargla par le PDG Toufik Hakkar pour plaider la sincérité et la bonne volonté du groupe de Sonatrach dans ses efforts de créer des emplois au profit des jeunes de cette wilaya qui connaît depuis maintenant une semaine de violentes protestations sociales et des émeutes ayant causé plusieurs blessés graves. 

Mais le Wali d’Ouargla n’a pas réservé un accueil chaleureux à l’émissaire du PDG de Sonatrach. Azzedine Djouabri a été chassé par un Wali en colère qui a accusé ouvertement Sonatrach d’avoir aggravé les frustrations des jeunes de la région avec sa politique de recrutement profondément minée par le népotisme et le régionalisme. Les deux maux que dénoncent avec véhémence les jeunes manifestants et émeutiers des localités d’Ouargla.

Le Wali a « prié » Azzedine Djouabri de quitter son bureau au niveau du siège de la wilaya et de ne plus tenter d’y remettre les pieds tant que cette crise de l’emploi perdure dans la région en provoquant de violentes manifestations. Le Wali d’Ouargla en veut énormément à la direction générale de Sonatrach qui a fait miroiter de nombreux rêves aux jeunes de la région avec des promesses qui… finalement ne seront jamais tenues. Les investissements de Sonatrach sont en train de baisser drastiquement à Hassi Messaoud et ses environs provoquant un ralentissement important de l’activité économique du secteur des hydrocarbures, le seul pourvoyeur d’emplois au niveau des localités d’Ouargla.

Le recrutement opaque des travailleurs depuis les autres wilayas du pays et le clanisme qui s’est nettement aggravé depuis l’arrivée aux commandes de la compagnie nationale des hydrocarbures de Toufik Hakkar ont fini par provoquer une explosion de colère à Ouargla. Le Wali subit les foudres de cette colère populaire et réclame, désormais, des comptes à la direction générale de Sonatrach.

 

dernières nouvelles
Actualités

9 تعليقات

  1. Ce qui donne des frissons c’est la concentration de tous sur les quelques barils de pétrole qui restent à extraire du Sahara, à l’heure de la transition énergétique, et la mise en jachère de tout un pays, privant tout un peuple de développer les autres secteurs de l’économie nationale. Le Hirak devrait créer un tribunal symbolique, en attendant mieux, pour condamner ces squatteurs du pouvoir et empêcheurs de tourner en rond, qui ne foutent rien et qui ne laissent pas les autres travailler.

  2. Ils existent des algériens compétents soit a l’intérieur du pays soit a l’étranger et c’est à ces gens qu’il faut faire appel , malheureusement la mafia a rendue le pays comme une épicerie et ne veut pas s’intéresser au modernisme et ne veut pas non plus industrialisé le pays .Ils sont là ils gèrent le pétrole comme un bien qui leur appartient , placé leurs progénitures a l’étranger avec les fonds du pétrole , l’essentiel pour eux c’est de s’enrichir sur le dos du peuple. Il savent que le pays est dans le mûr mais ils ne veulent pas partir ,tant que cette Mane est dans leurs mains et qui fait leur bonheur ils s’en foutent totalement des autres, a chaque fois que le peuple cris misère en guise de réponse on lui envoie la police , ces mégalo n’ont pas fini de détruire le pays et Dieu seul sait où il vont l’enmener .

  3. L ‘histoire les amis , l’histoire et le passe . Quest ce que ces gens ont fais depuis l’indepondance malgre tous les moyens qu’ils avaient ? Rien . Que vont t ils faire dans le future ? Rien .
    Il faut repenser tous . Il faut recommencer a 0 . Et au vue de ce qui se passe a l’heure actuel , on est tres loin de ca . Nous n’avons meme pas arrete notre marche arriere . Nous sommes toujours en regression . Nous n’avons pas atteint le fond du baril .

  4. #politique de recrutement miner par le népotisme et régionalisme# dixite Zemmars.
    Dit moi tu accuse quelle région …!? Après les Kabyles c’est le tour des Chaoui !? Tu accusais Djerrad de régionalisme et maintenant hakkar …!?
    Est ce le nouveau axe d’attaque du pouvoir …, Avec les feu de forêt au Aures , je me pose la question!?

  5. De toutes façons, le régionalisme et le clannisme sont les deux faces de la même pièce qui constitue le mal profond dont souffre l’Algérie.
    Le seul remède c’est la démocratie que rejettent la secte islamiste badissia-novembria, jambe en bois sur laquelle s’appuie le régime, comme du temps de Fafa pour anesthésier le peuple.
    Et pourtant, la première des grandes démocraties que l’homme ait eu connaître avant celles des hommes est la liberté que le Créateur a donné à tout un chacun de « Croire ou de l’écriture » !
    Alors, expliquez-nous pourquoi des manipulateurs hypocrites nous font prendre des vessies pour des lanternes ?