29.9 C
Alger
lundi, mai 27, 2024

Confidentiel. Le chargé du dossier du méga-projet du phosphate écarté et remplacé dans des conditions troublantes à Sonatrach

Ferhat Ounoughi, l’ancien directeur central des marchés et logistique de Sonatrach, et conseiller auprès de la direction générale de Sonatrach était chargé de superviser et de suivre le méga-projet de l’exploitation du phosphate à l’est du pays. C’est le responsable qui avait été désigné depuis 2018 par la direction générale de Sonatrach pour négocier avec les partenaires chinois le financement du mégaprojet intégré d’exploitation et de transformation du phosphate à l’est du pays, estimé à 6 milliards de dollars, qui devait être assuré à hauteur de 80% par des banques chinoises. 

Ferhat Ounoughi a fait plusieurs voyages en Chine pour négocier la création d’une société mixte algéro-chinoise afin de lancer officiellement cet investissement très attendu depuis 2016 en Algérie. Ferhat Ounoughi a travaillé durant plus de deux ans sur ce méga-projet pour aboutir à la conclusion d’un accord qui à la société Asmidal (filiale du groupe Sonatrach) de détenir 34% du complexe intégré d’exploitation et de transformation du phosphate, contre 17% pour le groupe Manadjim El Djazair (Manal), soit un total de 51% pour la partie algérienne. La partie chinoise devait détenir les 49% restants du projet comprenant le groupe Citic, le Fonds de la Route de la soie (créé par la Chine en décembre 2014), le Fonds sino-africain pour le développement ainsi qu’un autre partenaire technologique chinois à intégrer dans ce projet dans l’étape finale du projet.

En dépit de ce travail fait et de la maîtrise du dossier dont fait preuve Ferhat Ounoughi, ce dernier a été écarté et remplacé dans ses fonctions dans des conditions troublantes. En effet,  Ferhat Ounoughi a été dépossédé du méga-projet du phosphate par le PDG de Sonatrach, Toufik Hakkar, qui a décidé de confier ce dossier stratégique à son « ami » et « confident », Fethi ARABI, l’actuel Vice-Président Responsable du Business Développement & Marketing à Sonatrach.

Un homme qui n’a jamais travaillé une seule seconde sur ce dossier stratégique qui engage des enjeux financiers importants pour l’Algérie au regard de l’importance des créations d’emplois qu’il va susciter, à savoir plus de 14 mille emplois seront créés à Souk Ahras, Skikda et Tébessa. Cette décision brusque du PDG de Sonatrach a suscité un nouveau malaise générale et soulève des interrogations sur, à  la fois, la justesse et la bon sens de la gouvernance actuelle de Sonatrach.

 

dernières nouvelles
Actualités