Mohamed Arkab, le ministre de l’Energie qui ne fait pas la différence entre le prix opératoire et le prix de revient

0
273

Mohamed Arkab, l’actuel ministre de l’Energie, a suscité l’étonnement dans le monde entier. En Algérie et ailleurs à travers le monde, personne n’avait compris le sens de la déclaration extravagante du ministre algérien d’après lequel le prix ou le coût de revient du baril de pétrole extrait depuis le champ de Hassi Messaoud, le plus grand champ pétrolier en Algérie, est d’à peine 5 dollars ! 

Cette déclaration a été partagée massivement sur les réseaux sociaux suscitant une très vive polémique. A l’étranger, les médias spécialisés en économie et industrie pétrolière n’ont pas commenté cette information totalement insensée car ils savaient très bien qu’elle était infondée. Pourquoi ? Parce que le ministre algérien, qui n’est pas pétrolier de formation et n’a jamais exercé une seule activité à la tête d’un organisme spécialisé en hydrocarbures, ne distingue pas la différence entre le prix opératoire et le prix de revient.

Explications. « le coût moyen du pétrole algérien est de 14 dollars et que l’essentiel de la production de trouve dans les champs de Hassi Messaoud où le coût moyen de production revient à 5 dollars », a dit le ministre algérien Mohamed Arkab lor de son intervention au JT de 20 H de l’ENTV.

En vérité, cette information est totalement fausse. Le montant de 5 dollars ne représente aucunement le coût moyen de production d’un baril de pétrole à Hassi Messaoud. Le montant de 5 dollars indique uniquement le prix opératoire, à savoir le coût du baril à sa sortie du champ de Hassi Messaoud. C’est-à-dire il s’agit du montant que nécessite l’extraction d’un baril de pétrole à la sortie de la pompe d’expédition. A ce prix opératoire, il faut rajouter les coûts du transport, les taxes et les diverses retenues fiscales sans oublier les charges sociales et les frais nécessaires au fonctionnement d’une plateforme pétrolière y compris celle de Hassi Messaoud.

Comme il n’est pas un fin connaisseur du secteur des hydrocarbures, Mohamed Arkab ne cultive pas le sens des nuances et ne connait pas du tout les tenants et aboutissants d’un processus de production d’un gisement de pétrole. Le coût ou prix de revient d’un baril de pétrole en Algérie n’est donc pas de 5 dollars ni à Hassi Messaoud ni ailleurs. Le prix opératoire n’est qu’un paramètre pour calculer le coût de revient d’un baril de pétrole. Ce coût est de près 20 dollars comme il avait démontré par Algérie Part lors de ses précédentes investigations que nous vous invitons à relire pour disposer d’une information fiable et vérifiée. En ces temps d’incertitude, propager des Fake News ne permet nullement à l’Algérie de sortir de la crise dans laquelle elle patine dangereusement.

LEAVE A REPLY