22.9 C
Alger
samedi, juin 22, 2024

Analyse. Le gaz naturel, une énergie indispensable pour le développement de l’Afrique

Alors que les entreprises et les institutions peinent à fonctionner et que la tension monte au sein de la population sud-africaine, il est plus qu’urgent de trouver des solutions
Accéder au contenu multimédia

JOHANNESBURG, Afrique du Sud, 11 avril 2023/ — Par NJ Ayuk, président exécutif, Chambre africaine de l’énergie (www.EnergyChamber.org)

Les problèmes énergétiques sont actuellement synonymes d’Afrique du Sud. Une conversation avec Gugu Mfuphi dans son émission sur Kaya FM m’a rappelé la nécessité d’un bouquet énergétique, du gaz naturel et du fonctionnement des marchés pour l’Afrique du Sud.

Alors que le parc de centrales à charbon du pays peine à répondre à la demande d’électricité, les Sud-Africains subissent des coupures de courant quotidiennes qui durent de six à dix heures par jour.

Alors que les entreprises et les institutions peinent à fonctionner et que la tension monte au sein de la population sud-africaine, il est plus qu’urgent de trouver des solutions.

Je parle de « solutions » parce que fournir l’énergie fiable dont l’Afrique du Sud a besoin aujourd’hui et garantir que ce pays en pleine croissance disposera de ce dont il a besoin à l’avenir nécessitera de multiples stratégies.

Comme je l’ai écrit, en raison de la dépendance actuelle du pays à l’égard du charbon pour alimenter ses centrales électriques – et des mines de charbon pour alimenter l’économie – l’utilisation accrue du charbon doit être l’une de ces solutions pour le moment.

L’Afrique du Sud devra également continuer à développer son secteur des énergies renouvelables, et elle s’est engagée à le faire dans le respect des objectifs mondiaux visant à réduire à zéro les émissions de gaz à effet de serre (GES).

Mais l’une des solutions les plus efficaces sera peut-être le gaz naturel, qui non seulement peut assurer une production d’électricité fiable, mais qui est aussi une source d’énergie propre – une source qui peut être monétisée et qui soutient la diversification économique en tant que matière première pour les usines de produits chimiques et d’engrais.

Il est logique que l’Afrique du Sud exploite ses énormes réserves de gaz naturel, largement inexploitées. Comme le décrit le nouveau rapport de la Chambre africaine de l’énergie (AEC) intitulé « The State of South African Energy », la production cumulée des découvertes de gaz naturel à grande échelle de Brulpadda et Luiperd, une fois exploitées, est estimée à 50 000 barils par jour (bpj) de liquides et à 125 000 barils d’équivalent pétrole par jour (boepd). L’Afrique du Sud doit faire ce qu’il faut pour atteindre ce but le plus rapidement possible.

Entre-temps, l’Afrique du Sud devrait encourager la prospection pétrolière et gazière en cours grâce à un environnement réglementaire favorable.

Nous ne pouvons pas non plus oublier l’importance des projets de gaz naturel dans les pays africains voisins, notamment le projet de gaz naturel liquéfié (GNL) Matola de Gigajoule au Mozambique, d’une valeur de 550 millions de dollars, qui approvisionnera l’Afrique du Sud en gaz ; le gazoduc Rompco de 865 kilomètres reliant le Mozambique à l’Afrique du Sud ; et le projet de gaz naturel liquéfié Virginia de Renergen en Afrique du Sud. Ces projets doivent être accélérés.

Le gaz naturel, s’il est orienté vers les marchés intérieurs et les centrales électriques au gaz, peut aider l’Afrique du Sud à sortir de la crise de l’électricité qu’elle traverse actuellement. Le gaz naturel peut également contribuer à garantir la sécurité énergétique et la croissance économique pendant que le pays passe des combustibles fossiles aux énergies renouvelables pour la production d’électricité. L’Afrique du Sud doit prendre des mesures décisives pour accélérer son programme gazier et commencer à profiter de ces avantages.

Les énergies renouvelables ne suffiront pas à elles seules à sauver la situation

J’ai entendu à maintes reprises des arguments selon lesquels la crise énergétique de l’Afrique du Sud est la preuve qu’il est temps pour le pays de passer, à la vitesse de l’éclair, à des sources d’énergie renouvelables telles que l’énergie éolienne et l’énergie solaire.

Comme je l’ai dit plus d’une fois, l’Afrique du Sud peut et doit adopter l’énergie solaire et éolienne, mais elle doit aussi tenir compte des problèmes d’intermittence qui en découlent. On ne peut pas compter sur ces sources d’énergie pour fournir de l’électricité vingt-quatre heures sur vingt-quatre.

L’Afrique du Sud n’a pas besoin de plus de fluctuations d’énergie. Elle a besoin de sources d’énergie de base capables de produire une électricité fiable et de répondre à la demande de manière constante. Et le seul moyen d’y parvenir est de recourir au charbon et au gaz naturel.

Nous devons également être réalistes quant aux exigences financières d’une transition complète vers le gaz naturel. Certes, le plan d’investissement pour une transition énergétique juste (JET IP) de l’Afrique du Sud est un excellent programme, mais pour l’instant, l’argent généré n’est qu’une goutte d’eau dans l’océan. L’Afrique du Sud a reconnu qu’elle aurait besoin d’environ 99 milliards de dollars pour financer une transition complète vers les énergies renouvelables. À l’heure actuelle, elle a reçu des engagements pour un montant d’environ 8,5 milliards de dollars.

Ainsi, alors que l’Afrique du Sud s’oriente vers les énergies renouvelables, l’approche logique consisterait à adopter également le gaz naturel. Il peut constituer une source d’énergie fiable pour les besoins actuels et futurs du pays et, à mesure qu’il est monétisé, il peut contribuer à générer des revenus pour la transition énergétique de l’Afrique du Sud.

J’ai été heureux d’entendre le président sud-africain Cyril Ramaphosa exprimer cette logique. Il a clairement indiqué que, si le pays prévoit de remplacer le charbon par des solutions à plus faible teneur en carbone, ces solutions comprendront à la fois les énergies renouvelables et le gaz naturel.

L’Afrique du Sud a mis en place un plan de ressources intégré qui prévoit la production de 6 000 mégawatts (MW) à partir de turbines à gaz à cycle combiné, dont 3 000 MW à partir de GNL, 726 MW à partir de gaz et 1 500 MW à partir de gaz non spécifié.

C’est faisable et cela correspond aux prévisions du rapport de l’AEC pour la production d’électricité en Afrique du Sud au cours de la prochaine décennie et au-delà. Alors que le charbon représente actuellement environ 80 % de la production d’électricité, son utilisation diminuera probablement à 65 % d’ici la fin de la décennie, selon notre rapport. Le gaz et les énergies renouvelables, quant à eux, connaîtront une croissance à peu près au même moment : Le gaz naturel représentera 5 % de la production d’électricité en 2031, tandis que l’énergie éolienne terrestre et l’énergie solaire photovoltaïque représenteront respectivement 17 % et 7 %. À long terme, le gaz naturel, l’éolien terrestre et le solaire photovoltaïque devraient atteindre respectivement 15 %, 30 % et 20 %, soit 65 % de la production totale d’électricité.

Il est temps de réformer la réglementation

L’engagement de l’Afrique du Sud à poursuivre ces voies est louable, mais lorsqu’il s’agit d’exploiter le gaz naturel, des efforts supplémentaires sont nécessaires.

Je parle ici des politiques gouvernementales.

L’Afrique du Sud a besoin d’un environnement réglementaire qui encourage les investissements et l’exploration par les compagnies pétrolières et gazières. Prenons l’exemple du bassin de l’Orange, où la Namibie fait des découvertes record qui garantiront sa sécurité énergétique. Mais la Namibie ne possède que 20 % du bassin de l’Orange, alors que l’Afrique du Sud en possède 80 %. Le moment est venu de tirer parti de l’opportunité qu’il offre.

Malheureusement, l’Afrique du Sud semble bloquée : L’E&P est entravée par des formalités administratives inutiles. Nous devons changer cela tout de suite. Les compagnies pétrolières et gazières subissent déjà d’énormes pressions pour ne pas produire en Afrique ; ce n’est pas le moment de multiplier les difficultés. Les compagnies pétrolières et gazières peuvent mobiliser tous les capitaux nécessaires pour développer des projets en Afrique du Sud, mais si les formalités administratives et le processus réglementaire sont trop lourds, il ne sert à rien de réaliser des projets d’exploitation du gaz naturel qui pourraient sortir l’Afrique du Sud de cette crise énergétique existentielle.

L’approbation des projets de gaz naturel ne devrait pas prendre plus de temps que leur développement.

La Chambre africaine de l’énergie demande instamment à l’Afrique du Sud d’alléger les contraintes réglementaires qui pèsent sur les compagnies pétrolières et gazières. Nous demandons à l’Afrique du Sud d’accélérer l’octroi de permis pour davantage de forages, d’études sismiques, de développements de pipelines et de construction de terminaux GNL. Personnellement, je souhaite faire du gaz naturel et d’un environnement favorable un enjeu important lors de l’African Energy Week qui se tiendra au Cap du 16 au 20 octobre.

En 2019, l’équipe d’exploration de Total Energies a réussi à faire une découverte étonnante de condensat sur les prospects de Brulpadda, situés sur le bloc 11B/12B dans le bassin de l’Outeniqua, à 175 kilomètres au large de la côte sud de l’Afrique du Sud.

L’Afrique du Sud doit également éliminer les formalités administratives qui pourraient ralentir les projets Brulpadda et Luiperd découverts par Total Energies.

Ces mesures seront essentielles pour que l’Afrique du Sud commence à mettre le gaz naturel au service de sa population, de ses entreprises et de ses communautés.

Le gaz naturel est une solution raisonnable

Il n’est pas surprenant que, compte tenu des pressions constantes exercées sur l’Afrique ces dernières années pour qu’elle laisse ses combustibles fossiles dans le sol, la perspective de poursuivre les projets de conversion du gaz en électricité en Afrique du Sud se heurte à une forte résistance. Les écologistes et les voix occidentales insistent sur le fait que le « gaz sale » n’est pas la solution.

Je ne suis pas du tout d’accord. Nous devons être pragmatiques : L’Afrique du Sud doit exploiter toutes les solutions à sa disposition, en particulier le gaz naturel, pour répondre aux besoins énergétiques du pays.

Heureusement, le président Ramaphosa s’est également opposé au discours anti-gaz.

« Les pays du continent africain doivent être en mesure d’explorer et d’extraire du pétrole et du gaz d’une manière durable et respectueuse de l’environnement », a déclaré M. Ramaphosa au début de l’année.

Lors d’un discours prononcé à l’occasion de l’Investing in African Mining Indaba. « Ces ressources sont importantes pour la sécurité énergétique, le développement social et économique et la réduction de la pauvreté énergétique sur le continent. Et nous ne pensons pas que cette trajectoire soit incompatible avec notre volonté de réduire notre empreinte carbone… Dans notre marche vers un avenir à faible émission de carbone, il est essentiel que nos efforts soient à la fois réalistes et durables ».

Voilà qui est bien dit !

J’ajouterais que bon nombre des groupes environnementaux qui tentent de maintenir les gens dans l’ignorance en Afrique du Sud – et sur l’ensemble de notre continent – n’ont pas les mêmes problèmes de sécurité énergétique. En fait, les États-Unis viennent d’approuver un programme de forage en Alaska d’un montant de 8 milliards de dollars, dans le cadre d’une initiative visant à concilier la protection de l’environnement et la sécurité énergétique. S’il est acceptable pour les pays riches de réaliser cet exercice d’équilibre, il n’y a aucune raison pour que la nation la plus industrialisée d’Afrique ne puisse pas en faire autant.

Avoir de l’air pur ne signifie pas que nous devons rester dans l’obscurité.


SOURCE
African Energy Chamber

dernières nouvelles
Actualités