23.9 C
Alger
mercredi, juin 12, 2024

Arrogance et mépris : l’attitude scandaleuse du Wali de Tiaret envers les entrepreneurs locaux

Le comportement hautain du wali de Tiaret, Ali Bouguerra, envers des chefs d’entreprise venus lui exposer leurs problèmes en marge d’une visite sur le terrain qu’il a effectuée à la fin de la semaine dernière au chef-lieu de la wilaya de Tiaret, a fortement choqué l’opinion publique. Au lieu de s’en tenir à ce qui est censé être son domaine, il n’a rien trouvé de mieux que de s’en prendre aux entreprises locales, une vieille pratique dont usent les nouveaux Walis lors de leur premières sorties, c’est ce qu’on appelle communément un simple et pur populisme mêlé à un brin d’arrogance.

Il n’en est pas à son premier dérapage verbal lors de ses sorties spectaculaire, le Wali de Tiaret. Ali Bouguerra fait de plus en plus parler de lui notamment sur la toile où une vidéo a été postée par une page Facebook locale (Tiaret-News), le montrant en train de perdre son sang-froid lors de cette sortie au cours de laquelle il a visité le chantier des 90 villas dont le maître-d ‘ouvrage est l’agence de gestion et de régulation du foncier urbain AGRFUW.

Arrivé sur le site du chantier situé sur les hauteurs du quartier résidentiel CIA la colline, le Wali de Tiaret a intimidé publiquement le chef d’entreprise chargé de la construction de 90 villas dans un lotissement pour avoir mis en demeure l’agence foncière de la wilaya en lui demandant de lui verser ses dûs qui dépassent les vint milliards de centimes, une pratique indélicate qui fait jaser plus d’un au sein des entreprises de BTP de toute l’Algérie.

Le clash ne s’arrête pas là, le média local «Tiaret News», rapporte aussi sur cette vidéo, que le Wali de Tiaret a intimidé également un autre chef d’entreprise chargé de la construction de 256 logements promotionnels. Apparemment agacé, le Wali Ali Bouguerra et sur un ton élevé sous les yeux de tous les représentants des autorités locales et les journalistes, et dans un élan de nervosité inédite, a lâché sur un ton hautain : « pourquoi le chantier est à l’arrêt ? »

Voulant s’expliquer devant la maquette d’exposition du projet, le Wali refuse de laisser le chef d’entreprise s’expliquer et attaque encore son interlocuteur sur un ton agressif :  « expliquez-vous ici ! », a-t-il tonné. « Je suis venus visiter ce chantier à cause des écrits des riverains et l’un des parlementaires qui se plaint de vous », fulmine le Wali.

Il s’avère que le sénateur qui a saisi le Wali de Tiaret pour se plaindre de l’entrepreneur infortuné est lui-même dans l’illégalité puisqu’il possède une construction illicite aux abords du chantier, a-t-on pu confirmer auprès de plusieurs sources concordantes.

Tentant de manifester et d’exprimer sa désapprobation, le jeune promoteur a essayé d’informer le Wali que ce parlementaire est en train d’exploiter un terrain illicitement. « De quoi tu te mêles ? Occupes-toi de tes affaires ! », lui répond sèchement le wali. Le promoteur, visiblement gêné, n’a pas osé poursuivre la conversation.

Et pourtant, le promoteur a voulu expliquer au Wali les dessous des entraves bureaucratiques qui ont causé le retard dans la réalisation de son projet. Il a également évoqué le retard enregistré depuis 2017 pour l’approbation des plans par l’Organisme national de contrôle technique des constructions (CTC). Des retards qui ont obligé le promoteur à introduire une nouvelle demande de permis de construire qui s’est expiré durant la période de l’approbation des plans.

En dépit de ces explications rationnelles et factuelles, empruntant le même ton menaçant et méprisant, le Wali de Tiaret a annoncé qu’il va charger « une commission constituée de l’APC, la direction des travaux publics, la direction du logement ainsi que la direction de l’hydraulique pour contrôler vos travaux ».  L’on s’interroge sur le refus du Wali d’entendre les explications argumentées de ce jeune promoteur !?

« La manière d’agir et la réponse du concerné, (le Wali, ndlr… ) à l’égard des chefs d’entreprise qui ont exposé leur contrainte n’est pas digne d’un commis de l’Etat et cette attitude va à l’encontre des orientations et instructions sur lesquelles avait insisté le Président de la République à l’occasion de la dernière réunion gouvernement-walis, en présence du Ministre de l’intérieur », réagit sous le couvert de l’anonymat dans une déclaration à Algérie Part un responsable local rencontré lors de cette sortie tumultueuse du Wali de Tiaret.

Pour rappel, le Wali de la Tiaret, Ali Bouguerra, a a été limogé en 2020 lorsqu’il était wali de Tébessa où il avait complètement échoué dans la gestion des secteurs clés et dans le développement de cette wilaya frontalière avec la Tunisie.

Force est, par ailleurs, de constater que durant sa carrière de Wali, Ali Bouguerra s’est illustré par son populisme avéré. Chassé de la Wilaya de Bouira en 2013, il avait échappé de justesse aux griffes de la justice après avoir fait l’objet d’une enquête judiciaire dans une affaire de passation douteuse de marchés publics au niveau de la Direction du logement et des équipements publics (DLEP) de la wilaya Bouira. Il s’agissait des projets de construction d’écoles et leurs équipements annexes estimés à plus de 150 milliards de centimes.

Muté vers la wilaya d’Ouargla Ali Bouguerra avait endossé la responsabilité des trois morts dans les émeutes ayant secoué la daïra de Touggourt en novembre 2014 après avoir réquisitionné les forces de l’ordre en les contraignant à recourir à l’usage de la violence policière contre des manifestants pacifiques.

 

https://www.facebook.com/tiarentnews/videos/650850276584170/?extid=CL-UNK-UNK-UNK-AN_GK0T-GK1C

 

dernières nouvelles
Actualités