L’Art n’échappe pas à la dictature : La célèbre série humoristique Dakious & Makious censurée en Algérie

0
462

Triste nouvelle dés le premier jour du Ramadhan. La célèbre série humoristique Dakious & Makious, le feuilleton ramadanesque le plus regardé sur les télévisions algériennes, a été officiellement censurée et interdite de diffusion pendant ce mois sacré où les Algériens ont l’habitude de ne pas rater les épisodes et sketchs de Dakious & Makious pour oublier leur quotidien sinistre. 

Nabil Asli et Nassim Hadouche, les deux personnages principaux de cette célèbre série humoristique, ont annoncé cette triste nouvelle dans une vidéo qui a été diffusée jeudi soir sur les réseaux sociaux. Les deux artistes, très aimées et suivies par des millions d’Algériens, ont annoncé clairement  que la 3e  saison de la série Dakious & Makious a été censurée et retirée de la grille des programmes de la chaîne de télévision Echorouk TV.

Selon les deux acteurs, aucune raison ou motif officiel n’a été avancé par les autorités algériennes pour justifier cette censure inédite. Nabil Asli et Nassim Hadoucue expliquent dans leur vidéo qu’il n’y a aucun communiqué officiel expliquant cette décision de censure qui les surprend grandement. « Nous n’avons jamais voulu faire de la politique. Notre seul souci était de faire rire les Algériens et de leur donner un peu de bonheur face à ce quotidien pesant qui caractérise actuellement notre pays », relate à ce  sujet l’acteur Nabil Asli d’après lequel de nombreuses rumeurs ont été propagées pour suspendre leur feuilleton.

« Des rumeurs malveillantes ont voulu faire croire que nous avons caricaturé le Président Tebboune. D’autres rumeurs affirment que nous politisons nos sketchs. C’est faux. Nous avons commencé le tournage 6 mois avant la tenue des élections présidentielles du 12 décembre 2019. Nous avons tourné 20 épisodes qui n’ont aucune relation avec les récents évènements politiques de notre pays », expliquent encore les deux artistes très touchés et bouleversés par cette décision de censure.

« Est-ce celle-là la nouvelle Algérie ? On censure l’humour au nom de la politique ? J’aimerai que le Président Tebboune regarde lui-même notre feuilleton et juge lui-même si nous avons vraiment porté atteinte à un quelconque symbole de l’Etat », estime enfin Nabil Asli qui n’a pas manqué de rappeler que ce ne sont pas les artistes qui font sortir les Algérien dans les rues depuis le 22 février 2019. « C’est la hogra. C’est l’abus des dirigeants. Les intérêts et l’argent dirigent le monde. Le monde n’est pas gouverné par les artistes », conclut en dernier lieu un Nabil Asli énormément déçu par cette censure injuste.

 

LEAVE A REPLY