Un comptable à la tête de l’autorité de Régulation des Hydrocarbures (ARH) en Algérie !

0
230

Face à la plus grande crise énergétique des temps modernes, les autorités algériennes multiplient les bourdes, maladresses et les très mauvaises décisions. Preuve en est, à la tête de l’Agence Nationale de régulation des Hydrocarbures (ARH), le ministère de l’Energie vient de nommer un nouveau directeur général en la personne de Rachid Nadil. Or, ce monsieur n’a strictement aucune relation avec le secteur des hydrocarbures ! Rachid Nadil est comptable de formation et il avait fait des études en finances, économie et droit. Un profil totalement inadapté pour une institution aussi stratégique comme l’ARH car il n’a aucune notion en pétrochimie, en production pétrolière ou dans l’industrie gazière. 

 

La désignation de ce « comptable » à la tête de l’ARH est en train de susciter une très vive polémique au sein du secteur des hydrocarbures. Rachid Nadil n’a jamais été associé de près comme de loin à l’exploration ou exploitation des hydrocarbures.

Rachid Nadil est au ancien cadre dirigeant de NAFTAL. Il avait occupé le poste de Directeur exécutif finances au sein de Naftal avant d’être nommé en octobre 2017 PDG de Naftal. En juin 2019, il a été relevé de ses fonctions et limogé pour être remplacé par celui qui était le directeur de Tassili Airlines, M. Harchaoui.

Rachid Nadil ne s’est distingué par aucune performance remarquable durant sa carrière. En plus de cela, il n’a aucune, il faut le souligner encore, connaissances des nuances et problèmes du secteur des hydrocarbures.

L’ARH est officiellement chargée veiller au respect de la réglementation technique applicable aux activités régies par la Loi sur les hydrocarbures, de la réglementation relative à l’application des Tarifs et du Principe de libre accès des tiers aux infrastructures de Transport  par canalisation et de Stockage, de la réglementation en matière d’hygiène, de sécurité industrielle et d’environnement et de prévention et gestion des risques majeurs, de la protection des nappes phréatiques et aquifères associés lors de l’exercice des activités hydrocarbures, de la réglementation en matière d’utilisation des produits chimiques, au stockage géologique et séquestration du CO2, de l’application de normes et de standards établis sur la base de la meilleure pratique internationale ou du contrôle de conformité des produits pétroliers.  Des missions stratégiques qui exigent un niveau de connaissance pointu de une formation spécialisée dans le secteur des hydrocarbures. Ce n’est guère le cas de monsieur Rachid Nadil.

 

LEAVE A REPLY