30.9 C
Alger
dimanche, juin 16, 2024

A Alger, Le Drian a relancé les discussions sur l’expulsion des migrants algériens, mais sans aucune avancée concrète ou majeure

Lors de son dernier et récent voyage à Alger, effectué le mercredi 8 décembre dernier,  Jean-Yves Le Drian, le Chef de la Diplomatie française, a relancé les discussions avec les autorités algériennes autour du très délicat dossier des expulsions des migrants algériens en situation irrégulière ou faisant l’objet d’une condamnation pour graves troubles à l’ordre public, a pu confirmer Algérie Part auprès de plusieurs sources diplomatiques algériennes et françaises. Mais ces discussions n’ont pas permis d’aboutir à un accord concret apportant une avance majeure à la résolution de ce problème qui suscite encore et toujours des tensions entre Alger et Paris, a-t-on confirmé également auprès de nos sources. 

Le mercredi dernier, Jean-Yves Le Drian a expliqué longuement à ses interlocuteurs algériens, y compris son homologue Ramtane Lamamra ainsi que le Président Abdelmadjid Tebboune, que la France est particulièrement préoccupée et inquiète des blocages qui empêchent le retour en Algérie de nombreux migrants en situation irrégulière en France notamment les ressortissants algériens jugés les plus dangereux pour l’ordre public à la suite de leur condamnation par la justice française ou leur arrestation par les services de sécurité pour diverses infractions et délits portant atteinte à la sécurité publique en France.

Selon nos sources, Jean-Yves Le Drian a beaucoup insisté sur la nécessité d’aboutir à un consensus entre Alger et Paris pour mettre en place une coopération concrète permettant le retour apaisé des ressortissants algériens faisant l’objet d’une procédure d’éloignement du territoire français.

Les dirigeants algériens ont bel et bien pris acte de ces préoccupations et attentes françaises. Mais, à la fin de cette visite, rien de palpable n’a été signé ou officiellement conclu. Pis encore, les mêmes obstacles se dressent encore sur le chemin de la coopération bilatérale dans ce dossier puisque les autorités algériennes, à leur tête le ministère de l’Intérieur conduit par Kamel Beldjoud, ne cessent d’indiquer aux autorités françaises que de nombreux migrants expulsés de France sont des « binationaux ». Ce qui est évidement faux car la loi française n’autorise nullement l’extradition ou l’expulsion d’un ressortissant titulaire de la nationalité française.

Algérie Part a pu confirmer auprès de plusieurs sources concordantes qu’il n’y a aucun binational parmi les 7.730  migrants Algériens en situation irrégulière, dont 97 fichés pour terrorisme, et 260 condamnés pour graves troubles à l’ordre public, que la France veut expulser vers l’Algérie depuis le mois de… janvier 2021. Ainsi, sur près de 8000 migrants jugés « expulsables », l’Algérie a accepté, jusqu’à aujourd’hui encore, à peine une soixantaine d’entre eux refusant de délivrer les autorisations nécessaires ou les laissez-passer consulaires pour les autres ressortissants algériens qui ne sont plus les bienvenus sur le territoire français. Et ces derniers demeurent encore bloqués dans des centres de rétention administrative ou traqués continuellement par la Police française.

 

 

dernières nouvelles
Actualités

4 تعليقات

  1. Il y’a entre 450.000 et 900.000 sans papiers actuellement en France…
    C’est bien de parler que « des 7000 algériens sans papiers  » avant l’élection présidentielle , car cela ramène des voix
    Mais les centaines de milliers d’autres « avec papiers « médecins, architectes, ingénieurs, enseignants, chercheurs , cadres techniciens, chefs d »entreprises, entrepreneurs qui ont été formés en Algérie , au frais du budget algérien…on en parle jamais..

  2. Il faut que le pouvoir algérien de merde récupère sa merde.
    Car quand on est sans papiers et en plus on est delinquant dangereux on est une grosse merde qui ne sert que les intérêts du FN et de Zemmour en propageant le racisme anti arabe! Ce pouvoir algérien lui même delinquant corrompu et tortionnaire qui tout en crachant sur la France adore y vivre n’est qu’une merde aussi méprisable que les merdes qu’il ne souhaite pas recuperer.Pire boulet que ce pouvoir algérien, il n’y a pas! Et çà vient donner des leçons de nif et de leadership imaginaires!