23.9 C
Alger
mercredi, juin 12, 2024

Cherté de la vie : les autorités algériennes censurent l’information et empêchent l’ONS de publier les véritables données sur les prix à la consommation

La censure est devenue une pratique nationale institutionnalisée à laquelle n’échappent pas aussi les institutions de l’Etat algérien. Preuve en est, l’Office National des Statistiques (ONS), n’a été autorisé à publier les véritables données sur les augmentations des prix des produits de large consommation pour mesurer concrètement le niveau de la cherté de la vie dans le pays. En effet, depuis le mois de janvier dernier, à savoir depuis le début de cette année 2021, l’ONS n’a pas rendu public son traditionnel Indice brut des prix à la consommation.

Cet indice national est élaboré e à partir de l’observation des prix auprès d’un échantillon de 17 villes et villages représentatifs du territoire national et répartis selon les strates géographiques de l’enquête sur les dépenses de consommation. Cet indice se compose de 261 articles représentés par 791 variétés sélectionnées sur la base de critères tels que la dépense annuelle, la fréquence de la dépense, l’utilité. Cet Indice permet ainsi d’évaluer les variations des augmentations des prix de produits de large consommation et mesure ainsi le taux réel de l’inflation ou retrace les courbes des évolutions des augmentations des prix.

Cet indice est la véritable clé qui permet d’évaluer le recul ou l’aggravation de la cherté de la vie en Algérie. Malheureusement, l’ONS n’a plus jamais été autorisé à rendre public cet indice national des prix à la consommation depuis le mois de janvier dernier. En clair, les autorités algériennes ont décidé de censurer ces informations pour masquer la réalité amère de l’effondrement du pouvoir d’achat des consommateurs algériens face aux augmentations vertigineuses des prix sur les marchés. Les informations sur l’inflation qui explosent en Algérie ne sont pas du goût des autorités qui préfèrent ainsi classer ces données comme « confidentielles » pour empêcher l’opinion publique de cerner la vérité sur les véritables indicateurs de la situation socio-économique du pays.

C’est une situation inédite car l’ONS n’a jamais été empêché par le passé de publier son indice national des prix à la consommation. C’est la première fois qu’il est confronté à une « censure » caractérisée imposée par le pouvoir politique qui a peur profondément de la vérité. Celle qui consiste à affirmer que l’Algérie danse sur un volcan de l’inflation depuis 2020 et l’envolée des prix dévoile l’alarmante dégradation de la situation économique et financière du pays. C’est cette réalité que veut à tout prix cacher le régime algérien.

Et pour cause, avec des salaires de plus en plus bas à cause de la dévaluation du dinar et la chute de la productivité du pays dont la croissance du PIB a fortement chuté en 2020 et 2019, le pouvoir d’achat des algériens n’a jamais été aussi faible et impuissant face à la cherté de la vie. Des millions d’algériens sont menacés de basculer dans la pauvreté et la précarité.

dernières nouvelles
Actualités

2 تعليقات

  1. @Axis et Nif, Esclaves consentants appartenant au Grand Homosexuel maîtres des Esclaves du Maroc,

    Vous n’êtes que des trolls qui sont payés par la prostitution de votre mère, femmes, sœurs et filles, même vos garçons sont prostitués pour votre solde.

    Vous êtes des pollueurs absolues de la liberté et l’honneur, Esclaves consentants infra-humains.

    PS: Nous Algériens ont est des hommes et femmes libres ont critiquent ceux qui se considèrent comme des hommes politiques et publiques, c’est notre droit et notre devoir. Vous Esclaves consentants marocains vous vivez dans des situations bien pire que les animaux. Esclaves consentants essaye de te libérer de ta condition animalière.