Et pendant ce temps-là, les arrestations et incarcérations des activistes du Hirak se poursuivent

0
114

Pas de répit pour la machine de la répression du pouvoir algérien. En plein confinement sanitaire et en plein jeûne du mois sacré du Ramadan, les services de sécurité ont procédé à l’arrestation de plusieurs activistes et manifestants du Hirak. Cette fois-ci, c’est au sud du pays et plus exactement à Adrar que l’appareil répressif du régime algérien a procédé à l’arrestation et le placement en détention d’un activiste très engagé en faveur du Hirak. 

Il s’agit effectivement de Djaafer Ahmed Sidi Moussa qui a été arrêté vendredi soir par des agents de police en civil près de son domicile familial à Timimoun dans la wilaya d’Adrar.
Il sera présenté dimanche 3 Mai devant le procureur du tribunal de Timimoun dans la wilaya d’Adrar, nous apprend à ce sujet le collectif national de libération des détenus (CNLD). Il s’agit de Djaafer Ahmed Sidi Moussa est l’une des figures emblématiques du Hirak dans la région de Timimoun et Adrar. Chaque vendredi, depuis le 22 février, Ahmed Sidi Moussa fut l’un des leaders des marches citoyennes et populaires.

Selon nos sources, Ahmed Sidi Moussa a été arrêté en raison de ses publications sur Facebook où il n’a pas cessé de critiquer les dérives autoritaires du pouvoir en place. Ahmed Sidi Moussa risque, malheureusement, d’être incarcéré en prison demain dimanche.

Ahmed Sidi Moussa risque ainsi de subir le même triste sort que le militant Abdelkader Djabellah placé sous mandat de dépôt à Chlef jeudi dernier alors que son procès est programmé pour le mercredi 6 Mai prochain. Le mode d’emploi est toujours le même : interpellations musclées par des agents en civil, garde-à-vue et ensuite placement sous mandat de dépôt sur décision de la justice. Depuis le début du mois de Ramadan, chaque jour des arrestations et incarcérations des militants du Hirak sont déplorées à travers toutes les régions du pays.

 

LEAVE A REPLY