Coalition internationale pour le développement universel d’un vaccin contre le COVID-19 : l’Algérie se fait devancer par le Rwanda, le Costa Rica ou le Vietnam

0
191
epa08363670 (FILE) - WHO Director General Tedros Adhanom Ghebreyesus speaks during a presser on the novel coronavirus disease COVID-19 at the World Health Organization (WHO) headquarters in Geneva, Switzerland, 09 March 2020 (reissued 15 April 2020). On 14 April, US President Trump announced that he has instructed his administration to halt funding to the WHO. EPA/SALVATORE DI NOLFI (MaxPPP TagID: epalivefour745481.jpg) [Photo via MaxPPP]

Une coalition internationale vient d’être constituée pour renforcer les efforts internationaux contre la pandémie du coronavirus COVID-19. Les objectifs de cette nouvelle coalition internationale sont de renforcer la coopération internationale pour identifier un traitement efficace ou un vaccin définitif contre le COVID-19. Malheureusement, l’Algérie n’est pas présente au niveau de cette coalition. Elle est à peine indirectement représentée par l’Union Africaine. Et pourtant, des pays beaucoup moins riches ou puissants que l’Algérie ces dernières années, sont en train de jouer un rôle majeur dans la mise en place de cette nouvelle coalition internationale. 

En effet, l’Afrique du sud, le Rwanda, l’Arabie saoudite, le Vietnam, la Malaisie, le Costa Rica ont rejoint la France, l’Allemagne, l’Espagne ou la Norvège pour mettre en place une collaboration internationale contre la pandémie du Covid-19.  Le vendredi 24 avril, une visioconférence a été organisée par l’OMS pour sceller publiquement la constitution de cette alliance. Ainsi, sous la houlette de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), une quinzaine d’États, des fondations privées et des organisations internationales ont uni leurs efforts pour soutenir activement la recherche scientifique dans le but d’aboutir à la découverte d’un vaccin contre le COVID-19, seule alternative fiable pour arrêter la propagation de la pandémie.

La Banque mondiale, des fondations pour le financement de la recherche comme Wellcome Trust ou Fondation Bill et Melinda Gates, toutes ces structures internationales ont rejoint cette coalition internationale. Lors de son intervention pendant la visioconférence organisée par l’OMS, le Président français Emmanuel Macron a expliqué que l’objet de cette coalition internationale est de comprimer au maximum les délais nécessaires pour trouver les traitements et les vaccins, et de les diffuser ensuite au plus vite dans tous les pays où c’est nécessaire. Il serait « inexplicable et insupportable » que les vaccins ne soient accessibles que dans les pays où les grandes firmes pharmaceutiques auraient investi, a fait savoir ainsi Macron.

C’est dire que cette coalition internationale est d’une importance vitale pour l’avenir de la lutte contre la pandémie du COVID-19 dans le monde. En ratant ce rendez-vous historique, l’Algérie se retrouve dans une position dangereuse écartée de la voie du progrès scientifique. En se laissant devancer par des pays de moindre importance historiquement sur l’échiquier mondial comme le Rwanda ou le Costa Rica, l’Algérie démontre aux observateurs internationaux qu’elle vit en ce moment une inquiétante crise de décadence.

Demain, lorsque le vaccin contre le COVID-19  sera découvert, qui garantira à l’Algérie un accès équitable à ce traitement médical ? Personne ! Cette coalition internationale aurait pu être également une opportunité en or pour encourager enfin la recherche scientifique dans notre pays en associant nos jeunes chercheurs universitaires à un réseau mondial qui leur permettra d’affuter leurs connaissances et d’accéder à des moyens logistiques introuvables dans les universités algériennes. C’est aussi une opportunité historique de s’émanciper du joug des gros laboratoires de l’industrie pharmaceutique, des lobbys puissants qui dictent leurs prix et gagnent des revenus colossaux sur le dos des patients des pays les moins développés en s’assurant un monopole régulier sur les découvertes scientifiques majeures concernant les traitements des pandémies.

L’Algérie, gouvernée aujourd’hui par un régime défaillant, illégitime et incompétent, est en train de rater un véritable rendez-vous avec l’histoire. Dommage…

 

 

LEAVE A REPLY